Gênes, membre fondateur de l’AIVP accueille le 8e Forum Parmenides sur : Quel développement durable pour nos ports méditerranéens ?

Publié par  27 mars, 2017 4:50 1 Commentaire

Les 21-23 mars 2017, l’AIVP s’est rendue à Gênes pour participer activement au 8e Forum international Parmenides du Groupe Interacadémique pour le Développement (GID). La manifestation était organisée en partenariat avec Porto Antico, structure de gestion et de développement du vieux port de Gênes dont le Directeur Général, Alberto Cappato, est également administrateur de l’AIVP.

Centré sur les savoirs nécessaires pour concilier l’évolution des infrastructures portuaires avec le développement durable en Méditerranée, le forum a été l’occasion pour le Directeur général de l’AIVP, Olivier Lemaire, d’exposer l’importance de mettre le citoyen au cœur de la démarche du développement durable. Dans le cadre des territoires ville port, où les enjeux socio-économiques sont multiples et complexes, la compréhension et l’éducation au fait portuaire et maritime, sont la base d’une démarche collaborative et durable.

Outre la question de l’implication de la société, des sujets faisant l’objet de multiples expérimentations et recherches ont été présentés : rôle des ports dans la préservation de la biodiversité marine et des ressources halieutiques, écoconception et utilisation de nouveaux matériaux pour la construction et le développement des ports, matériaux intelligents pour la propreté de l’environnement marin, ports intelligents pour une logistique visant à économiser les ressources, etc…

Lors des débats, l’importance de la capacité d’innovation s’est clairement exprimée dans tous les domaines du développement durable. Les ports, pour faire face à la compétition mondiale et aux exigences environnementales/sociales, doivent développer une capacité d’anticipation qui demande un partage des savoirs et des connaissances. Ceci implique aussi la question de la réorganisation des systèmes portuaires qui doivent envisager de plus en plus l’organisation de complexes portuaires régionaux. Cette question se pose plus particulièrement pour les ports italiens qui depuis la réforme portuaire ont réduit le nombre d’autorités de 24 à 15. Cette réduction visant à optimiser les systèmes de gouvernance, ne portera pas la croissance espérée, si elle n’est pas accompagnée d’une forte stimulation à l’innovation. Paolo Costa, ancien maire et président du Port de Venise, ancien ministre des transports a pu conclure son intervention en disant :

« Face à la globalisation, les ports se différencieront beaucoup plus par leur capacité de mettre en place un environnement propice à l’innovation et à l’éducation, que par leurs stratégies d’adaptation au marché du transport maritime ».

Olivier Lemaire - Genes - Parmenides

PARTAGER

Laisser un commentaire