Archives portuaires et culture Ville Port

Publié par  2 novembre, 2020 8:29 Laissez vos commentaires

 

Les archives portuaires restent une institution relativement peu connue par rapport à la visibilité que peuvent avoir les musées maritimes ou portuaires. Elles sont souvent considérées comme une ressource pour les chercheurs, mais peuvent également jouer un rôle important dans la relation entre les ports et les citoyens. Lar Joye, directeur du patrimoine portuaire au port de Dublin (Irlande), explique dans cet article les différentes initiatives que le port prend pour ouvrir ses archives, les rendre accessibles à tous et explorer la vaste collection de documents et d’images.

 

J’ai rejoint la Dublin Port Company (DPC) en tant que directeur du patrimoine portuaire il y a 3 ans, après avoir exercé 20 ans comme conservateur et archiviste pour la Ville de Dublin. Dans le cadre de cette nouvelle fonction, ma mission première était, entre autres, de veiller sur des archives portuaires vieilles de 300 ans. Une obligation légale imposée à la DPC en vertu de la règlementation de 1996 relative aux ports irlandais (Irish Harbours Act), conformément à laquelle les ports irlandais sont tenus d’assurer « la bonne gestion, la tenue et une saine conservation de leurs registres et archives ».

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser aux archives, j’ai découvert qu’une merveilleuse équipe de travailleurs portuaires à la retraite, dont Niall Dardis, avait contribué à la préservation de ce qui constitue un fonds d’archives d’importance nationale. Sans l’aide d’un personnel aussi soigneux du patrimoine de leur entreprise, nous ne disposerions pas à l’heure actuelle d’une collection de pièces retraçant l’histoire du port et de la ville de Dublin depuis 1700. À l’instar de nombreux ports européens, le Port de Dublin a été désigné de bien des façons en 300 ans, ce qui peut prêter à confusion. Il m’arrive encore de croiser des visiteurs de tous âges qui continuent de parler du « Ballast Board », comme on le faisait en 1707, ou encore du « Dublin Port and Docks Board », appellation qui date de 1867.

Tandis que les musées et les bibliothèques disposent aujourd’hui d’espaces réservés aux expositions et à l’accueil du public, les Archives répondent généralement davantage aux besoins des chercheurs et aux demandes des familles. À de nombreux égards, les villes sont aux petits soins pour leurs musées et leurs bibliothèques, alors que les archives sont plutôt considérées comme des ressources importantes et utiles. Ce qui est intéressant, c’est que les archives du port de Dublin contiennent essentiellement des documents visuels, ainsi qu’une grande quantité de papiers et documents administratifs. Ce fonds visuel est composé de :

• 100 schémas et cartes datant de 1717 à 1820.
• 78 000 photographies datant de 1861 à 2017.
• 30 000 dessins d’ingénieur techniques.

Ce que nous montre ce fonds visuel, c’est à quel point le Port a participé à la conception et à la construction de l’actuelle ville de Dublin. Entre 1707 et 1977, le Port a construit tous les ponts situés le long du fleuve et élevé l’ensemble des murs de quai jusqu’au trait de côte. Comme on peut le constater sur la carte de la figure 1, la morphologie de la ville actuelle résulte d’un mouvement de distension provoqué par l’étalement de la ville, du fleuve et de la baie de Dublin.

Map overlay showing how much of the river and bay has been filled. All the area coloured in brown was reclaimed from the river and sea.

Le Port a contenu le fleuve en construisant des murs de quai et la baie a été protégée par deux digues, la Digue nord et la Digue sud (« South Bull Walls » et « North Bull Wall »). La construction de la Digue sud a duré plus de soixante ans, et à son achèvement en 1795, la structure s’étirait sur 5 km, constituant la plus longue digue au monde. La construction de la Digue nord a suivi 25 ans plus tard, et les deux structures protègent aujourd’hui notre ville contre l’action de la mer d’Irlande, tandis que la navigabilité des chenaux est préservée sous l’effet de chasse du fleuve Liffey. Le fonctionnement du port repose donc, à ce jour encore, sur l’intelligence des techniques du XVIIIème siècle.

Map from 1819 showing the South Bull Wall and a proposed North wall

Les archives historiques des ports européens décrivent avec une précision incroyable le rôle des ingénieurs et des officiers de port de l’époque, mais aussi le travail des dockers et du personnel chargé d’assurer l’entretien et le bon fonctionnement des ports. Les dossiers des Archives du Port de Dublin décrivent en détail la vie des travailleurs portuaires et expliquent aussi en quoi consistait le travail du nautonier, du gratteur, du goujard ou encore du lanternier, de drôles de métiers pour les visiteurs du XXIème siècle. Les 3 000 diapositives 35mm prises entre 1955 et 1965 nous révèlent un port animé où s’activaient de nombreux dockers, une époque complètement révolue depuis l’avènement de la conteneurisation. Ainsi donc, les archives du port montrent les profondes mutations socio-économiques qu’ont connues les villes portuaires au cours des 50 dernières années. En plus des documents matériels, et dans le cadre du projet « Dublin Memory and Story Project », nous avons commencé à travailler sur la mise en mémoire des expériences vécues par notre personnel, actif et retraité. Par ailleurs, nous avons un site Web très actif que nous actualisons régulièrement pour montrer l’ampleur de notre collection. Parallèlement, nous nous sommes engagés dans un programme d’information auprès de la population en organisant des expositions, des conférences et des visites guidées. Cette année nous nous sommes associés au « Little Museum of Dublin » dans le cadre de notre concours de courts-métrages ainsi qu’à la troupe de théâtre « Fishamble » pour une représentation sur le port des années 1920 intitulée « Embargo ».

Colour photograph of unloading tea chests onto horse drawn carries, c1960.

Les 30 000 dessins d’ingénieur datant des années 1790 décrivent en détail toutes les étapes du développement du Port de Dublin, avec un rendu de couleurs souvent incroyable. Le bureau d’étude du port de Dublin comptait en effet un large effectif de dessinateurs, et de célèbres ingénieurs tels que George Halpin (1779-1854) et Bindon Blood Stoney (1828-1909) ont évidemment joué un rôle non négligeable dans ce développement.

Engineering Drawing by Bindon Blood Stoney showing damage to the South Bull Wall.

Pour conclure, l’on peut affirmer que les archives du port de Dublin constituent une ressource essentielle pour nos futurs projets de développement. Depuis 2012, la Dublin Port Company s’est engagée dans plusieurs programmes de réaménagement très ambitieux. Au cœur de ce réaménagement : l’intégration Ville Port et l’utilisation de nos archives vieilles de 300 ans pour raconter l’histoire du port. En 2018 nous avons lancé un appel d’offre pour le masterplan du site du moulin à farine, un secteur portuaire qui s’étend sur un 1,37 hectare et qui comprend un vieux moulin et des silos appelés à occuper une place centrale dans le projet patrimonial du Port. Ce projet prévoit également une liaison vers un corridor vert de 4,2 kilomètres le long de la limite nord du port. En mai 2019, c’est la proposition du célèbre cabinet Grafton Architects qui a été sélectionnée, laquelle prévoit un espace réservé à nos archives, un musée portuaire, un théâtre, des studios d’artistes et des salles communautaires au sein d’un secteur qui deviendra une destination incontournable au cœur de notre ville portuaire. Pour la mise en œuvre de l’ensemble de ces projets, le fonds d’archives portuaires constituera une ressource indispensable qui nous aidera à développer et mieux faire connaître la culture Ville Port.

 

Grafton Architects initial proposal for Flour Mill Quarter.

Sources :

• A History of Port of Dublin, (Dublin, 1988), Henry A. Gilligan
https://dublinportarchive.com/
https://www.littlemuseum.ie/the-chancers-guide-to-dublin
https://www.fishamble.com/embargo.html
https://www.dublinport.ie/wp-content/uploads/2020/03/Dublin-Port-Yearbook-2020.pdf
https://www.dublinport.ie/wp-content/uploads/2020/01/Dublin-Port-Yearbook-2019-for-issuu-website.pdf
https://www.dublinport.ie/wp-content/uploads/2018/05/2018-Dublin-Port-Yearbook.pdf
https://www.irishtimes.com/culture/art-and-design/visual-art/photographs-reveal-old-dublin-dockers-and-a-duchess-full-of-apples-1.4171509
https://www.irishtimes.com/opinion/an-irishman-s-diary-about-the-new-life-of-the-dublin-port-diving-bell-1.2339435

PARTAGER

Laisser un commentaire