Guadeloupe Port Caraïbes, un port toujours plus citoyen

Publié par  24 février, 2015 12:31 Laissez vos commentaires

Entretien avec Yves Salaün, Président du Directoire, Guadeloupe Port Caraïbes

Yves Salaün, Président du Directoire, Guadeloupe Port CaraïbesPour faciliter l’ouverture du monde portuaire vers les citoyens, faire connaître et aimer les ports, l’AIVP propose depuis 2012 aux autorités portuaires et urbaines de chaque ville portuaire de s’engager dans la voie de la mise en place de « Port Center », outil d’intermédiation privilégié entre les ports et les citoyens. Comme Montréal, Le Havre ou Gênes, Guadeloupe Port Caraïbes s’engage à son tour dans une démarche active visant à proposer la ratification de la Charte Port Center de l’AIVP aux acteurs locaux.

AIVP : A quels besoins répond, en Guadeloupe, ce projet de constitution d’un Port Center ? Existe-t-il en Guadeloupe une problématique ville/port/citoyens particulière ?

Yves Salaün, Président du Directoire, Guadeloupe Port Caraïbes : La problématique ville/port/citoyen se pose en effet de manière particulière sur notre île. Nous sommes un territoire archipélagique, et notre institution est multi sites pour répondre à cette contrainte particulière. D’autre part, du fait de notre histoire, une certaine défiance a longtemps marqué le rapport entre les citoyens et la mer, même au-delà du Port. Ce regard est en train de changer sous l’impulsion d’une détermination portée collectivement.

La volonté de création d’un Port Center en Guadeloupe répond donc à un constat simple : malgré le rôle primordial du Port dans nos territoires insulaires (95% des marchandises échangées sur l’île transitent par nos installations), il persiste une réelle méconnaissance du rôle de notre établissement et de son fonctionnement, ainsi que des métiers et activités liées au domaine portuaire et nous devons tout mettre en œuvre afin de faire prendre conscience aux citoyens du potentiel de développement formidable que représentent nos activités.

AIVP : Guadeloupe Port Caraïbes, autorité portuaire gestionnaire du port de commerce, s’affirme comme l’initiateur de cette démarche. Quels sont les autres partenaires locaux pressentis et comment ont-ils reçu cette invitation à s’engager aux côtés de l’autorité portuaire dans une démarche de constitution de Port Center ?

Yves Salaün : Nos partenaires dans cette démarche sont le Comité du Tourisme des Îles de Guadeloupe, la Communauté d’Agglomération Cap Excellence, les villes de Pointe-à-Pitre et de Basse-Terre au sein desquelles la réalisation des interfaces ville-port est déjà engagée, la ville de Baie-Mahault, le Cluster Maritime de Guadeloupe et l’UMEP Guadeloupe (Union Maritime et Portuaire).

Conscients de l’enjeu majeur que représente l’intégration de la place portuaire à la vie des citoyens et des bénéfices communs engendrés par cette démarche Port Center, c’est avec un enthousiasme certain que cette invitation a été accueillie par nos partenaires. En effet, l’heure est à la mutualisation des ressources afin d’assurer un développement de l’activité portuaire dans un cadre harmonieux. Citoyens, touristes, mais aussi acteurs du monde maritime ; autant de publics qui doivent aujourd’hui pouvoir comprendre le fonctionnement de l’outil portuaire à disposition et en profiter pleinement. C’est en ce sens que l’engagement pris par nos différents partenaires permettra de développer une nouvelle vision du Grand Port Maritime de la Guadeloupe.

AIVP : De nombreuses actions de terrain visant à faire connaître le port et ses activités à la population guadeloupéenne ont déjà été conduites. Quelles sont-elles et quels succès ont-elles obtenus auprès des guadeloupéens ?

Yves Salaün : En ouvrant régulièrement les portes du port aux établissements scolaires via l’opération « Je découvre mon Port », nous offrons aux élèves la possibilité de découvrir les différents métiers inhérents à son fonctionnement ainsi que le rôle central qu’il occupe dans la vie économique de l’archipel. Aussi nous avons développé des partenariats forts avec l’Université (recensement des cétacés, recherches sur le risque de tsunami, etc.) et le Rectorat (Semaine Ecole-Entreprise, Journées Portes Ouvertes, etc.). Au cours des deux dernières années, ce sont près de 2000 élèves qui ont pu visiter les installations portuaires. Les retours positifs et les nombreuses sollicitations témoignent de l’intérêt suscité chez ce public.

S’ouvrir, c’est également faire le choix de soutenir et d’accueillir des manifestations de grande qualité. Ainsi, en juin 2014, la Pool Art Fair (Salon international d’art contemporain caribéen) a été organisée au sein de notre nouveau Terminal Croisières, inauguré quelques mois auparavant. Plus de 1000 visiteurs ont pu découvrir les œuvres d’artistes internationaux tout en profitant du cadre offert par notre établissement.

Par ailleurs, de nombreuses autres actions ont été entamées afin d’approfondir notre engagement sociétal, notamment l’accompagnement d’associations œuvrant pour la préservation de l’environnement ou le partenariat avec le Tour de la Guadeloupe en Voile Traditionnelle, course très populaire se déroulant chaque année. Nous ne sommes cependant qu’aux prémices de cet engagement. La signature prochaine de la charte Port Center nous permettra de nous investir davantage et en totale synergie avec nos partenaires.

AIVP : Le regard des populations locales sur le port est-il en train de changer ? Quel est le bénéfice espéré par les autorités portuaires en retour de ces nouvelles actions alors même que le port engage de nouvelles stratégies d’investissements pour garantir son développement dans le bassin caribéen ?

Yves Salaün : Guadeloupe Port Caraïbes est une référence dans le bassin caribéen, en témoignent les nombreuses récompenses qui nous sont attribuées, saluant la fiabilité de nos installations, la qualité de notre accueil. Alors, oui, le regard change progressivement. Et en mettant en place les actions évoquées, notre objectif est de renforcer cet élan et d’accompagner effectivement cette mutation dans la perception de notre institution et de ses potentialités. Il existe en Guadeloupe un savoir-faire portuaire. Nous avons un rôle moteur sur le territoire en tant que régulateur économique, aménageur portuaire respectueux de son environnement, levier incontournable de développement et créateur d’emplois. Aussi, notre volonté est bien que les citoyens eux-mêmes prennent conscience de tous ces atouts et se réapproprient ce port qui est leur patrimoine.


La Guadeloupe accueillera des Journées régionales AIVP les 26 et 27 mars prochains. La charte Port Center Guadeloupe Port Caraïbes sera signée à cette occasion entre l’AIVP et les acteurs locaux guadeloupéens. Renseignements et inscriptions sur www.guadeloupe.aivp.org

PARTAGER

Laisser un commentaire