En direct

Port Urbain

6 juin 2013

Strasbourg : l’ancien entrepôt portuaire recevra trois étages supplémentaires !

Les travaux sont en cours sur l’entrepôt Seegmuller. L’ajout d’un parallélépipède sur trois niveaux proposé par les architectes Georges Heintz et Anne-Sophie Kehr permettra d’y aménager une partie des logements programmés. Une solution moins gourmande en espaces pour le programme sur la Presqu’île Malraux.
Source : Bâti Actu (+ images)

 

6 juin 2013

Stockholm : une ville pilote pour la croissance verte

Engagée depuis plus de quarante ans sur le terrain environnemental, Stockholm vise le Zéro énergies fossiles pour 2050. Elle est aujourd’hui un modèle pour la « Green Economy », au travers notamment de ce qui a été réalisé sur deux secteurs ville-port : l’écoquartier Hammerby et le Royal Seaport. Rapport détaillé
Source : City of Stockholm

 

6 juin 2013

Calais (France) intègre le transport sur l’eau dans son réseau de transport public

Source : Le Marin

6 juin 2013

Rotterdam – Hô-Chi-Minh-Ville : accord de coopération sur le changement climatique, notamment sur la montée des eaux

Source : Cities Today

5 juin 2013

Toronto : l’architecture paysagère pour la ville de demain

Toronto ne cesse d’accueillir de nouveaux habitants, et les tours poussent partout dans la ville. Pour y faire face les autorités mettent en oeuvre une stratégie globale pour préserver la qualité de vie. L’architecture paysagère est au coeur de cette stratégie, en particulier sur le secteur du waterfront.
Source : Huffington Post

5 juin 2013

Londres : relifting pour la marina dans les trois bassins de St Katherine’s Docks

Source : Medberths

5 juin 2013

Bordeaux : les supers yachts et la filière nautique pour les « Bassins à flot ». L’intégration avec les logements à traiter

Source : 20 minutes

4 juin 2013

WORLD SEASTEMS, une nouvelle approche des flux maritimes dans les dynamiques de développement des villes portuaires

Dans le cadre des projets de recherche sur les dynamiques des villes portuaires, l’AIVP signale à l’attention de ses membres actifs le projet : World Systeam. Ce projet financé par l’Union Européenne à hauteur d’un millions et demi d’euros a débuté en mars 2013 et doit durer 5 ans. Le projet World Systems est placé sous la responsabilité scientifique de César Ducruet, chercheur au CNRS – France) et membre du réseau d’expert de l’AIVP.« Le projet World Seastems a pour ambition de cartographier et d’analyser les mutations de l’économie mondiale durant trois siècles du point de vue des échanges maritimes de marchandises. Il se base principalement sur l’exploitation de données d’archives sur les escales quotidiennes des navires de commerce entre les ports du monde publiées depuis 1734 par Lloyd’s List, contenant des informations sur les dates de départ et d’arrivée et les caractéristiques techniques des navires. Malgré le rôle vital du transport maritime pour le développement économique et les échanges commerciaux internationaux, aucune recherche n’en a proposé une approche spatio-temporelle systématique. Le projet a trois objectifs principaux.
D’abord, les flux maritimes sont cartographiés de façon dynamique et interactive grâce à une plateforme géomatique permettant par ailleurs différentes analyses en termes de routes et corridors (agrégation des liens), analyse spatiale (rayonnement maritime), etc.
Ensuite, on s’intéresse à la structure du réseau proprement dit afin d’en mesurer les propriétés topologiques et de comparer leur évolution à celle des modèles de réseaux théoriques mais aussi et surtout de voir en quoi cette structure reflète ou anticipe certains faits majeurs comme des révolutions technologiques (voile, vapeur, combustion, conteneurs), des crises économiques (1929, 2009) et des reconfigurations territoriales (décolonisation, post-URSS) en termes de densité, croissance, polarisation du réseau, pris dans son ensemble ou à des niveaux plus régionaux.La recherche de communautés ou clusters tentera de répondre à la question de la régionalisation des échanges et de l’évolution des économies-mondes, tout en vérifiant l’hypothèse du passage d’une organisation centre-périphérie au polycentrisme. Enfin, les évolutions économiques et technologiques du secteur portuaire et maritime seront appréhendées à travers l’idée d’une co-évolution des flux maritimes et des villes littorales, notamment envisagées sous l’angle combinatoire de leur situation changeante dans un réseau couplé maritime et terrestre, incluant les villes continentales et les arrière-pays.
Le projet dans son ensemble veut ainsi apporter des réponses nouvelles à la façon dont les flux physiques bâtissent et à la fois transgressent nos sociétés et leurs relations, du local au global, en faisant appel à une grande diversité de champs scientifiques, des « global production networks » à l’histoire économique et maritime, l’analyse des réseaux, et les systèmes de villes. »
César Ducruet
http://cordis.europa.eu/projects/rcn/107041_fr.html

4 juin 2013

Débats entre industriels de la croisière et villes portuaires

L’AIVP a suivi avec beaucoup d’intérêt les travaux de la conférence organisée par l’association Cruise Europe qui a réuni ses adhérents au Havre les 23, 24 et 25 avril dernier. Plus d’une centaine de délégués, acteurs du développement des croisières dans les villes portuaires, venus d’une vingtaine de pays d’Europe du Nord et de l’Ouest ont participé aux travaux.
La ville portuaire variable d’ajustement économique?
Parmi les intervenants, les opérateurs de croisière représentés (Holland America Line, Celebrity, Carnival, AIDA…) ont témoigné de la bonne santé du marché de la croisière en Europe du Nord et de l’Ouest tout en soulignant la difficulté d’assurer la rentabilité économique de l’activité. Le coût du carburant et les coûts portuaires ont été mis en avant pour expliquer cette situation apparemment paradoxale. Les coûts directs et indirects liés aux escales dans les ports européens ont été une nouvelle fois vigoureusement dénoncés par les représentants des compagnies. La question de l’équilibre à trouver entre d’une part, les attentes des passagers pour un programme d’escales attractif dans des conditions optimales de confort et d’autre part, la demande de la meilleure rentabilité économique pour les compagnies, est nécessairement délicate. Dans la recherche de cet équilibre financier pour les compagnies, le choix de la ville portuaire d’escale fait aussi office de variable d’ajustement. Celles-ci sont donc fortement incitées à proposer des conditions d’accueil répondant aux demandes stratégiques des compagnies. Dès lors, à chaque ville portuaire de savoir négocier pour que ce partenariat soit gagnant-gagnant, tout en sachant que les rentes de situations géographiques sont de plus en plus difficiles à faire valoir dans un contexte de forte concurrence entre des ports de mieux en mieux équipés pour la croisière.
A la recherche de l’authenticité
La structure de chaque croisière et naturellement la question des escales et des excursions ont été d’emblée centrales dans les débats. Pour réduire les coûts variables d’exploitation, les compagnies s’orientent vers de nouveaux circuits non plus « en boucle » mais linéaires ; les ports d’embarquement et de débarquement étant dès lors distincts. Par ailleurs, la pratique du « slow steaming », déjà largement pratiquée par les navires de commerce, est une pratique de plus en plus répandue chez les opérateurs de croisière. Pour économiser le carburant, la vitesse des navires en mer ne cesse de diminuer depuis plusieurs années. Par voie de conséquence, les ports d’escale ne doivent pas être trop éloignés les uns des autres pour optimiser le temps passé en mer, le moins coûteux pour l’opérateur et celui susceptible de gérer le plus de profits pour les compagnies par la consommation des services proposés à bord. Dans le port d’escale, les compagnies sont soucieuses de la proximité immédiate du centre ville et d’une bonne desserte routière pour les excursions à la journée. A défaut, la mise à disposition de navettes (évidemment gratuites !) par les acteurs locaux est naturellement appréciée.
La qualité des excursions proposées, celle de l’accueil reçu à terre, l’intérêt propre de chaque ville d’escale contribuent à la notoriété et au succès de la croisière et donc à la compagnie. Pour l’opérateur de croisière, la nouveauté, l’authenticité, l’exclusivité sont des valeurs sûres qui seront de nature à assurer un taux de retour satisfaisant des passagers, sollicités par ailleurs pour raconter leur « expérience » sur le web et les réseaux sociaux. En ce qui concerne les croisières en Europe, cette stratégie de marketing indirect s’avère particulièrement payante.
Conclusions
Dans ce jeu où les villes portuaires et les compagnies de croisières se « tiennent par la barbichette », il est bien difficile de dire qui est le gagnant. La dynamique forte du marché permet actuellement de contenter tout le monde : les compagnies qui affinent leur modèle économique en permanence, les villes portuaires qui revalorisent leur image et peuvent espérer des retombées économiques non négligeables, les passagers enfin, qui se voient offrir toujours plus de choix à des tarifs compétitifs. L’équilibre est toutefois fragile et il faut souligner à cet égard l’importance du rôle joué par les professionnels du secteur dans chaque ville portuaire d’escale. En quelques années, ils sont devenus des interlocuteurs incontournables des compagnies et les premiers animateurs de « club croisière » locaux. C’est aussi tout le mérite de journées comme celles-ci de les rassembler pour leur permettre d’affiner des stratégies propres à chacune de leur ville portuaire.

Voir aussi :
http://www.cruise-europe.org/
http://www.cruiseeurope.com/

4 juin 2013

Kengo Kuma : l’architecte japonais installe la culture sur l’ancien port fluvial de Besançon (France)

Récemment inauguré, la « Cité des arts » de Besançon rassemble le FRAC (Fonds Régional d’art contemporain) implanté dans un ancien entrepôt en briques, et un nouveau bâtiment accueillant le Conservatoire de musique. L’esplanade publique vient s’y intercaler pour créer la liaison entre ville, art, et fleuve.
Source : Kengo Kuma And Associates ; Le Moniteur

 

Port Citoyen

19 février 2018

Le Port de Bordeaux lance sa PowerPort BOX : un module mobile d’alimentation pour les navires fluviaux

Full article: Mer et Marine

19 février 2018

Des investissements dans les technologies smart pour les terminaux de Port de San Diego afin de lutter contre la pollution

Full article: Greenport

14 février 2018

Hong Kong : être une métropole maritime haut de gamme signifie encore la nécessité de la présence d’un port prospère

Full article: China Daily

14 février 2018

Le whaoo effet joue aussi un rôle chez les employés du monde portuaire. Ici l’exemple de Kalmar

Full article: Kalmar Global

14 février 2018

Lorient : les circuits portuaires d’hiver pour découvrir l’identité économique maritime du territoire

Full article: CCSTI

12 février 2018

France : quel avenir pour la mer et le littoral ?

Via une plateforme participative, les citoyens sont invités par l’État à s’informer et à s’exprimer sur la vision d’avenir proposée pour chaque façade maritime afin de garantir le bon état écologique et d’assurer la valorisation économique et sociale de la mer et du littoral.

Full article: Mer Littoral + Magazine Environnement

12 février 2018

Valparaiso : le port lance la 4e édition de « Vive Muelle Prat » avec des activités festives pour toute la famille

Full article: Portal Portuario

12 février 2018

Le Port de la Rochelle lance un plan de concertation autour de son projet d’aménagement « Port Horizon 2025 »

Full article: Port of La Rochelle

7 février 2018

Grâce à une politique d’intégration sociétale sur le long terme, les Néerlandais aiment le port de Rotterdam !

Full article: Port of Rotterdam

7 février 2018

Les pays de l’ASEAN signent une déclaration en faveur du développement de la croisière dans la région

Full article: www.cruiseindustrynews.com

12345127128

Port Entrepreneur

14 février 2018

Smart Port : Hambourg lance une plateforme pour tester l’apport de la 5G sur les 8000 ha de la zone portuaire.

L’un des principaux objectifs sera de rendre plus fiable et sûre l’utilisation des infrastructures en augmentant les capacités de gestion en temps réel. Hambourg sera ainsi une première zone test au niveau européen afin de valider les protocoles liés à cette technologie. La logistique est un des secteurs où cette nouvelle façon de gérer des réseaux, à la fois mobiles et fixes, pourrait apporter une flexibilité recherchée par beaucoup de parties prenantes.

Full article: Port of Hamburg

14 février 2018

En doublant sa capacité d’ici 10 ans, le Port de Savannah veut accentuer son rôle de moteur de l’économie de l’Etat de Géorgie

Full article: Splash 24/7 / Georgia Ports

14 février 2018

Dubai Ports investit dans le développement de plateformes logistiques intérieures dans les provinces du Jammu et du Cachemire en Inde

Full article: Business Standard

14 février 2018

Publication d’une vision commune de développement à échéance 2040 pour le bassin Danube – Mer Noire et ses ports.

Full article: Bulgarian Ports / DBS Gateway Region 

12 février 2018

Le port de Hamilton continuera de jouer la carte industrielle tout en améliorant de façon continue son intégration urbaine

Pour le CEO du port, cette stratégie est vitale. Les espaces sont rares et le redéveloppement industriel du port sur lui-même doit être une priorité pour l’économie du territoire. Cela ne doit nullement empêcher le développement urbain. Verdir et paysager le port, travailler en concertation permanente avec les populations riveraines sont indispensables.

Full article: CBC

12 février 2018

Report modal et mobilité : Anvers annonce 16 initiatives dont 7 projets d’opérateurs privés soutenus par le port à hauteur de 200.000 Euros chacun

Full article: Port of Antwerp 1 and 2

12 février 2018

Sydney : le maintien et le développement du terminal de Glebe Island au centre de l’agglomération est vital pour le territoire

Durant les 30 prochaines années, ce sont 6 à 8Mt de tonnes de matériaux de construction en vrac qui transiteront par le terminal pour approvisionner tous les chantiers urbains ! L’un de ces chantiers concernera la transformation du secteur de Bays Precinct pour y relancer l’innovation au service de l’industrie maritime.

Full article: Port Authority NSWThe Bays Sydney

7 février 2018

Riga : l’amélioration des infrastructures, le développement logistique, l’environnement seront les 3 piliers du plan portuaire à 10 ans

Full article: The Baltic Course

7 février 2018

Le New Jersey ne veut surtout pas rater le développement de l’éolien offshore et vise 3,5 GW d’ici 2030. Les ports de base ne sont pas connus.

Full article: Le Marin

5 février 2018

Changement climatique, sécheresse : à Capetown, un paquebot obligé de reprendre la mer faute d’approvisionnement en eau potable

Full article: Ports & Ships

12345171172