Valparaiso, le projet Puerto Barón est relancé

Publié par  2 décembre, 2016 6:58 Laissez vos commentaires

itw_valparaiso_01_110Interview : Gonzalo Davagnino Vergara, Director General, Empresa Portuaria Valparaíso, Chile

Empresa Portuaria Valparaíso est membre de l’AIVP depuis 2002.

Le projet Puerto Barón, une opération de transformation urbaine du waterfront, a été concédé à Mall Plaza en 2006. Il a fait l’objet de nombreux débats et devait également répondre aux exigences UNESCO, Valparaiso étant classée au patrimoine mondial depuis 2003. L’Empresa Portuaria Valparaiso, Mall Plaza et diverses autorités ont annoncé en juillet dernier qu’il était relancé. Les travaux pour la dernière phase de ce projet devaient également être lancés.

AIVP – Pouvez-vous nous rappeler les principales orientations de ce projet, et quelles ont été ses évolutions pour répondre aux débats avec la communauté et pour prendre en compte l’impact patrimonial ?

Gonzalo Davagnino Vergara – La vocation du projet Puerto Barón est d’ouvrir en continu, toute la journée et tout au long de l’année, le front de mer aux citoyens. Cet espace, aujourd’hui utilisé pour la manutention et la circulation portuaires, sépare la ville du bord de mer à hauteur du quartier El Almendral (la plus grande surface plane de cette ville en grande partie construite à flanc de collines). Puerto Barón propose une combinaison d’espaces publics, qui font grandement défaut à Valparaiso, directement desservis par le tramway et donc reliés aux communes situées à l’intérieur de la région. C’est dans cette optique que ce projet a été conçu avant d’être amélioré au fil du temps grâce à la participation d’organismes publics. Finalement, à la demande de l’Unesco, des mesures supplémentaires ont été intégrées visant notamment à réduire la hauteur et l’étendue des nouvelles infrastructures, ainsi qu’à mettre en valeur l’ensemble de l’entrepôt Simón Bolívar, un bâtiment patrimonial protégé par la réglementation territoriale locale.

DCIM100MEDIADJI_0259.JPG

AIVP – Quels sont les équipements programmés lors de cette dernière phase et son calendrier ?

Gonzalo Davagnino Vergara – Le projet Puerto Barón, l’un des piliers du Plan de développement du port de Valparaiso (PDPV), est destiné à concilier la croissance portuaire avec le développement et les besoins de la ville. Il s’agit d’une initiative inédite d’ouverture du front de mer aux usages urbains qui constituera pour la ville une fenêtre sur la mer. Les deux tiers de cet espace de 12 hectares seront ouverts au public 24 h/24 et 7 j/7 en libre accès. Le projet a été concédé à Plaza Valparaíso S.A. en 2006 suite aux orientations et prescriptions fixées lors de la séance publique du conseil municipal de 1991 qui a permis de reconnaître la volonté de l’ensemble des citoyens de retrouver un accès à la mer au sein d’un cadre qui favorise l’exploitation et la croissance du port.

Maquette initiale du projet © Empresa Portuaria Valparaíso

Ce projet représente pour la ville un investissement de plus de 200 millions d’USD, l’un des plus importants depuis 80 ans, et permettra de créer environ 4000 emplois (1500 pendant la phase de construction et 2500 par la suite). Il prévoit une longue promenade le long du front de mer (sur 840 m de long et 40 m de large en moyenne), deux places de 11000 et 5000 m², des espaces verts, des pistes cyclables, un port de plaisance public et des zones de loisir. Cette initiative répond aux défis et aux besoins de la ville de Valparaiso, et reflète également la tendance internationale en matière d’aménagement des waterfronts des villes portuaires.

Des aménageurs et des acteurs sociaux locaux ont formulé un certain nombre de critiques à l’égard du projet, notamment en raison du fait qu’il aurait pu remettre en cause le statut de patrimoine mondial attribué à Valparaiso. L’UNESCO a pris note de cette préoccupation et a demandé au gouvernement d’évaluer les incidences du projet. L’étude d’impact sur le patrimoine menée à bien par l’expert mandaté par le gouvernement, l’architecte Juan Luis Isaza, et largement diffusée en mai dernier, a finalement permis d’exclure définitivement cette hypothèse. Les conclusions du document ont établi qu’il n’existe pas de facteurs qui justifient de retarder davantage le projet qui, non seulement ne remet pas en cause la dimension patrimoniale de Valparaiso, mais la renforce au titre de la recherche archéologique et de la mise en valeur d’éventuelles découvertes.

Projet Puerto Barón © Empresa Portuaria Valparaíso

En contrepartie, plusieurs enquêtes d’opinion ont révélé le soutien des citoyens. Parmi les enquêtes les plus récentes, celle réalisée par le cabinet Veas (2015) affirme que : 64% de la population déclare avoir connaissance du projet, 59% l’approuve, 71% estime qu’il permettra la création de nouveaux emplois et 67% considère qu’il contribuera au développement de la communauté. De même, le cabinet Adimark (2015) révèle que : 97% des personnes interrogées déclarent être avoir connaissance du projet, 57% l’approuve, 75% estime qu’il permettra la création de nouveaux emplois et 71% déclare avoir l’intention de fréquenter le site.

En 2015, à l’initiative du gouvernement et sur recommandation de l’UNESCO, nous avons créé un bureau intersectoriel appelé « Comité de Conservación del Sitio Área Histórica de la Ciudad Puerto de Valparaíso », composé d’instances régionales (Intendencia et Gobernación de Valparaiso), du Conseil des monuments nationaux du Chili et d’autres organismes, et chargé de revoir le projet et d’en proposer des améliorations. Après plusieurs mois de travail, 19 propositions ont été faites et acceptées volontairement par le concessionnaire. Le gouvernement veille aujourd’hui lui-même à leur mise en œuvre par le truchement d’EPV – Empresa Portuaria Valparaíso. Enfin, en juillet dernier, le concessionnaire a lancé la mise en œuvre d’un Plan de gestion archéologique à la demande de l’Etat via le Conseil des monuments nationaux. Cette étape touche à sa fin et la reprise définitive du chantier de construction du Puerto Barón est prévue pour décembre.

AIVP – Sur ce même secteur existait un terminal croisière. Il devait être relocalisé. Pour quelles raisons, et qu’avez-vous prévu à sa place ?

Gonzalo Davagnino Vergara – Le projet Puerto Barón sera implanté sur le site de ce terminal, il convenait donc de le relocaliser. On en profitera pour le moderniser et améliorer ses services et ses performances. Il est à signaler que le terminal est actuellement en service et qu’il se situe non pas à l’extrémité du Muelle Barón mais sur un secteur du front de mer, avenue Francia, à proximité de la future place Francia qui sera construite dans le cadre du projet Puerto Barón à proximité de la station Francia du tramway.

itw_valparaiso_08AIVP – Votre activité croisière dure d’octobre à avril. En dehors de cette saison quelles sont les activités et fonctions programmées pour faire vivre cet équipement ? Et de manière plus générale comment sera-t-il intégré à la vie quotidienne de la ville et de ses habitants ?

Gonzalo Davagnino Vergara – Le nouveau terminal croisière est un projet mis en œuvre conjointement par EPV et le groupe Agunsa, le concessionnaire du terminal passagers de Valparaiso (VTP). Construit par l’entreprise Cypco au cours de travaux qui auront duré 10 mois, il représente un investissement de 8 millions de dollars H.T., et est totalement opérationnel depuis le début de cette saison touristique. Cette structure répond à la nécessité d’améliorer la qualité de nos services touristiques, d’autant plus que son nouvel emplacement, qui le reliera directement au site de Puerto Barón, contribuera au développement de notre projet d’ouverture urbaine.

Nouveau terminal passagers © Empresa Portuaria Valparaíso

Le VTP, qui rendra possible l’accueil simultané de davantage de navires dans de meilleures conditions, constituera un pilier de l’activité croisière du Chili. L’accueil d’un plus grand nombre de bateaux de croisière signifie que les touristes seront plus nombreux à consommer des services à Valparaiso et alentours, cette activité rapportant déjà à la ville près de 16 millions d’USD par an. La qualité de l’accueil au terminal contribuera en outre à véhiculer une bonne image de la ville. Concrètement, la façade du nouveau bâtiment construit sur 5237 m² s’étend sur une longueur de 120 mètres et s’élève à 7,16 mètres de hauteur. Il disposera d’une zone de stationnement pour 47 voitures et pourra accueillir 26 autocars destinés au transport des passagers.

Le lancement de ce nouvel équipement, qui nécessite un gros investissement et un travail assidu, permettra de conforter l’activité touristique de la ville, important moteur de développement et élément constitutif de l’identité nationale. En plus de l’accueil des passagers pendant la saison haute, la structure servira de centre événementiel de premier ordre à l’échelle de la région. Il permettra à la ville portuaire et à ses habitants de disposer pour la première fois d’un lieu où organiser des expositions et des congrès. Par ailleurs, afin d’améliorer la compétitivité du port, et dans la perspective d’un rebond de l’activité croisière, Puerto Valparaíso a initié une étude de faisabilité pour l’aménagement d’un quai croisière. Cette étude nous permettra de déterminer la nécessité de prévoir davantage d’infrastructures dédiées à l’accueil des passagers, de définir des modalités pour les années à venir et d’envisager plusieurs business modèles.

AIVP – Cet été vous avez réaffirmé auprès de la Municipalité votre intérêt pour le palais Subercaseaux, un bâtiment patrimonial du quartier portuaire qui a subi un incendie. Quels sont vos projets pour ce bâtiment et quels sont vos autres initiatives en faveur du patrimoine dans une ville où ce terme a une très forte résonance ?

Gonzalo Davagnino Vergara – Nous sommes désormais convaincus que Valparaiso et son port sont une réalité indivisible. Il est difficile d’imaginer la ville sans son activité portuaire car cela signifierait renier son histoire et les traditions qui ont fait d’elle une référence mondiale. De la même manière, nous pensons qu’au-delà de l’intérêt qu’il doit porter à son fonctionnement, le port doit aussi développer une vision globale qui tienne compte des préoccupations de la ville.

Palais Subercaseaux © Empresa Portuaria Valparaíso

En ce sens, Valparaiso se distingue avant tout par son patrimoine. Indépendamment du fait que l’accent ait été mis sur les impacts possibles de nos projets sur ce site classé au patrimoine mondial – inscrit en tant que tel en considérant le port et sa future expansion – et au vu de l’état d’abandon dans lequel il se trouve, nous avons décidé de nous impliquer activement et d’engager des actions concrètes. L’étude de l’impact de nos projets portuaires sur le patrimoine est une décision importante. La relocalisation de notre siège, qui se trouve actuellement dans l’enceinte portuaire, dans l’ancien palais Subercaseaux au cœur du quartier historique de la ville, est une autre initiative pertinente mise sur pied suite à la signature d’un accord avec la Ville et grâce au soutien du gouvernement. Suite à un incendie survenu en 2014, seuls subsistent aujourd’hui les anciens murs du bâtiment historique et un terrain vague. Nous espérons avoir amorcé ici un processus concerté de valorisation de l’ensemble du quartier portuaire.

La sauvegarde de ce bâtiment symbolique et de son environnement immédiat situés au cœur du patrimoine de Valparaiso, là où la ville a été fondée, vise à renforcer le lien historique entre la ville et le port. En nous engageant dans la sauvegarde du quartier portuaire, nous préservons un élément central de notre identité, l’origine du caractère portuaire de cette ville unique. Par ailleurs, l’aménagement de structures abandonnées et extrêmement endommagées au moyen des meilleures techniques de construction existantes (via l’édification d’un bâtiment vert à l’intérieur de la structure), témoigne de la confiance que nous avons en notre ville et indique la voie à suivre pour conserver et promouvoir son patrimoine.

Palais Subercaseaux © Empresa Portuaria Valparaíso

Avant sa mise à exécution, le gouvernement doit encore approuver les dépenses liées à cette initiative dont l’avant-projet a été mis au point par la société Aginva. Spécifiquement, le projet concerne l’aménagement d’un site de 1100 m² pour une surface utile de 5600 m², répartis sur quatre étages, deux niveaux souterrains et une terrasse, proposée comme cinquième façade conformément aux exigences requises par l’Unesco.

On envisage également de restaurer la structure et l’architecture des anciens murs du bâtiment et de les valoriser en installant dans leur enceinte une structure moderne, légèrement séparée des murs extérieurs, à l’intérieur de laquelle une cour permettra de communiquer entre les différents étages du bâtiment et sur toute sa hauteur. À l’extérieur, la hauteur et les volumes du bâtiment d’origine et des structures environnantes seront préservées. Les passages Almirante Goñi et Pérez Gacitúa, biens nationaux à usage public, seront également restaurés. L’avant-projet prévoit aussi un rez-de-chaussée ouvert au public qui permettra au bâtiment de retrouver un usage commercial ainsi qu’un auditorium et un centre de documentation doté d’une bibliothèque publique consacrée au domaine portuaire.

AIVP – Sur le plan portuaire, votre plan d’aménagement comporte différents projets d’extension : celui du Terminal 1, la création d’un nouveau terminal conteneurs en partie gagné sur la mer pour le Terminal 2, ou encore le développement de l’activité sur Yolanda (Terminal 3) qui est sans doute le secteur au plus fort potentiel de développement. Dans tous ces cas, et c’est là l’une des caractéristiques majeures de Valparaiso, les activités portuaires sont au contact immédiat de la ville. Vous soulignez, notamment pour le secteur de Yolanda, la nécessité d’accroître votre efficacité logistique tout en assurant un développement harmonieux et intégré avec la ville. L’un des leviers d’action pour cette intégration ville-port est la réflexion portant sur les accès au port. Quelles mesures avez-vous programmées ? Et pouvez-vous en dire plus notamment du projet de Mathias Klotz qui avait gagné le concours sur les accès Sud et le Muelle Prat que vous aviez lancé en mai 2015 ?

Nouveau Terminal 2 © Empresa Portuaria Valparaíso

Gonzalo Davagnino Vergara – Le « Concurso Público Anteproyecto Urbano – Paisajístico Viaducto Acceso Sur – Muelle Prat » a permis aux urbanistes de participer à la conception d’une infrastructure portuaire, ce qui s’est avéré une expérience enrichissante. Le port a pu dialoguer avec des équipes multidisciplinaires qui se sont largement mobilisées, et à la surprise de tous, c’est la proposition d’un des plus grands architectes chiliens qui a été retenue. Son projet prévoit d’aménager deux secteurs très sensibles du quartier historique de la ville, la place Wheelwright et la place Sotomayor.

La difficulté consistait à imaginer une œuvre architecturale qui s’harmonise avec une infrastructure routière, à savoir un viaduc et un tunnel sous-terrain construits à l’intérieur du port, le long du front de mer.

Mathias Klotz propose d’installer sur le viaduc une promenade belvédère qui longe le flanc de la colline de Cerro Artillería pour relier la place Wheelwright au belvédère 21 de Mayo, sur environ 700 mètres. Au-dessus du tunnel, il prévoit une vaste esplanade de 6000 m² ouverte et éclairée la nuit, comprenant de nouveaux commerces, du mobilier urbain et des brise-soleil au niveau du Muelle Prat, site d’embarquement pour visiter la baie de Valparaiso en bateau.

Cette expérience aura pour nous été l’occasion d’impliquer de manière concrète la communauté qui aura, entre autres, eu l’occasion d’exprimer ses préférences lors d’une exposition publique organisée avant le rendu de la décision finale. Les études d’architecture et de génie civil sont aujourd’hui achevées et le projet est sur le point d’être soumis à l’autorité d’évaluation environnementale.

 

PARTAGER

Laisser un commentaire