En direct

Port Urbain

5 juin 2013

Londres : relifting pour la marina dans les trois bassins de St Katherine’s Docks

Source : Medberths

5 juin 2013

Bordeaux : les supers yachts et la filière nautique pour les « Bassins à flot ». L’intégration avec les logements à traiter

Source : 20 minutes

4 juin 2013

WORLD SEASTEMS, une nouvelle approche des flux maritimes dans les dynamiques de développement des villes portuaires

Dans le cadre des projets de recherche sur les dynamiques des villes portuaires, l’AIVP signale à l’attention de ses membres actifs le projet : World Systeam. Ce projet financé par l’Union Européenne à hauteur d’un millions et demi d’euros a débuté en mars 2013 et doit durer 5 ans. Le projet World Systems est placé sous la responsabilité scientifique de César Ducruet, chercheur au CNRS – France) et membre du réseau d’expert de l’AIVP.« Le projet World Seastems a pour ambition de cartographier et d’analyser les mutations de l’économie mondiale durant trois siècles du point de vue des échanges maritimes de marchandises. Il se base principalement sur l’exploitation de données d’archives sur les escales quotidiennes des navires de commerce entre les ports du monde publiées depuis 1734 par Lloyd’s List, contenant des informations sur les dates de départ et d’arrivée et les caractéristiques techniques des navires. Malgré le rôle vital du transport maritime pour le développement économique et les échanges commerciaux internationaux, aucune recherche n’en a proposé une approche spatio-temporelle systématique. Le projet a trois objectifs principaux.
D’abord, les flux maritimes sont cartographiés de façon dynamique et interactive grâce à une plateforme géomatique permettant par ailleurs différentes analyses en termes de routes et corridors (agrégation des liens), analyse spatiale (rayonnement maritime), etc.
Ensuite, on s’intéresse à la structure du réseau proprement dit afin d’en mesurer les propriétés topologiques et de comparer leur évolution à celle des modèles de réseaux théoriques mais aussi et surtout de voir en quoi cette structure reflète ou anticipe certains faits majeurs comme des révolutions technologiques (voile, vapeur, combustion, conteneurs), des crises économiques (1929, 2009) et des reconfigurations territoriales (décolonisation, post-URSS) en termes de densité, croissance, polarisation du réseau, pris dans son ensemble ou à des niveaux plus régionaux.La recherche de communautés ou clusters tentera de répondre à la question de la régionalisation des échanges et de l’évolution des économies-mondes, tout en vérifiant l’hypothèse du passage d’une organisation centre-périphérie au polycentrisme. Enfin, les évolutions économiques et technologiques du secteur portuaire et maritime seront appréhendées à travers l’idée d’une co-évolution des flux maritimes et des villes littorales, notamment envisagées sous l’angle combinatoire de leur situation changeante dans un réseau couplé maritime et terrestre, incluant les villes continentales et les arrière-pays.
Le projet dans son ensemble veut ainsi apporter des réponses nouvelles à la façon dont les flux physiques bâtissent et à la fois transgressent nos sociétés et leurs relations, du local au global, en faisant appel à une grande diversité de champs scientifiques, des « global production networks » à l’histoire économique et maritime, l’analyse des réseaux, et les systèmes de villes. »
César Ducruet
http://cordis.europa.eu/projects/rcn/107041_fr.html

4 juin 2013

Débats entre industriels de la croisière et villes portuaires

L’AIVP a suivi avec beaucoup d’intérêt les travaux de la conférence organisée par l’association Cruise Europe qui a réuni ses adhérents au Havre les 23, 24 et 25 avril dernier. Plus d’une centaine de délégués, acteurs du développement des croisières dans les villes portuaires, venus d’une vingtaine de pays d’Europe du Nord et de l’Ouest ont participé aux travaux.
La ville portuaire variable d’ajustement économique?
Parmi les intervenants, les opérateurs de croisière représentés (Holland America Line, Celebrity, Carnival, AIDA…) ont témoigné de la bonne santé du marché de la croisière en Europe du Nord et de l’Ouest tout en soulignant la difficulté d’assurer la rentabilité économique de l’activité. Le coût du carburant et les coûts portuaires ont été mis en avant pour expliquer cette situation apparemment paradoxale. Les coûts directs et indirects liés aux escales dans les ports européens ont été une nouvelle fois vigoureusement dénoncés par les représentants des compagnies. La question de l’équilibre à trouver entre d’une part, les attentes des passagers pour un programme d’escales attractif dans des conditions optimales de confort et d’autre part, la demande de la meilleure rentabilité économique pour les compagnies, est nécessairement délicate. Dans la recherche de cet équilibre financier pour les compagnies, le choix de la ville portuaire d’escale fait aussi office de variable d’ajustement. Celles-ci sont donc fortement incitées à proposer des conditions d’accueil répondant aux demandes stratégiques des compagnies. Dès lors, à chaque ville portuaire de savoir négocier pour que ce partenariat soit gagnant-gagnant, tout en sachant que les rentes de situations géographiques sont de plus en plus difficiles à faire valoir dans un contexte de forte concurrence entre des ports de mieux en mieux équipés pour la croisière.
A la recherche de l’authenticité
La structure de chaque croisière et naturellement la question des escales et des excursions ont été d’emblée centrales dans les débats. Pour réduire les coûts variables d’exploitation, les compagnies s’orientent vers de nouveaux circuits non plus « en boucle » mais linéaires ; les ports d’embarquement et de débarquement étant dès lors distincts. Par ailleurs, la pratique du « slow steaming », déjà largement pratiquée par les navires de commerce, est une pratique de plus en plus répandue chez les opérateurs de croisière. Pour économiser le carburant, la vitesse des navires en mer ne cesse de diminuer depuis plusieurs années. Par voie de conséquence, les ports d’escale ne doivent pas être trop éloignés les uns des autres pour optimiser le temps passé en mer, le moins coûteux pour l’opérateur et celui susceptible de gérer le plus de profits pour les compagnies par la consommation des services proposés à bord. Dans le port d’escale, les compagnies sont soucieuses de la proximité immédiate du centre ville et d’une bonne desserte routière pour les excursions à la journée. A défaut, la mise à disposition de navettes (évidemment gratuites !) par les acteurs locaux est naturellement appréciée.
La qualité des excursions proposées, celle de l’accueil reçu à terre, l’intérêt propre de chaque ville d’escale contribuent à la notoriété et au succès de la croisière et donc à la compagnie. Pour l’opérateur de croisière, la nouveauté, l’authenticité, l’exclusivité sont des valeurs sûres qui seront de nature à assurer un taux de retour satisfaisant des passagers, sollicités par ailleurs pour raconter leur « expérience » sur le web et les réseaux sociaux. En ce qui concerne les croisières en Europe, cette stratégie de marketing indirect s’avère particulièrement payante.
Conclusions
Dans ce jeu où les villes portuaires et les compagnies de croisières se « tiennent par la barbichette », il est bien difficile de dire qui est le gagnant. La dynamique forte du marché permet actuellement de contenter tout le monde : les compagnies qui affinent leur modèle économique en permanence, les villes portuaires qui revalorisent leur image et peuvent espérer des retombées économiques non négligeables, les passagers enfin, qui se voient offrir toujours plus de choix à des tarifs compétitifs. L’équilibre est toutefois fragile et il faut souligner à cet égard l’importance du rôle joué par les professionnels du secteur dans chaque ville portuaire d’escale. En quelques années, ils sont devenus des interlocuteurs incontournables des compagnies et les premiers animateurs de « club croisière » locaux. C’est aussi tout le mérite de journées comme celles-ci de les rassembler pour leur permettre d’affiner des stratégies propres à chacune de leur ville portuaire.

Voir aussi :
http://www.cruise-europe.org/
http://www.cruiseeurope.com/

4 juin 2013

Kengo Kuma : l’architecte japonais installe la culture sur l’ancien port fluvial de Besançon (France)

Récemment inauguré, la « Cité des arts » de Besançon rassemble le FRAC (Fonds Régional d’art contemporain) implanté dans un ancien entrepôt en briques, et un nouveau bâtiment accueillant le Conservatoire de musique. L’esplanade publique vient s’y intercaler pour créer la liaison entre ville, art, et fleuve.
Source : Kengo Kuma And Associates ; Le Moniteur

 

4 juin 2013

Shanghai : un 3e terminal passagers pour faire face à la croissance du trafic croisière

Source : Sino Ship News

4 juin 2013

Malaga : « El Palmeral », aménagement renforçant l’integration du port à la ville, reçoit un prix d’architecture

Source : La Opinión de Málaga

4 juin 2013

Virtualisation des systèmes d’information du terminal de croisière de Venise

Grâce à ces investissements, la société « Venezia Terminal Passageri » espère réduire considérablement les risques liés à une panne des systèmes d’informatique pouvant causer l’interruption des services et une perte de données avec des conséquences désastreuses pour la compagnie.
Source: La Repubblica

31 mai 2013

Alotau en Papouasie-Nouvelle-Guinée se prépare à accueillir des bateaux de croisière

Le Port d’Alotau sera restructuré par PNG Ports Corporation Limited (PNGPCL) pour accueillir à partir du mois d’Octobre les premiers navires de croisières de Carnival Australia, un des plus grands opérateurs d’Australie. Il deviendra ainsi le plus grand pôle de tourisme de croisière du pays.
Source: PNG Ports Corporation

31 mai 2013

Los Angeles : le port adopte un plan d’actions pour son patrimoine

Le port de Los Angeles va faire l’inventaire de ses ressources historiques, culturelles et architecturales. Leur évaluation lui permettra de définir un plan d’actions et d’établir les priorités pour la préservation et, lorsque cela est possible, la réutilisation de ce patrimoine.
Source : Port of Los Angeles

Port Citoyen

20 mai 2019

L’association des ports italiens lance les Italian Port Days qui visent à sensibiliser les populations à la vie et la culture portuaires.

Ces journées se tiendront simultanément dans tous les ports du pays dans la semaine du 15 au 21 mai. Rencontres, visites, ateliers ludiques, etc., les activités proposées seront très variées mais partageront un double objectif commun : favoriser l’intégration sociétale des ports et renforcer les liens Ville Port. Une conférence de presse de clôture sera organisée au siège du Port Center de Livourne, membre du Port Center Network de l’AIVP.

Full article: Assoporti / Program (pdf)

20 mai 2019

Equité, diversité et inclusion sociale : le Port de Seattle nomme un directeur pour mener cette politique d’intégration sociétale.

Full article: Port of Seattle

15 mai 2019

Puertos del Estado (Espagne) développe une stratégie générale en faveur de la durabilité afin d’anticiper les conséquences de la croissance du trafic

Full article: El Vigía

15 mai 2019

Des portiques hybrides dans le terminal MCT de Gioia Tauro pour réduire les émissions de CO2

Full article: Portal portuario

13 mai 2019

Des espaces similaires aux Port Centers font leur apparition partout dans le monde

Parmi les nouvelles interprétations du concept, signalons celle proposée à Southampton par 1851 Trust et l’équipe britannique de voile INEOS. Cet espace, appelé STEM Crew HQ, propose un riche contenu pédagogique qui connecte la salle de classe au monde maritime, notamment dans les domaines des sciences, de la technologie, des maths et de l’ingénierie. En Floride, le nouveau Sea the World Storefront de Marine Industry sera inauguré en mai prochain avec une exposition et des activités destinées à sensibiliser les élèves aux formations et carrières maritimes. À Hambourg, l’initiative privée Discovery Dock lancée en avril dernier utilise la réalité virtuelle pour rendre le port attractif. Les nouvelles approches du concept de Port Center confirment le rôle joué par ce type de structure dans la promotion de la participation citoyenne et l’éducation à la culture portuaire.

Full article: 1851 Trust, Maritime Executive, Discovery Dock, Abendblatt

13 mai 2019

Transnet et le port de Durban lancent une opération nettoyage pour le ramassage des déchets générés par la forte tempête du 23 avril.

Full article: Greenport

13 mai 2019

Le Port de Seattle renforce son engagement pour la protection de l’environnement en privilégiant l’énergie électrique afin de réduire les émissions de CO2

Full article: Greenport

13 mai 2019

Les maires des villes portuaires chiliennes rencontrent la ministre des Transports afin de réclamer une nouvelle loi portuaire qui soit favorable aux habitants

Full article: Portal portuario

8 mai 2019

Le Port de Los Angeles va utiliser des camions roulant à l’hydrogène pour desservir les terminaux de Long Beach

Full article: Revista Cargo

8 mai 2019

Le projet européen « Durable » propose l’utilisation de drones et de robots pour faciliter le développement et l’entretien d’infrastructures utilisant de l’énergie verte

Full article: All about shipping

12345160161

Port Entrepreneur

20 mai 2019

Anvers : l’extension des terminaux conteneurs sur la rive sud épargnera le village de Doel, ce qui était une demande des communautés riveraines.

Full article: Flows

20 mai 2019

Bordeaux : unanimité des élus pour le développement de l’activité fret sur la Garonne, mais peu d’actions concrètes encore programmées.

Full article: 20 minutes Bordeaux

20 mai 2019

Tema, Ghana : certains acteurs portuaires traditionnels s’inquiètent des conséquences des projets d’extension sur leur activité et l’emploi.

Full article: Ghana Web

20 mai 2019

Transition énergétique: Nantes Saint-Nazaire Port intensifie ses actions sur les réseaux de chaleur et sur la filière GNL

Full article: Nantes Saint-Nazaire Port

20 mai 2019

Agriculture urbano-portuaire : la ferme flottante pilote installée dans le port de Rotterdam entre en production.

Full article: Designboom

15 mai 2019

Réduction des émissions de CO2 : le ralentissement de la vitesse des navires ne fait pas l’unanimité. Mais ne pourrait-on pas sortir du juste à temps ?

Pour certains experts, trop ralentir signifierait devoir rajouter un navire en rotation, ce qui annihilerait les effets bénéfiques en termes d’émissions de CO2. Mais devant l’impératif climatique, Villes, Ports, logisticiens, industriels et consommateurs ne devraient-ils pas être mesure d’accepter une augmentation raisonnable des délais de livraison ? Ce fameux navire supplémentaire ne deviendrait-il pas tout simplement celui de trop ?

Full article: The Loadstar

15 mai 2019

Inde: La Région Métropolitaine de Chennai prévoit 8 corridors de fret pour désengorger la ville autour des ports d’Ennore et de Katupalli.

Full article: The New Indian Express

15 mai 2019

Croatie : avec la faillite des chantiers navals de Rijeka et Pula, c’est toute une filière maritime qui disparait, et 1100 emplois supprimés.

Full article: Le Marin

15 mai 2019

Le Walvis Bay Corridor Group affiche sa confiance dans le développement de la Namibie comme pôle logistique de l’Afrique Australe

Full article: Africa Ports

15 mai 2019

Les ports d’Anvers, Gand et Rotterdam participent au projet Porthos de captage de 10Mt de CO2 pour un enfouissement sous la mer du Nord.

Full article: The Guardian

12345213214