« Développer une conscience énergétique nous semble indispensable dans notre démarche de Smart Port »

Publié par  23 novembre, 2015 5:41 1 Commentaire

Interview: Joan Basora Robert, Director de Desarrollo Corporativo, Port de Tarragona, España

ITW_Joan_Basora_vignetteLe Port de Tarragone, 5e port espagnol, possède un trafic de marchandises diversifié, ainsi qu’un complexe pétrochimique d’envergure. Outre la dimension industrialo-portuaire, ce port catalan poursuit également une politique de développement de la croisière et une véritable ambition d’intégration ville port.

AIVP : En 2010, vous avez publié votre rapport sur le Développement durable du Port de Tarragone (Memoria de Sostenibilidad 2010). Celui-ci exprime une volonté forte de faire du Port un moteur économique et social pour tout le territoire. Pouvez-vous nous décrire en quelques lignes les motivations pour une autorité portuaire d’un tel engagement ?

Joan Basora Robert : Nous garantissons un développement durable et une efficacité économique en mobilisant nos ressources et nos efforts pour diriger l’économie de notre territoire et conforter le rayonnement national et international de celui-ci. Une telle démarche permet d’amener les produits de notre arrière-pays ou hinterland sur les marchés internationaux.
Le Port de Tarragone s’est fixé des orientations stratégiques comme celles d’investir dans la diversification des trafics ou de développer les infrastructures, en vue de devenir un port d’éclatement pour le trafic conteneurs en Méditerranée occidentale. D’où l’extension du « Muelle de Andalucía » (quai d’Andalousie) où se situe le terminal conteneurs du port, l’extension du « Muelle de la Química » (quai de la chimie), qui accueille les plus gros navires-citernes existants, et l’aménagement d’une zone d’activités logistiques (ZAL) et des infrastructures liées.

AIVP : Le Port de Tarragone est caractérisé par une activité industrielle importante. D’ailleurs le Président du Port et l’Association des Entreprises Chimiques  ont annoncé récemment la création d’un cluster spécialisé dans le secteur de la chimie (ChemMed). Dans ces conditions, comment avancer comme un « port responsable » capable de protéger et de respecter son environnement ?

Joan Basora Robert : Conformément à son plan stratégique, ChemMed Tarragona étend la recherche d’investisseurs à d’autres secteurs que celui de l’industrie chimique. Des efforts seront faits pour inciter les entreprises liées au secteur automobile, énergétique ou pharmaceutique à investir dans le territoire, même si l’on reste dans le domaine des activités associées à l’industrie chimique.
Mais tout cela passe par une prise de conscience énergétique et nous devons nous appliquer à garantir un maximum d’efficacité dans ce domaine. Tarragone, en tant que port responsable, a déjà mis en place un système de gestion énergétique selon la norme internationale ISO 50001 qui vient compléter notre certification environnementale ISO 14001. Tout cela dans l’optique de protéger et respecter davantage l’environnement. De fait, les chiffres montrent qu’au cours des cinq dernières années, la consommation d’électricité a diminué de 16%, la consommation d’eau de 32% et la consommation de carburant de 3%.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AIVP : L’AIVP, à travers son Port Center Network, prône l’importance de mettre en œuvre des actions éducatives et récréatives pour expliquer et rapprocher à nouveau le citoyen avec son port et ses activités. A Tarragone vous avez le Musée du Port. Pourriez-vous nous décrire les missions et projets portés par cette structure et dans quelle mesure le Port y est associé ?

Joan Basora Robert : Le “Museo del Port de Tarragona” fait partie de ce que nous appelons le CEMAPT (Centre pour les Etudes Maritimes et les Activités du Port de Tarragone). Ce centre, chargé de la gestion culturelle et sociale du Port, conçoit et organise des activités intéressantes et diversifiées. Il soutient et encourage également le développement de nouveaux projets en collaboration avec plusieurs organisations socioculturelles de Tarragone, proposant ainsi une offre culturelle de premier ordre et accueillant près de 90.000 visiteurs par an.
Il faut souligner le dynamisme avec lequel le « Museo del Port de Tarragona » mène à bien les activités à destination des écoliers, des familles et des autres publics. Ces activités culturelles, telles que les visites théâtralisées et les visites guidées organisées au sein du Musée ou du « Museo de Faros », sont autant d’exemples de notre volonté de conserver et de propager la mémoire historique du Port de Tarragone.

AIVP : Existe-t-il d’autres initiatives ou projets sur le territoire unissant les milieux éducatifs et/ou les associations de citoyens ?

Joan Basora Robert : Oui, bien sûr. Il existe des initiatives et des projets que nous développons conjointement avec la bibliothèque de Tarragone, l’université, la ville et les associations de quartier. Nous partageons les mêmes préoccupations et nous sommes partenaires dans l’élaboration d’un programme culturel et éducatif qui favorise une plus grande intégration socioculturelle. De fait, notre ambition est de devenir un port smart et une ville smart, toujours au bénéfice des citoyens.

AIVP : L’intégration sociétale du port se traduit par des nombreuses actions et engagements, mais elle doit aussi pouvoir bénéficier d’un soutien des autorités locales et régionales. Quelles peuvent être les actions communes en matière d’intégration ville-port-citoyen ?

Joan Basora Robert : Les autorités, tant au niveau national que municipal, soutiennent nos projets et initiatives ; elles assistent d’ailleurs au conseil d’administration de l’autorité portuaire de Tarragone. Il y a aussi le quai « Moll de Costa del Port de Tarragona » qui abrite des entrepôts reconvertis en salles d’activités socioculturelles, et où la ville et le port organisent conjointement des expositions d’art contemporain dans l’un des hangars.

PARTAGER

Un commentaire

Laisser un commentaire