Ecocity Nantes : Le port partenaire et moteur de la ville durable

Publié par  22 octobre, 2013 10:11 Laissez vos commentaires

NGClogoNSN-portLes problématiques des villes portuaires ont été abordées lors du sommet mondial Ecocity 2013 du 25 au 28 septembre. Une initiative de Nantes Saint-Nazaire Port (NSN Port), particulièrement concerné par les enjeux d’aménagement durable du territoire en liaison avec les collectivités locales, en partenariat avec l’AIVP. Organisé pour la première fois en Europe, et réunissant près de 2000 participants, ce sommet a mobilisé l’ensemble des acteurs de l’Estuaire de la Loire. Nantes Saint-Nazaire Port a proposé aux organisateurs d’Ecocity de traiter de la question spécifique de la relation ville-port. Une initiative innovante pour ce sommet mondial plus habitué à un programme et à un public essentiellement issus du monde du développement urbain.

NSN Port, partenaire de l’organisation de la 13e conférence mondiale Villes et Ports (2012) et membre actif du réseau, a souhaité confier à l’AIVP le pilotage de cette session. L’idée était de mieux faire comprendre aux membres d’Ecocity que les ports sont des acteurs responsables et citoyens, participant activement aux politiques locales de développement durable. Le choix des interventions  a permis de découvrir des exemples concrets de ports mettant en place ces nouvelles stratégies. Les échanges ont montré qu’elles concernent leurs propres problématiques territoriales et fonctionnelles mais aussi l’établissement de partenariats actifs avec les collectivités locales.

La session était animée conjointement par Christine Auclair, Project Leader, World Urban Campaign UN-HABITAT et Olivier Lemaire, Directeur Général AIVP. Y ont participé :

  • François Chevalier, Directeur des Territoires et des Infrastructures et de l’Environnement, Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire – France. Il a présenté les synergies logistiques et industrielles mises en œuvre par l’ensemble des acteurs locaux pour un développement durable de l’Estuaire de la Loire.

Télécharger l’intervention au format pdf (2.5 Mo)

  • Carla Jong, Project Manager au Port d’Amsterdam – Pays-Bas. Elle a démontré que des stratégies d’écologie circulaire associant de multiples acteurs pouvaient se mettre en place dans le cadre des transformations du secteur énergétique vers la bio économie. Les effets positifs sur la relation ville port ont été mis en évidence.

Télécharger l’intervention au format pdf (3.2 Mo)

  • Nicolas Urien,  Project Manager chez Siemens. Il a présenté les solutions expérimentales développées par le groupe Siemens en matière de fret routier électrique. Testée à Long Beach (Etats-Unis), cette technologie innovante permettrait d’associer qualité de l’air et développement durable des villes portuaires.

Télécharger l’intervention au format pdf (0.9 Mo)

  • Federico Torres Monfort, Subdirector General, Director de Servicios Portuarios Generales y Desarrollo Sostenible,  Autoridad Portuaria de Valencia, Espagne. Il a exposé les initiatives de l’Autorité Portuaire de Valence en matière d’éco-efficacité, notamment dans le cadre de la réduction des émissions de GES et de politique de réduction des dépenses énergétiques sur le port.

Télécharger l’intervention au format pdf (7.1 Mo)

En conclusion, les débats et interventions présentés ont permis de mettre en avant les éléments suivants :

Les territoires occupés par les infrastructures portuaires et industrialo-portuaires se sont considérablement étendus ces quatre dernières décennies. Aujourd’hui, les nouvelles réglementations environnementales et l’évolution de la conscience écologique des acteurs politiques et économiques limitent fortement les extensions portuaires sur le milieu naturel. Par ailleurs,  les politiques urbaines de transformation des interfaces ville-port délaissées  (waterfronts) et les pressions citoyennes pour l’amélioration de leur environnement urbano-portuaire et urbano-industriel conduisent les autorités portuaires à modifier leurs stratégies de développement en s’affirmant en tant que « port citoyen », respectueux des principes du développement durable.

Ces stratégies s’expriment de la manière suivante :

  • Gestion du territoire portuaire en respectant les zones naturelles sensibles et en organisant les zones d’activités de manière concertée avec l’ensemble des acteurs locaux (Estuaire de la Loire). Mise en œuvre d’une politique de certification environnementale pro-active (Valence).
  • Développement de nouvelles dynamiques et de nouvelles filières industrielles en faveur du développement des énergies renouvelables : éolien (Nantes – St Nazaire), Bio gaz  (Amsterdam), solaire (Valence), etc. Politique active de recherche de réduction des GES dans les infrastructures portuaires (Valence) ou via de nouveaux procédés d’alimentation électrique pour le transport routier poids lourds (Siemens – Long Beach). Amélioration sensible de la qualité de l’air dans les villes et régions portuaires.
  • Mise en place de nouvelles coopérations ville-port permettant le développement de l’écologie industrielle sur le territoire régional (Amsterdam) et donnant au port un nouveau rôle dans la transition énergétique. Développement des initiatives (Port Centers) permettant d’associer plus étroitement les populations aux évolutions de la dynamique ville-port et des fonctions portuaires.

Les villes portuaires sont des acteurs majeurs de la globalisation. Elles peuvent bénéficier de la dynamique économique induite mais doivent aussi affronter des risques multiples (risques industriels, sanitaires, climatiques etc.). Ces risques sont aujourd’hui amplifiés par les problématiques globales telles celle du réchauffement climatique dont les conséquences sur le développement durable des villes portuaires posent fortement question. Dans ce contexte les ports participent activement à la mise en place de la transition énergétique en mobilisant les ressources de leurs territoires (ressources foncières, fonctionnelles, logistiques, etc.). Les partenariats entre collectivités territoriales et ports se multiplient en ce sens et font des villes portuaires des laboratoires particulièrement innovants pour de nouveaux modèles de villes durables. De nouvelles questions se posent toutefois sur l’évolution de ces fonctions portuaires comme celle par exemple du statut du port en tant que producteur d’énergie.

Mme Christine Auclair, représentante de « UN-HABITAT » qui organisera en 2016 la prochaine Conférence Mondiale des Villes, a invité les villes portuaires à venir faire part de ces expériences ville-port .

NSN Port et Autoridad Portuaria de Valencia sont membres de l’AIVP

PARTAGER

Laisser un commentaire