Optimisme et forte croissance attendue pour les ports latino-américains

Publié par  16 septembre, 2014 10:40 Laissez vos commentaires

La XXIII Conférence de l’AAPA* s’est déroulée du 26 au 29 août 2014 à Puerto Iguazu (Argentine). Olivier Lemaire, Directeur Général de l’AIVP est intervenu comme modérateur de la session consacrée aux ports et voies fluviales, moteurs du développement régional. Cette rencontre était présidée par Hugo Borelli, Président du port de Bahia Blanca (Argentine) et vice-président de l’AIVP.

L’heure est à l’optimisme pour les ports latino-américains. La crise économique globale des années 2009 – 2012 est désormais considérée comme dépassée. Le discours général entendu porte largement sur la nécessité d’une forte augmentation des capacités d’accueil des navires et du traitement de la marchandise dans les villes portuaires du continent. Il faut faire face à la dynamique des échanges internationaux et à l’augmentation de la taille des navires. L’arrivée des méga carriers de 18 000 EVP et au-delà a été souvent évoquée ici. Privatisation des terminaux, mais aussi a contrario, renforcement de la présence de l’Etat, mise en place de consortiums locaux ouvrant la voie aux municipalités ou renforcement des autorités portuaires gestionnaires… les échanges entre les participants ont aussi permis l’évaluation des divers modes de gouvernance portuaire sur le continent. Le sujet reste difficile et les enjeux politiques freinent les initiatives locales.

Comme ailleurs, les ports latino américains expriment de fortes attentes vis-à-vis des collectivités territoriales en termes d’amélioration des infrastructures dans leur hinterland, notamment routières, mais aussi ferroviaires et fluviales tout en revendiquant une autonomie de gestion et d’investissement accrue. Peu évoquées par les acteurs portuaires lors de ces rencontres d’Iguazu pourtant au cœur d’un parc naturel emblématique des enjeux environnementaux du continent, les problématiques environnementales et sociales n’ont toutefois pas été complètement oubliées. Les efforts consentis par les opérateurs pour lier la compétitivité des navires et des équipements de manutention à la préservation de l’environnement global et local ont fait l’objet d’une présentation. Le label européen Ecoport suscite l’intérêt des ports latino-américains. Les actions en faveur de l’intégration citoyenne se multiplient et ont été fréquemment mentionnées.

Les problématiques spécifiques aux voies fluviales (bassin Parana – Paraguay), bassin amazonien, bassin de l’Orénoque etc… ont été largement évoquées comme facteur clé du désenclavement territorial. Là encore, malgré quelques initiatives locales comme au Paraguay ou en Colombie, beaucoup reste à faire notamment en matière d’approfondissement des chenaux et des accès à la voie d’eau. A cet égard, la présentation du Port de Rouen et de l’initiative HAROPA en France a donné aux acteurs sud américains matière à comparaison. Les attentes sont fortes également vis-à-vis de l’élargissement du canal de Panama dont les travaux doivent s’achever fin 2015. Il y aura sans doute là aussi des gagnants et des perdants. Le projet fortement controversé d’un nouveau canal interocéanique au Nicaragua, avec financement chinois, bouleversera peut-être une nouvelle fois la donne pour des ports latino américains acteurs et témoins des profondes mutations économiques, sociales et environnementales en marche sur tout le continent.

Lire aussi : A pujança dos portos américanos 


* American Association of Port Authorities

PARTAGER

Laisser un commentaire