Strasbourg : quand le Port revient au coeur de la Ville

Publié par  26 février, 2018 9:35 1 Commentaire

Un entretien avec Emilie Gravier, Directrice du développement et de la promotion portuaires,
Port Autonome de Strasbourg

“Après avoir été au cœur de la ville médiévale et moderne, le port de Strasbourg a vécu tout le 20ème siècle à l’écart de la ville qui le rejoint aujourd’hui sur la rive  rhénane. Ce mouvement refait du port de Strasbourg un port très urbain, ce qui est une responsabilité supplémentaire“ nous confirme Emilie Gravier. Aménagements dans la zone centrale du port en lien avec les projets urbains du quartier des 2 Rives, actions visant à améliorer la mobilité urbaine et optimiser les trafics, plan guide pour mieux imbriquer port, ville et nature, valorisation des espaces portuaires et traitements paysagers, initiatives à destination des habitants, … autant d’actions pour répondre à cette responsabilité et réussir au mieux l’intégration ville-port.

Le Port Autonome de Strasbourg est membre de l’AIVP depuis 1989

AIVP – L’Eurométropole de Strasbourg a engagé un vaste projet urbain avec la Zone d’Aménagement Concerté des 2 Rives, un territoire de 160 hectares situés sur la zone centrale du Port. Quelles actions le Port autonome a-t-il entrepris dans ce cadre et de quelles manières contribueront-elles à l’intégration du port dans ce quartier en pleine mutation ?

Emilie Gravier, Port Autonome de Strasbourg
Après avoir été au cœur de la ville médiévale et moderne, le port de Strasbourg a vécu tout le 20ème siècle à l’écart de la ville qui le rejoint aujourd’hui sur la rive rhénane. Ce mouvement refait du port de Strasbourg un port très urbain, ce qui est une responsabilité supplémentaire. Dans ce cadre et après avoir participé à l’élaboration du schéma directeur définissant les orientations du projet, le PAS a cédé à la SPL2Rives, aménageur de la Ville, un certain nombre de terrains en friche qui ont vocation à être urbanisés. Dans la zone centrale du port qui sera à l’interface des quartiers urbains, le port entreprend plusieurs investissements qui participeront au nouveau paysage qui sera créé et qui valorisera l’image de ce secteur du port.

Ainsi le PAS va ainsi requalifier totalement la rue du Port du Rhin pour en faire une rue avec une ambiance plus attractive tout en conservant ses fonctionnalités portuaires notamment les passages à niveau qui seront sécurisés et équipés de barrières.

© PAS

La Capitainerie, qui est un bâtiment de la fin du 19ème siècle d’une grande qualité architecturale avec une perspective magnifique de 2 km sur un bassin portuaire, fait également l’objet d’un projet pour y accueillir un restaurant où les Strasbourgeois pourront venir admirer leur port et le mouvement des conteneurs.

Capitainerie © PAS

Enfin, le Port autonome de Strasbourg construit son futur siège social dans ce quartier. Le bâtiment, conçu par l’agence d’Architecture Rey Lucquet & Associés, est d’une forte qualité architecturale et marquera l’identité du quartier. Cette présence du siège du PAS est aussi un signal rassurant et perçu très favorablement par les entreprises implantées sur le port. En effet, le secteur portuaire jouxtant ce futur quartier urbain restera une zone portuaire dynamique où se réalisent les deux tiers de nos trafics ferroviaires et fluviaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AIVP – Autre volet de l’intégration ville-port : l’impact des activités portuaires sur la mobilité urbaine est une question récurrente pour les villes portuaires. Qu’avez-vous engagé ou programmé qui pourrait permettre à la fois de fluidifier les trafics sur les routes de la ville et de la région, et d’optimiser votre logistique ?

PAS – Emilie Gravier
Il y a une première action, engagée depuis 2014, sur la mobilité des 10 000 salariés qui viennent travailler quotidiennement dans la zone portuaire de Strasbourg : un plan de déplacement inter-entreprises qui a permis de modifier des lignes de transport en commun, apporter aux entreprises un outil numérique d’aide au changement de mobilité et enfin la construction de 6 kilomètres de pistes cyclables.

Concernant les marchandises, le PAS avec ses partenaires VNF et la Région Grand Est, poursuivent un projet de navette fluviale pour les pré-post-acheminements entre Saverne (à 50 km) et le terminal conteneurs Nord de Strasbourg. C’est un projet ambitieux qui repose sur une innovation totale : concevoir un bateau Freycinet capable de transporter le plus de conteneurs possible.

Le PAS est aussi engagé dans le cadre de sa coopération Upper Rhine Ports avec 8 autres ports français, allemands et suisses dans la fiabilisation du transport fluvial de conteneurs et sa meilleure intégration dans les chaînes logistiques. Un système d’information, le Rhine Ports Information System, est en cours de déploiement pour permettre de gérer en commun le trafic fluvial de conteneurs de Bâle à Mannheim. C’est aussi une innovation majeure car il s’agit du premier Port Community System européen transnational.


AIVP – En 2016, l’ADEUS (Agence de développement et d’urbanisme de Strasbourg) avait publié un “Leitbild pour la zone portuaire“, un Plan Guide réalisé avec votre concours destiné à mieux « imbriquer port, ville et nature ». Nous avions d’ailleurs signalé aux membres de notre réseau international cette démarche approfondie et très intéressante. Pouvez-vous nous en rappeler les principales orientations et les premières actions qui ont été mises en œuvre ?

PAS – Emilie Gravier
Le PAS a effectivement développé depuis plusieurs années un partenariat très intéressant avec l’ADEUS. Le Leitbild est l’un des fruits de ce partenariat. Ce plan-guide visait à montrer les liens existants ou à renforcer entre la ville et le port sur différentes thématiques : les déplacements, le patrimoine et le paysage, et enfin la biodiversité.
Suite à ce Leitbild, le port de Strasbourg a décidé de poursuivre le travail sur la biodiversité avec l’ADEUS puisque plusieurs espèces d’intérêt ont été observées dans le port. Ce travail devrait aboutir cette année sur la rédaction d’une véritable stratégie du port en matière de biodiversité et la mise en place d’actions très concrètes.

AIVP – Vous avez également engagé VALPORT – une démarche de valorisation de l’ensemble du territoire de votre port. Quels en sont les principaux objectifs et quelles actions avez-vous programmées et/ou déjà réalisées ?

PAS – Emilie Gravier
En 2009, les entreprises de la zone portuaire avaient rédigé un Cahier d’espérances qui recensait un certain nombre de leurs attentes à l’égard des collectivités et de l’autorité portuaire. Parmi ces attentes figurait en bonne place le renforcement de l’attractivité du port notamment au travers sa dimension paysagère tant pour des questions d’image que pour offrir aux salariés un environnement de travail agréable.
La démarche VALPORT, pour valorisation du port, est une des réponses à cette attente.

VALPORT, c’est des projets qui permettront d’améliorer la qualité des espaces publics et l’image de la zone portuaire, mais c’est aussi une démarche et un état d’esprit fédérant nos services autour d’un objectif de satisfaction des usagers du port et de pérennisation de l’attractivité du port. Elle a déjà conduit à améliorer les cheminements pour les piétons en facilitant l’accessibilité depuis certains arrêts de bus et en permettant le franchissement sécurisé de faisceaux ferroviaires de la zone portuaire sud.

Des actions seront ensuite menées pour continuer à développer ce maillage et pour traiter certains espaces délaissés. Il est à noter que chaque opération s’accompagne systématiquement d’aménagements paysagers spécifiques qui ont pour but d’améliorer la perception de l’espace portuaire.

Enfin, la mise en œuvre de la nouvelle signalétique directionnelle du port, dont le design utilise le vocabulaire du conteneur au travers un mobilier urbain unique et très marquant, fait aussi partie de cette dynamique et est unanimement saluée par nos clients.

AIVP – Cette démarche concourt également à une meilleure visibilité du port auprès des citoyens. En avril-mai 2017 vous aviez proposé au public une autre vision du port et de la ville au travers d’un “Port center éphémère“. Vous avez également organisé des festivités pour les 90 ans du port en juin 2016. L’AIVP s’intéresse de près, comme vous le savez, à tous ces types de démarches au travers notamment du Port Center Network que nous animons. Quels étaient les principaux objectifs et contenus de votre Port center éphémère ? L’expérience sera-t-elle renouvelée voire développée sous une forme davantage pérenne ?

PAS – Emilie Gravier
Le PAS est effectivement très actif dans ces actions qui visent à mieux dialoguer avec les habitants et expliquer ses actions. Le Port Center éphémère mis en place à l’occasion de l’inauguration du tramway vers l’Allemagne qui traverse la zone portuaire visait à présenter le port sous toutes ses facettes et en utilisant l’art comme médiateur. Ainsi, ce Port Center comportait des panneaux très didactiques sur les fonctions du port, une grande photo aérienne pour en montrer l’étendue. Dans le cadre d’un partenariat avec Ososphère, des œuvres inspirées par le port étaient aussi présentées : des photos, mais aussi de l’art numérique, telle que l’œuvre Zoning Seen from the Sky de Cyprien Quairiat qui donne au spectateur le pouvoir de révéler différentes projections de réaménagement du territoire dans la zone portuaire de la forêt vierge au parc d’attraction géant. Enfin, ce Port Center était aussi un lieu de discussions et de débats puisqu’il comportait un espace dédié à des “cafés conversatoires“ et une radio éphémère qui retransmettait en direct débats et autres interviews.

PARTAGER

Un commentaire

Répondre à Philippe BIBERT-JEAUNEAU Annuler la réponse.