Port de Dunkerque : une volonté d’intégration affirmée

Publié par  16 octobre, 2018 2:01 2 Comentaires

Entretien avec Mr Stéphane RAISON, Président du Directoire du Grand Port Maritime de Dunkerque.

Le port de Dunkerque avait confié à l’Agence d’urbanisme et de développement (AGUR) l’élaboration d’un « Guide des bonnes pratiques environnementales et paysagères ». Ce Guide a été validé le 29 juin dernier par le Grand Port Maritime de Dunkerque (GPMD) et est à présent joint à tous les nouveaux contrats d’occupation signés avec les clients du GPMD. Il sera également intégré dans les contrats en cours au fil de leur renouvellement. Enfin, il sera bientôt directement disponible sur le site internet du GPMD. Cette démarche d’intégration des activités industrielles et logistiques au sein du territoire dunkerquois, ses différentes communes et espaces naturels, est bien sûr du plus grand intérêt pour l’AIVP et les membres de son réseau mondial.

Le Grand Port Maritime de Dunkerque est un membre actif de l’AIVP depuis 1989 !
La Communauté Urbaine de Dunkerque et l’AGUR le sont également.

 

AIVP – Programme d’Aménagement et de Développement Durable (2014), Projet Stratégique 2014-2018 en matière de développement durable, Schéma directeur du patrimoine naturel, etc. le Port de Dunkerque a engagé une démarche très volontariste en matière de management environnemental ces dernières années. Pouvez-vous nous résumer les principales orientations de cette démarche globale et la manière dont ce tout nouveau Guide des bonnes pratiques environnementales et paysagères s’y inscrit ?

Stéphane RAISON, Président du Directoire du Grand Port Maritime de Dunkerque (GPMD)
Jusqu’au début des années 2010, le Port de Dunkerque aménageait les espaces verts en mettant davantage l’accent sur les aspects paysagers. En 25 ans de coopération avec la Communauté Urbaine de Dunkerque principalement et le Département, le port a aménagé 130 ha d’espaces verts boisés majoritairement à proximité et sur le pourtour des zones habitées. Parmi les aménagements les plus significatifs réalisés sur le territoire portuaire dans ce cadre, nous pouvons citer la coulée verte de Mardyck, qui constitue aujourd’hui un réel réservoir de biodiversité au port Ouest.

L’implantation du terminal méthanier au début des années 2010 a été l’occasion pour le Port de Dunkerque de prendre conscience que l’aménagement du territoire portuaire (i.e. nouvelles infrastructures et implantations industrielles) doit être accompagné d’une politique volontariste en faveur du maintien et du développement de la biodiversité.

Depuis près de 10 ans maintenant, le Port de Dunkerque focalise une partie de ses efforts sur l’intérêt environnemental que représentent les espaces portuaires en termes de biodiversité, de préservation des espèces, de création de coeurs de nature, de gestion des eaux, … afin d’accompagner au mieux l’implantation de nouveaux sites industriels et logistiques sur le volet environnemental.

Ainsi, l’ensemble des documents cadre que vous avez cités comme le Schéma Directeur du Patrimoine Naturel, le Programme d’Aménagement et de Développement Durable, le Projet Stratégique 2014-2018, auxquels nous pouvons également ajouter le Schéma Directeur des Dragages, le Schéma Directeur d’Assainissement ou encore le Plan de Gestion de l’UG4 (façade maritime du port) sont tous très imprégnés de la dimension environnementale de nos actions.

Cette politique a donné suite à des réalisations concrètes majeures. Nous pouvons citer par exemple la réalisation du corridor écologique de Saint-Georges sur l’Aa qui s’étend sur 38 ha, le rechargement de près de 4 millions de mètres cubes de sables sur le littoral pour conforter les ouvrages, les plages, les zones dunaires, tout en participant à réduire le risque de submersion marine qui menace le territoire Dunkerquois. Nous pouvons également citer le changement de politique de gestion des eaux pluviales. Sur ses différentes zones d’aménagement, le port a souhaité surélever ces terrains afin d’être en mesure de tamponner, sur près de 350 ha pour le moment, les pluies d’occurrence centennale dans des noues de stockage et d’infiltration. Vivant sur un territoire de Polder, nous avons souhaité apporter notre contribution à la gestion délicate des épisodes pluvieux pouvant provoquer des inondations par débordement de cours d’eau. Les noues ainsi créées, représentent un manque à gagner en surfaces commercialisables, mais elles traduisent cette politique volontariste et caractéristique d’un aménagement durable du territoire.

Noue de stockage et d’infiltration © AGUR

Ces actions relèvent bien d’une volonté forte d’agir sur nos terrains de manière responsable. Cependant, il était également nécessaire de s’interroger sur les terrains occupés par les clients du port. Afin de maximiser encore les chances de réussite de nos actions, il fallait que les terrains loués, qui représenteront à terme la majeure partie de la circonscription portuaire, soient aménagés de manière cohérente avec notre vision du développement durable et responsable.

Ainsi, nous avons demandé à l’Agence d’Urbanisme de nous accompagner dans la production d’un cahier des charges d’implantation afin de fournir aux clients du port un éclairage sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre.

AIVP –  Pouvez-vous nous expliquer de quelle manière il a été conçu avec l’Agence d’Urbanisme et quels sont les différents domaines abordés ?

Stéphane Raison, Président du Directoire (GPMD)
Le port de Dunkerque est un des partenaires de l’Agence d’Urbanisme qui a une réelle expertise environnementale, architecturale et paysagère. L’agence possède également une vision du territoire dans sa globalité dont le port, la Communauté Urbaine et la Communauté de Communes des Hauts-de-France.

Aussi, il nous a paru pertinent de confier cette mission à l’agence qui nous a rapidement proposé de travailler sur 5 thèmes :
– les mobilités et le stationnement ;
– le bâti ;
– les clôtures ;
– le maillage écologique et paysager ;
– la gestion des eaux pluviales.

Après s’être approprié les différents schémas directeurs du port, l’agence a entrepris une première analyse et a produit une première série de mesures concrètes. Plusieurs échanges avec les services du port ont été réalisés avant qu’un travail de concertation ne puisse être engagé.

Une première version des fiches de recommandations a été débattue avec la Communauté Urbaine et dans le cadre d’ateliers présidés par notre Président du Conseil de Développement en présence de représentants de collectivités, de services de l’état et du monde associatif.

La version finale a été validée par notre Conseil de Surveillance en début d’année 2018.

AIVP – Pour chacun des cinq domaines que vous venez d’évoquer votre Guide propose à la fois des solutions très concrètes et des préconisations. Comment allez-vous travailler avec les acteurs privés désireux de venir s’implanter sur le territoire dunkerquois, voire avec ceux qui sont déjà présents, pour qu’ils les mettent en œuvre effectivement et très concrètement ?

Stéphane Raison, Président du Directoire (GPMD)
Ce qui est assez encourageant, c’est de constater que finalement la plupart des entreprises sont proactives sur le sujet. Le changement des mentalités est réel chez les acteurs privés de plus en plus soucieux de l’image que renvoie leur site et du bien-être de leurs salariés.

Généralement, ils prennent le guide avec beaucoup d’intérêt et le fournissent comme donnée d’entrée à leurs architectes très en amont, au stade de la définition des plans de masse d’implantation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour les entreprises déjà présentes, le guide n’est pas encore largement diffusé. Si les adaptations seront probablement plus compliquées à mettre en œuvre au regard de la préexistence des installations, nous avons bon espoir qu’elles identifieront les pratiques pouvant être exécutées rapidement et à moindre frais.

Cependant, la plupart des activités ont déjà leurs propres programmes d’actions en faveur de l’environnement et certaines sont déjà très avancées sur le sujet. Le guide viendra en complément et permettra de renforcer le dialogue entre le port et ses occupants pour un aménagement concerté et harmonieux de la circonscription portuaire.

AIVP – Dunkerque Port mène également une démarche active de dialogue et d’échanges en direction de la communauté portuaire et, plus largement, de la population. L’annonce en ce mois de septembre de la création d’un Port Center à Dunkerque en est une parfaite et très belle illustration dont l’AIVP ne peut que se réjouir, évidemment. Mais pour ce qui est de ce Guide lui-même, a-t-il fait l’objet d’une communication voire d’une concertation au cours même de son élaboration ? Et de quelle manière les acteurs locaux pourront-ils être associés à sa mise en œuvre ?

Stéphane Raison, Président du Directoire (GPMD)
Le Port Center est le fruit d’une collaboration étroite entre le port et les différents acteurs du territoire (Communauté Urbaine de Dunkerque et Musée Portuaire). Le port est finalement mal connu, mal compris alors que beaucoup de changements s’y opèrent.

Comme évoqué précédemment, les actions menées par le port sont nombreuses mais nous constatons que la communication ne suit pas au même rythme. Le Port Center sera le fer de lance d’une communication accrue permettant à chacun de s’intéresser à ce qui se passe à côté de chez lui.

Cette initiative est la traduction d’une volonté forte qui consiste à permettre à la population de se réapproprier « son » port.

Les installations portuaires sont une chance énorme pour son territoire et sont le meilleur outil pour favoriser le renouveau économique si nécessaire pour générer de l’emploi et des richesses localement.

Le guide bénéficiera de cette nouvelle politique forte en faveur de la communication. Il n’a pas vocation à être figé dans le temps. S’il a fait l’objet d’une concertation lors de son élaboration, les échanges constants sur son contenu peuvent en améliorer la pertinence afin de bénéficier du retour d’expérience que chacun voudra bien apporter.

Atelier – concertation pour le Programme d’Aménagement et de Développement Durable © GPMD

PARTAGER

2 commentaires

    Sabah Zrari says:

    Une démarche réellement intéressante tant dans sa planification que dans son orientation. Un cas que l’on pourrait tout à fait étudier dans le cadre de la formation que nous proposons au Chili portant sur la planification, gestion et gouvernance des villes portuaires.

Laisser un commentaire