Ibiza, Iles Baléares. Une transformation ville – port majeure

Publié par  13 décembre, 2017 5:03 Laissez vos commentaires

Un entretien avec M. Joan GUAL DE TORRELLA GUASP, Président de l’Autorité portuaire des Baléares

Aujourd’hui, l’émotion ressentie lorsque l’on flâne dans la marina d’Ibiza n’a rien de comparable avec les sensations éprouvées par les habitants de cette magnifique ville de la Méditerranée, déclarée patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, lorsqu’ils s’y promenaient il y a encore à peine une décennie. Le port de la plus grande des îles Baléares a connu une métamorphose considérable ces 15 dernières années et se retrouve plongé dans un projet d’embellissement sans précédent.

L’Autorité Portuaire des Baléares est membre de l’AIVP depuis 1995.

AIVP – Quels étaient les principaux objectifs de l’Autorité Portuaire des Baléares (APB) lorsque cette opération de transformation et de réaménagement du port d’Ibiza a été entreprise ?

Joan GUAL DE TORRELLA GUASP, Président – L’APB a voulu ouvrir aux citoyens cet espace si attachant que sont les ports tout en renforçant son caractère plurifonctionnel et sans jamais perdre de vue son importance sociale et économique en tant que portes d’entrée et de sortie des passagers et de la marchandise. Nous nous sommes inspirés des modèles féconds et du savoir-faire de ports tels que celui de Barcelone, de Malaga ou d’Alicante.

Ibiza s’inscrit ainsi dans le modèle ville-port, tel le trait d’un pinceau estompant les barrières qui séparent le port de la ville en le transformant en un espace ouvert, moderne et sophistiqué, en une nouvelle zone de loisirs aménagée sur le front de mer pour faire d’Ibiza une ville plus vivante.

Le nouveau port d’Ibiza est la carte de visite de celles et ceux qui posent les pieds sur l’île pour la première fois, mais il révèle aussi la fierté d’appartenance pour les citoyens qui s’étaient un temps séparés de leur terre natale. L’endroit où il fait toujours bon arriver.

AIVP – La première phase de ce projet a été lancée en 2003. Pouvez-vous en résumer les principales étapes et expliquer la façon dont il a su modifier les relations du port d’Ibiza avec la ville et ses citoyens ?

Joan GUAL DE TORRELLA GUASP –
2003-2013, là où tout a commencé… La métamorphose du port d’Ibiza ne peut pas être comprise comme un tout. Plusieurs mois d’études, d’innombrables avant-projets, de nombreuses phases et des efforts considérables ont peu à peu modifié sa physionomie.

La première étape fut la mise en service de la digue de Botafoc en 2003. Les nouveaux quais de Botafoc sont alors construits pour traiter les trafics de marchandises et de passagers des ferrys et bateaux de croisière.

Après le transfert de l’exploitation du trafic portuaire de l’ancienne zone de la marina vers les nouveaux quais commerciaux de Botafoc, le 1er juillet 2013, l’APB s’est attaquée au réaménagement de la façade maritime du port d’Ibiza. Celle-ci correspond à la zone de domaine public portuaire allant du quai de pêche à la contre-digue « el Muro », la zone la plus proche du centre historique. Avec ce changement, la ville a gagné un espace traditionnellement destiné aux activités portuaires lourdes.

Mai 2017, fin de la première phase de la grande transformation de l’interface ville- port
Une première phase de la rénovation de la façade maritime a tout d’abord été menée dans l’espace compris entre la contre-digue « el Muro » et le début du quai de Ribera. Ces travaux ont conduit à la transformation du quai Sud du port en promenade piétonne pour répondre à une demande sociale historique des usagers de la zone. Réalisées tout au long de la zone de la marina et comprenant la rénovation complète de la superficie couverte par le domaine public portuaire, ces interventions sur l’interface ville-port ont pris fin en mai 2017 avec la construction d’un belvédère public et l’aménagement d’une place au niveau du contre-quai.

Cette phase sera suivie de la relocalisation de la zone destinée au trafic maritime avec l’île de Formentera vers l’espace des quais commerciaux, et le projet se terminera par la réfection de la façade maritime comprise entre le début du quai de Ribera et le quai de pêche. Soit en définitive, la surface qui s’étend de la partie la plus ancienne et la plus proche du centre historique, à la zone la plus moderne.

Ce réaménagement répond aux revendications historiques des habitants de l’île d’Ibiza portant sur l’utilisation de la zone Sud du port. Par ailleurs, ces interventions harmonisent les activités nautiques avec celles dérivées du centre-ville en renforçant l’économie de la zone. Le port offre désormais l’image d’un espace de promenade grâce à une piétonisation la plus importante possible, à une offre complémentaire étoffée, à des espaces ouverts… Somme toute, un lieu pour le plaisir des citoyens, qui dégage aujourd’hui un aspect plus vivant que jamais. Un lieu qui, à terme, offrira une continuité piétonnière sans aucune interruption tout au long du port, et ce grâce à la collaboration du secteur privé qui ouvrira à la libre circulation des passants l’espace de ses concessions pour la plaisance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parallèlement, cette rénovation favorise la restriction et le contrôle de la circulation automobile en n’autorisant que celle directement liée aux activités portuaires, à l’activité des commerces du front de mer, et aux besoins de certains résidents.

Grâce à cette suppression des contraintes physiques et à l’ouverture indéniable de cet espace à la citoyenneté, la silhouette ville-port recherchée se dessine progressivement.

AIVP – Aujourd’hui, en 2017, que reste-t-il à faire ? Un premier bilan de cette opération peut-il être dressé ?

Joan GUAL DE TORRELLA GUASP –
2017, une année charnière. Après 6 mois de travail acharné, la transformation de l’interface ville-port s’est achevée en mai 2017 dans la zone de la marina du port d’Ibiza par la réalisation des travaux d’aménagement du contre-quai. Également connu sous le nom d’Es Martell (« le marteau », en français), le contre-quai est considéré comme une pièce centrale pour articuler l’intervention réalisée entre le quai de Levante ou de la Consigna et le quai de Poniente ou de l’intérieur, puisqu’il vient renforcer son caractère de place publique et de pierre angulaire de tous les travaux d’aménagement exécutés. En outre, cet espace devient le cœur même des flux de personnes le plus important et le plus constant généré dans le port d’Ibiza, notamment grâce à la place mais grâce également au bâtiment dont le toit-terrasse ouvert au public offre une vue jusqu’à présent inédite sur le port et la ville. Ce bâtiment lui-même accueille actuellement des bureaux liés à l’activité plaisance. Un office de tourisme y sera implanté ultérieurement.

Les travaux de transformation et d’embellissement du contre-quai ont bénéficié d’un budget de 1,4 million d’euros et ont donné du travail à 60 personnes. Ces travaux ont été complétés par les interventions menées à bien par la société concessionnaire Sovren Marina. Ils ont consisté en l’installation de nouvelles lignes de mouillage destinées aux grands yachts au niveau du quai de Levante, initiative qui fait partie des 3,5 millions d’euros que cette entreprise a prévu d’investir en 2017 dans le port d’Ibiza.

La zone la plus ancienne du port d’Ibiza, située au pied de la Vila – nom utilisé par les habitants de l’île pour se référer à leur ville déclarée bien d’intérêt culturel –, a ainsi accueilli l’été 2017 en se montrant sous son jour le plus étincelant et un aspect entièrement revisité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un projet vivant
S’il est vrai que la plus grosse partie de cette métamorphose du port de Vila a déjà vu le jour, quelques phases doivent encore être menées pour parfaire l’ensemble. La rédaction du projet de base et du projet de construction du terminal maritime destiné au trafic entre les îles d’Ibiza et de Formentera se trouve à l’heure actuelle en phase d’exécution.

Il s’agit d’un projet ambitieux qui concerne aussi bien la construction de la nouvelle gare maritime – d’une fréquentation annuelle s’élevant à 2 millions de passagers – que ses surfaces annexes destinées aux usages portuaires ainsi qu’à la ville-port. Cette intervention nécessite le transfert de l’industrie de la pêche et de la cale de halage vers une autre zone du port afin d’entamer la construction d’un grand parking public souterrain. Le projet prévoit un espace ouvert aux piétons vers lequel seront concentrés les équipements nécessaires à la liaison maritime entre les ports d’Ibiza et de La Savina (Formentera) : points de contrôle d’accès pour l’embarquement et le débarquement des passagers, guichets et bureaux, salles d’attente et espaces verts équipés d’aires de jeux pour enfants, etc.

Un port pour tous
Quelques mois après l’ouverture aux citoyens de la zone d’Es Martell et de la marina, les réactions positives n’ont pas tardé à se faire entendre. Les commerçants de la zone, les associations de riverains et les touristes en général ne se tarissent pas d’éloges pour le nouvel espace maritime mis à leur disposition grâce à ce réaménagement. Un projet aussi vivant que les enfants qui jouent désormais sur sa promenade.

_______________
Propos choisis

Le port ne doit pas être un espace adossé à la ville, il doit en être une partie indissociable.
Josep Ferrer, architecte du projet

Nous pensons que le changement opéré par l’Autorité portuaire des Baléares, en s’impliquant davantage aux côtés de la ville (riverains et commerçants), est positif. Telle est la voie à suivre et, dans 10 ans, nous aurons un port s’engageant davantage auprès des gens qui y vivent et de ceux qui nous rendent visite.
Enrique Welker, président de l’Association des riverains et commerçants du port d’Ibiza

La qualité de vie dans la ville a évolué dans le bon sens, dans le respect de son histoire, en donnant la place à de nouveaux usages et en offrant à la municipalité un nouvel espace singulier, de toute beauté et plein de possibilités : la place d’Es Martell.
David Calvo, cabinet Mixis Arquitectos

 

 

 

PARTAGER

Laisser un commentaire