En direct

Port Urbain

17 janvier 2018

Shanghai : un masterplan pour devenir une Excellent global city d’ici 2035

Elle va notamment mettre en oeuvre des mesures pour protéger l’environnement et pour limiter la croissance démographique et les terrains constructibles. Les espaces verts devraient eux largement progresser. 45 km le long de la Huangpu proposant promenades, espaces verts, patrimoine industrialo-portuaire reconverti, sont déjà disponibles. Elle souhaite devenir également une métropole de l’innovation de rang mondial en s’appuyant sur le secteur portuaire.

Full article : Shine ; Xinhuanet ; Shanghai Daily

17 janvier 2018

Vancouver (Canada) : une double certification Leed Platinium pour le Centre de congrès sur le waterfront

Full article : Inhabitat (+ images)

17 janvier 2018

Lorient (France) : réaménagement à l’étude pour faire cohabiter pêche, nautisme, réparation navale et tourisme sur la presqu’île de Kéroman

Full article : Lorien Keroman

17 janvier 2018

Faro (Portugal) : un groupe de travail pour définir d’ici fin mars les futurs usages d’espaces portuaires inutilisés

Full article : Algarve Daily News

15 janvier 2018

Brisbane : réaménagement en cours pour les Howard Smith Wharves

La transformation de ce site de 3,43 hectares classé au patrimoine a été longtemps différée et avait suscité des controverses. 80% du site seront consacrés aux espaces publics, dont une promenade le long du fleuve qui devrait ouvrir en février prochain. Cette ouverture sera suivie par celles de commerces et restaurants en septembre, et d’un hôtel en janvier 2019. Les références à l’activité passée du site ont été introduites et deux bâtiments classés seront également réutilisés.

Full article : Architecture Australia (+ images)

15 janvier 2018

Los Angeles : une nouvelle étape pour AltaSea avec l’inauguration du La Kretz Blue Economy Incubator, aménagé dans l’entrepôt 58

Full article : Maritime executive (+ vidéo)

15 janvier 2018

Marseille, écoquartier : 2,7 hectares, 400 logements, un hôtel, des commerces, … alimentés en énergie grâce à la mer

Full article : We Demain (+vidéo)

15 janvier 2018

Las Palmas : inauguration du Poema del Mar, un aquarium innovant aménagé sur le Muelle de Sanapú

Full article : Poema del Mar ; Canarias 7 ; Vidéo

10 janvier 2018

Colombo (Sri Lanka) : la Chine va investir 1 milliard de dollars pour la Cité financière internationale

La Cité a été conçue par le cabinet d’architectes américain SOM. Elle est programmée dans le cadre du projet Colombo Port City et sera construite à proximité du port conteneur. Les travaux devraient démarrer à la mi-2018. L’objectif du gouvernement est de créer pour l’Océan Indien une place financière susceptible d’attirer les investissements étrangers et de créer des milliers d’emplois.

Full article : Colombo Page ; South China Morning Post

10 janvier 2018

Séville : le Port redéfinit les usages de ses espaces. 10 hectares vont être consacrés à l’intégration ville-port

Full article : El Correo web

12345172173

Port Citoyen

17 janvier 2018

Un nouveau musée pour le Port et la Ville d’Aviles avec plus de 220 m2 dédiés à l’histoire portuaire

Full article: Elcomercio

17 janvier 2018

L’Environmental Protection Administration (EPA) de Taïwan demande aux ports de réduire leurs émissions suite à d’importantes pollutions de l’air

Full article: Green 4 Sea

17 janvier 2018

Lancement du RP-PSA Experiential Laboratory, un simulateur de haute technologie où les étudiants singapouriens peuvent développer leurs compétences

Full article: Port Technology

15 janvier 2018

La mise en place d’une stratégie en faveur d’une meilleure qualité de l’air devient une priorité pour le Port de Londres

Full article: Tidal Thames

15 janvier 2018

Avec un investissement de 1,4MEuros le port d’Anvers espère enrayer la congestion liée au trafic des poids lourds. Objectif : 250 000 transports routiers en moins.

Full article: Constructions Cayola

15 janvier 2018

Le Port d’Auckland s’appuie sur une étude récente pour adopter l’alimentation d’électricité à quai pour les navires de croisières et diminuer de 31% les gaz à effet de serre.

Full article: Cruise Industry

10 janvier 2018

MTCC- Network : un réseau mondial de centres d’excellence en technologie marine a été officiellement lancé au siège de l’OMI

Les directeurs des cinq centres de coopération ont signé un mémorandum d’accord pour établir ce réseau avec des centres en Afrique, en Asie, dans les Caraïbes, en Amérique latine et dans le Pacifique. Ils ont comme mission la promotion des nouvelles technologies pour l’amélioration de l’efficacité énergétique et la réduction des émissions nocives des navires.

Full article: Maritime Executive + Port Calls

10 janvier 2018

Tout public, animation et explications : mieux s’orienter au port autonome de Strasbourg !

Full article: Video

10 janvier 2018

Les redevances portuaires d’Helsinki favorisent les opérateurs réduisant leur impact écologique

Full article: Greenport + Port of Helsinki

8 janvier 2018

Les navires de croisière deviennent de plus en plus high-tech : voici 5 tendances technologiques

Full article: Marinelink

12345125126

Port Entrepreneur

6 juin 2013

Des bateaux de croisière de 135 mètres de long en commande par Viking River Cruises pour faire Le Havre – Paris

Source: Les Echos.fr et Le Marin

5 juin 2013

Banque Mondiale: le Kenya doit mettre fin à la congestion du port de Mombassa. Les pays enclavés réclament un autre débouché maritime.

Source : Standard Media

4 juin 2013

Port de Los Angeles : maîtriser l’énergie sera dans l’avenir un gage de compétitivité

Le 3 juin 2013, le port a lancé son plan d’action pour l’énergie. Fiabilité de l’approvisionnement, optimisation de la consommation, baisse des coûts, réduction des impacts environnementaux…, l’objectif est d’augmenter l’indépendance du port vis-à-vis de l’industrie électrique régionale et de garantir la qualité de service en toute circonstance (photo © aivp).
Source : Port of Los Angeles

4 juin 2013

Maputo et Transnet s’accordent sur un usage réciproque de leurs installations pour favoriser l’essor économique de l’Afrique australe

Source : www.iol.co.za

4 juin 2013

Diversité des trafics, industries de l’éolien, environnement, le Port de Nantes Saint Nazaire affiche ses ambitions (dossier complet)

Source : Le Marin

4 juin 2013

La relance portuaire en France doit s’appuyer sur un triple pilier : la logistique, l’industrie et le rôle d’aménageur des ports

Source : Gouvernement français (pdf)

4 juin 2013

WORLD SEASTEMS, une nouvelle approche des flux maritimes dans les dynamiques de développement des villes portuaires

Dans le cadre des projets de recherche sur les dynamiques des villes portuaires, l’AIVP signale à l’attention de ses membres actifs le projet : World Systeam. Ce projet financé par l’Union Européenne à hauteur d’un millions et demi d’euros a débuté en mars 2013 et doit durer 5 ans. Le projet World Systems est placé sous la responsabilité scientifique de César Ducruet, chercheur au CNRS – France) et membre du réseau d’expert de l’AIVP.« Le projet World Seastems a pour ambition de cartographier et d’analyser les mutations de l’économie mondiale durant trois siècles du point de vue des échanges maritimes de marchandises. Il se base principalement sur l’exploitation de données d’archives sur les escales quotidiennes des navires de commerce entre les ports du monde publiées depuis 1734 par Lloyd’s List, contenant des informations sur les dates de départ et d’arrivée et les caractéristiques techniques des navires. Malgré le rôle vital du transport maritime pour le développement économique et les échanges commerciaux internationaux, aucune recherche n’en a proposé une approche spatio-temporelle systématique. Le projet a trois objectifs principaux.
D’abord, les flux maritimes sont cartographiés de façon dynamique et interactive grâce à une plateforme géomatique permettant par ailleurs différentes analyses en termes de routes et corridors (agrégation des liens), analyse spatiale (rayonnement maritime), etc.
Ensuite, on s’intéresse à la structure du réseau proprement dit afin d’en mesurer les propriétés topologiques et de comparer leur évolution à celle des modèles de réseaux théoriques mais aussi et surtout de voir en quoi cette structure reflète ou anticipe certains faits majeurs comme des révolutions technologiques (voile, vapeur, combustion, conteneurs), des crises économiques (1929, 2009) et des reconfigurations territoriales (décolonisation, post-URSS) en termes de densité, croissance, polarisation du réseau, pris dans son ensemble ou à des niveaux plus régionaux.La recherche de communautés ou clusters tentera de répondre à la question de la régionalisation des échanges et de l’évolution des économies-mondes, tout en vérifiant l’hypothèse du passage d’une organisation centre-périphérie au polycentrisme. Enfin, les évolutions économiques et technologiques du secteur portuaire et maritime seront appréhendées à travers l’idée d’une co-évolution des flux maritimes et des villes littorales, notamment envisagées sous l’angle combinatoire de leur situation changeante dans un réseau couplé maritime et terrestre, incluant les villes continentales et les arrière-pays.
Le projet dans son ensemble veut ainsi apporter des réponses nouvelles à la façon dont les flux physiques bâtissent et à la fois transgressent nos sociétés et leurs relations, du local au global, en faisant appel à une grande diversité de champs scientifiques, des « global production networks » à l’histoire économique et maritime, l’analyse des réseaux, et les systèmes de villes. »
César Ducruet
http://cordis.europa.eu/projects/rcn/107041_fr.html

4 juin 2013

Croisières : quel avenir pour le courant de quai en Europe ?

Dans le cadre de la conférence organisée le 24 avril 2013 au Havre par l’association Cruise Europe, la question du ravitaillement énergétique des navires depuis la terre (Onshore Power Supply) a fait l’objet d’un débat spécifique.L’inscription de ce thème à l’ordre du jour de la manifestation témoigne de l’importance de la question dans le monde de la croisière aujourd’hui devant l’augmentation continue du prix du carburant et les contraintes environnementales. Aussi connu en français sous le nom de « courant de quai » et en anglais de « cold ironing » ou encore « alternative marine power », cette technologie semble s’imposer de plus en plus sur les quais, non seulement en ce qui concerne les navires de croisière mais aussi pour la flotte de commerce.
Le principe est à priori assez simple et semble relever du bons sens. Pour se fournir en énergie à quai, le navire n’utilise pas ses propres générateurs de bord mais se connecte soit au réseau électrique existant soit à un générateur ad hoc installé sur le port alimenté généralement par GNL ou hydrogène. A noter que les besoins énergétiques d’un navire de croisière sont considérables. Ils représentent en moyenne 3 fois les besoins d’un navire porte-conteneurs. L’enjeu est donc particulièrement important pour la croisière, ceci d’autant plus que les navires sont, de préférence, accueillis au plus près du cœur historique des villes et que les escales se multiplient avec plusieurs grosses unités à quai simultanément pendant la saison !
Les avantages semblent évidents pour l’environnement urbain immédiat et les croisiéristes eux-mêmes : pas ou peu de pollution de l’air, moins de bruit, moins de pollution globale. Toutefois, le raccordement au réseau local s’avère délicat en raison de la puissance demandée. Attention aux risques de pic de consommation qui pourrait faire disjoncter le réseau ! Générateur ou réseau local, la question de la sécurité de l’approvisionnement est à considérer. L’abandon de l’autonomie énergétique du navire suppose de la part de l’armateur une confiance absolue dans les installations terrestres. Comment dès lors anticiper les éventuelles coupures de courant techniques ou syndicales ?
Si certaines compagnies maritimes telle Holland America Line affichent leur confiance dans ce mode d’approvisionnement énergétique et investissent dans la construction de navires pré-équipés, notamment pour opérer sur les côtes ouest-américaines, ce n’est pas encore le cas en Europe. Les intervenants ont souligné des difficultés liées aux différences de tarification du courant électrique entre pays européens. La technologie serait par ailleurs déjà menacée par la mise en place de nouveaux équipements permettant le fonctionnement des navires au GNL. Ce mode de propulsion n’est toutefois pas plébiscité par le public comme par les professionnels en ce qui concerne les navires de croisière. Les réticences vis-à-vis de réservoirs de gaz sous les pieds des passagers restent fortes ! Quoi qu’il en soit, la Commission Européenne s’oriente vers un durcissement de la réglementation en matière de normes anti-pollution dans les ports. Courant de quai, GNL… les opérateurs de croisière vont donc devoir s’adapter. Une occasion de plus de se pencher à nouveau sur le bilan énergétique de ces navires. Des gains d’économies d’énergie considérables restent à faire, en ce qui concerne la climatisation notamment. La contribution des opérateurs de croisière à la problématique environnementale globale passe aussi par là !