Port industriel de Saint-Nazaire, l’aménagement taille XXL

Publié par  22 mars, 2017 4:01 Laissez vos commentaires

maire_saint_nazaireUn entretien avec David Samzun, Maire de Saint-Nazaire et Président de Communauté d’Agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire

La Communauté d’Agglomération de la région nazairienne et de l’estuaire est membre de l’AIVP depuis 2010.
Elle a pris la suite de la Ville de Saint-Nazaire qui avait adhéré en 1995.
Nantes Saint-Nazaire Port est membre de l’AIVP depuis 1990.
L’Agence pour le Développement Durable de la Région Nazairienne est membre depuis 1992.

Le projet du boulevard des apprentis a été présenté à l’automne dernier à la presse et aux habitants. Il va permettre à la fois d’aménager une nouvelle desserte de la zone industrialo-portuaire de Saint-Nazaire et de créer de nouveaux espaces pour les acteurs économiques présents sur cette zone, en particulier les chantiers navals STX. Les travaux sont lancés en ce début d’année 2017. Comment conjuguer ce confortement de l’activité économique nazairienne et la qualité de vie des habitants résidant à proximité ? Un entretien avec David Samzun, Maire de Saint-Nazaire, qui nous permettra par ailleurs de faire le point sur les dernières évolutions du projet Ville-Port de Saint-Nazaire.

AIVP – Le projet du boulevard des apprentis a été présenté à l’automne dernier à la presse et aux habitants. Pouvez-vous nous en résumer ce qui l’a motivé et ses enjeux, ainsi que ses caractéristiques principales ?

David Samzun – Les premières réflexions autour du dévoiement du boulevard des apprentis ont pris corps dès 2010. La relation de la ville avec son port est déjà l’un des leviers de son projet urbain et le redéploiement du tissu industriel de Saint-Nazaire, avec la modernisation des chantiers, puis la diversification vers l’éolien en mer, s’engagent. Le carnet de commandes du groupe STX n’a depuis cessé de se remplir. Le Grand port maritime achève les travaux d’aménagement du hub énergies marines renouvelables et le confortement des quais appelés à accueillir le chargement et le déchargement de ces matériels. Le dévoiement du boulevard des apprentis est donc devenu une nécessité, pour accompagner ces développements industriels et la création des emplois liés.

Cette opération majeure mobilise à elle seule presque 15 millions de financements publics et privés. L’agglomération de Saint-Nazaire en assure la maîtrise d’ouvrage. Elle est la première brique d’un projet de requalification bien plus ambitieux de toute l’accessibilité maritime, routière et ferroviaire de la zone industrialo-portuaire, ce qui permettra de connecter par un itinéraire permettant le transit de convois de 21 m de large (et jusqu’à 40 m à l’approche du hub éolien), les sites industriels de Montoir-de-Bretagne avec les bassins de Penhoët et de Saint-Nazaire. Au total, ce sont 40 millions d’investissements, très majoritairement publics, qui sont ainsi consentis pour conforter et requalifier la zone industrialo-portuaire de Saint-Nazaire, modernisation des ouvrages portuaires et aménagement du hub éolien en mer compris.

Un projet d’une telle ampleur et d’une telle complexité n’a pu voir le jour qu’avec une volonté et une qualité de coopération très fortes entre les acteurs publics et privés, dont l’agence d’urbanisme, outil partagé entre l’agglomération, la Ville de Saint-Nazaire et Nantes Saint-Nazaire Port, mais aussi avec l’Etat, la Région et le Département, a été l’un des acteurs facilitateurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AIVP – Le déplacement de cet axe routier majeur va le rapprocher d’un secteur d’habitation. Cela a vraisemblablement suscité des craintes et des réactions en raison de son impact potentiel que cela soit en termes de risques ou d’environnement. Quelles mesures concrètes ont été programmées pour assurer son intégration avec les zones urbaines ?

David Samzun – La préoccupation principale qui s’est exprimée en réunion publique a très certainement été la crainte d’une élévation des niveaux de bruit à proximité des habitations, notamment la nuit, ce qui est bien compréhensible. Cette question a été étudiée et modélisée très attentivement lors de la conception du projet, et un maximum d’aménagements sont intégrés pour assurer la meilleure cohabitation possible entre la ville habitée et la ville travaillée.

Le dévoiement du boulevard des apprentis offre ainsi l’opportunité de valoriser un merlon aujourd’hui délaissé, qui recouvre d’anciens réservoirs d’eau potable, et qui vont retrouver un nouvel usage assez inattendu. Ces volumes de béton, légués par l’histoire à Saint-Nazaire, vont en effet devenir autant de belvédères sur le site des chantiers, offerts aux promeneurs et aux passants, dans un cadre très paysager, qui viendra augmenter l’espace et la qualité du square des aviateurs déjà existant. Une opération de locaux mixtes ou à usage de bureaux viendra aussi prolonger l’effet de protection phonique du merlon existant, évitant ainsi de recourir à des interventions souvent peu esthétiques du type mur anti-bruit. En somme, on fait du beaucoup mieux avec du déjà là…

Zone tampon © Nantes Saint-Nazaire Port – A Bocquel

Pour le reste, je crois que les nazairiens ont une vraie culture du risque, qu’il soit naturel, industriel voire même économique. Et puis, dans cette ville, et plus encore qu’ailleurs dans le quartier de Méan-Penhoët, la ville du travail fait pleinement partie de la ville, avec ses nuisances, avec ses risques… mais aussi avec son histoire et avec ses emplois…

AIVP – Nous avons eu l’occasion de relayer régulièrement auprès des membres de notre réseau les évolutions du projet Ville-Port de Saint-Nazaire lancé il y a plus de 20 ans. En 2012 les participants à la 12e Conférence mondiale de l’AIVP qui s’est tenue à Nantes et Saint-Nazaire avaient eu l’occasion de découvrir in situ ce projet, et notamment les aménagements dans et autour de l’ancienne base sous-marine. Qu’en est-il aujourd’hui ? et quels sont les derniers projets engagés ou envisagés à court terme sur ce secteur du port urbain de Saint-Nazaire ?

David Samzun – Ville-Port a certainement été le projet le plus emblématique de la volonté de reconquête urbaine de Saint-Nazaire. Il a nécessité un investissement considérable, autant qu’il s’imposait. Mais force est pour autant de constater aujourd’hui que des opérations comme Ville-Ouest ou l’aménagement de la promenade du Front de mer, ont peut-être fait plus fortement changer certains équilibres dans la ville.

Territoire du projet Ville / Port © Ville de Saint-Nazaire

L’ancienne base sous-marine n’en est pas pour autant délaissée. Escal’Atlantic témoigne d’une fréquentation qui ne se dément pas, le VIP et le Life comptent parmi les hauts lieux culturels de la Ville, le Théâtre, tout proche installé sur le site de l’ancienne gare des transatlantiques est un succès populaire.

Les travaux d’aménagement des locaux à destination des associations dans l’alvéole 12 s’engagent sur la base du projet de l’agence belge 51N4E. Leur réalisation permettra de libérer le plateau du Petit Maroc qui lui fait face de nombre des constructions qui l’encombrent, et ré-ouvrira Saint-Nazaire sur l’estuaire. Devant l’ancienne base sous-marine, les anciens entrepôts frigorifiques viennent aussi d’être démolis. Nous travaillons à implanter là un bassin de plaisance, en cœur de ville. Il nous faut encore mener d’importantes études pour faire aboutir ce projet dont je crois l’impact déterminant sur le changement d’image de Saint-Nazaire, et pour apporter une nouvelle ambiance dans son centre-ville.

Activer le littoral de Saint-Nazaire, qui est aussi celui de la métropole Nantes Saint-Nazaire, est l’un des « fils rouges » du nouveau projet urbain qui se dessine. Le port « urbain » de Saint-Nazaire en est naturellement l’un des secteurs de projet les plus précieux. Il fait partie de ces sites, comme le centre-ville, que je qualifie souvent de biens communs de tous les nazairiens. Et puis, dès 2017, les festivités du centenaire du débarquement de l’armée américaine et l’évènement historique que va constituer le retour à Saint-Nazaire du Queen Mary dans le cadre de l’opération « The Bridge » vont mettre tout ce secteur sous les feux de la rampe.

 

PARTAGER

Laisser un commentaire