Saint-Nazaire : un travail collaboratif au cœur de la stratégie portuaire

Publié par  10 avril, 2017 9:08 Laissez vos commentaires

itw_port_nantes_saint-nazaire00_dd_2017avril07Un entretien avec Jean-Pierre Chalus, Président du Directoire de Nantes Saint-Nazaire Port.

Le Port de Nantes Saint-Nazaire est membre de l’AIVP depuis 1990

Nous avons récemment évoqué avec David Samzun, le maire de Saint-Nazaire, le projet de dévoiement du boulevard des Apprentis. Un projet gagnant/gagnant puisqu’il permet de renforcer l’activité des acteurs économiques présents sur le secteur tout en préservant la qualité de vie des habitants. Ce projet de requalification de la zone industrielle et portuaire de Saint-Nazaire s’inscrit pleinement dans le projet stratégique 2015-2020 de Nantes Saint-Nazaire Port, qui est construit autour de trois axes : « Etre au cœur des filières actuelles et émergentes », « garantir la  performance de l’outil industriel portuaire » et « conduire une politique partagée de développement durable des espaces portuaires estuariens ».

AIVP – Le projet de requalification de la zone industrielle et portuaire de Saint-Nazaire, qui inclut le dévoiement du boulevard des Apprentis, est marqué par une coopération très dynamique. Cette volonté de mener un travail collaboratif caractérise plusieurs actions de votre projet stratégique. On la retrouve notamment, avec le projet de charte « Port et Territoire ». Pouvez-vous nous en dire plus sur ses objectifs ?

Jean-Pierre Chalus, Nantes Saint-Nazaire Port – De nombreux projets rapprochent la Ville de Saint-Nazaire, son agglomération et Nantes Saint-Nazaire Port. Depuis plusieurs années, une réflexion collective est menée pour partager une vision commune de développement et d’aménagement. La constitution d’un document socle est nécessaire pour agir ensemble, de façon concertée, sur certains projets d’aménagement. La future charte « Port et Territoire » doit ainsi définir les modalités de collaboration et le périmètre de gouvernance de chacune des actions à mener à court et à moyen terme. Je peux citer, par exemple, les flux et stationnements, la vocation des espaces ou encore la maintenance des voiries et ouvrages mobiles.

AIVP – L’optimisation des ressources disponibles et la densification des espaces industriels et logistiques est un autre axe fort de votre projet. Comment cela se traduit-il sur le terrain ?

Jean-Pierre Chalus – Garantir la performance de l’outil industriel et portuaire et être au cœur des filières actuelles et émergentes sont deux axes forts de notre stratégie. Les mutations qui s’opèrent en ce moment sur la zone industrielle et portuaire de Saint-Nazaire en sont le parfait exemple. D’un côté, une filière industrielle installée qui connaît une forte montée en puissance autour du développement d’entreprises, comme STX, Man. De l’autre, une filière émergente, celle des EMR, à laquelle nous apportions déjà une attention toute particulière dans notre précédent projet stratégique. Elle trouve aujourd’hui sa place dans l’estuaire de la Loire. Cette économie est en mouvement sur un site dense et contraint. En tant qu’outil industriel de développement économique, notre rôle est bien de répondre présent, de faire face à ces besoins en trouvant des solutions foncières et logistiques pour que cette cohabitation soit une réussite. En d’autres termes : requalifier, optimiser, fiabiliser. C’est ce que nous avons su faire, grâce à un travail collaboratif mené avec les services de l’État, les collectivités locales, dont Saint-Nazaire Agglomération, l’Agence de Développement Durable de la Région Nazairienne, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes Saint-Nazaire et les entreprises implantées sur la zone portuaire. Le jeu en vaut la chandelle. N’oublions pas que le port de Nantes Saint-Nazaire génère près de 25 000 emplois dont 6 000 à Saint-Nazaire.

AIVP – Cette optimisation de l’utilisation de l’espace portuaire est complémentaire de vos multiples pratiques visant à minorer l’impact environnemental de l’activité portuaire. Parmi celles-ci l’écologie industrielle, une démarche dans laquelle on retrouve, là aussi, la nécessité d’actions concertées et de mutualisation des ressources. Quelles sont les actions concrètes menées en la matière sur votre territoire ?

Ecologie industrielle © Nantes Saint-Nazaire Port

Jean-Pierre Chalus – Nous avons initié cette démarche en partenariat avec Saint-Nazaire Agglomération afin de faire émerger des synergies entre les acteurs industriels et portuaires situés entre Donges et Saint-Nazaire. Un diagnostic réalisé en 2014 a permis d’identifier de possibles interactions. Elles s’affinent ou se concrétisent aujourd’hui, et d’autres verront le jour au fil des initiatives des entreprises impliquées. Ainsi, à Saint-Nazaire, on étudie la faisabilité technique et économique d’un réseau de chaleur industriel de 3 km, soit une économie potentielle de 2 000 tonnes de CO2. A Montoir, de l’usine Yara France ou d’Air Liquide vers l’unité de méthanisation d’IDEA Groupe, on parle de récupération et de valorisation de chaleur. Sur la zone portuaire, sept entreprises pourraient par ailleurs mutualiser la collecte de leurs déchets dangereux, soit environ 4 300 t par an. Un marché est sur le point d’être contractualisé en ce sens. Sans oublier la mutualisation des déchets des palettes et de l’entretien des équipements de traitement des eaux.

AIVP – La gestion des espaces naturels est l’un des autres volets de cette stratégie environnementale très volontariste. Comment s’articule-t-elle avec la nécessité de répondre aux attentes des acteurs industriels et portuaires et votre volonté affichée d’être « un accélérateur du développement économique des territoires » ?

Jean-Pierre Chalus – Notre rôle est de contribuer au développement économique, à la création de richesses et d’emplois, tout en respectant le milieu dans lequel nous intervenons. Nantes Saint-Nazaire Port a la particularité d’être implanté sur un estuaire reconnu pour sa biodiversité. Nous avons engagé depuis plusieurs années une démarche visant à maîtriser l’impact de l’activité portuaire sur l’environnement. Nous nous appliquons notamment à contribuer aux efforts de connaissance de l’estuaire de la Loire et de sa préservation, en lien avec les associations protectrices de l’environnement et les services de l’Etat. Ce travail se traduit par des actions d’entretien adaptées à chaque site, par le maintien de l’élevage extensif et de la chasse, par la lutte contre les espèces envahissantes et la réalisation d’aménagements écologiques. 40 % du domaine foncier de Nantes Saint-Nazaire Port a vocation à demeurer en espace de nature et les principaux sites vont faire l’objet de plans de gestion. Le premier est attendu au printemps sur le site de Donges-Est.

 

PARTAGER

Laisser un commentaire