En direct

Port Urbain

14 janvier 2019

New York (Etats-Unis) : Brooklyn Navy Yard cherche un développeur

La Brooklyn Navy Yard Development Corp a piloté la transformation radicale du chantier naval qui accueille notamment un campus industriel, un studio de cinéma, et bientôt un centre de fabrication de produits alimentaires. Ils ont lancé un appel d’offres pour un dernier quai qui avait été endommagé par l’ouragan Sandy il y a six ans. Ils souhaitent y maintenir des activités maritimes en lien avec les activités de réparation navale qui sont encore présentes.

Full article : Crain’s New York Business

14 janvier 2019

Guayaquil (Equateur) : en 2020 un téléphérique traversant le fleuve améliorera la mobilité urbaine

Full article : Mundo Maritimo

14 janvier 2019

Cadix (Espagne) : Puerto del Estado autorise le port à vendre plus de 11 hectares du Port de Santa Maria pour des aménagements urbains

Full article : El Vigia

9 janvier 2019

Singapour : reconversion pour Tanjong Pagar après le départ du port

La relocalisation d’activités portuaires vers Tuas devraient libérer quelques 1000 hectares sur le secteur Sud du waterfront après 2027. Le gouvernement veut en faire un secteur mixte combinant logements de haute qualité et équipements destinés à en faire une destination touristique internationale.

Full article : The Online Citizen

9 janvier 2019

Oslo : un concours pour un nouveau centre culturel dans le secteur du waterfront de Vippetangen

Full article : StartforTalents

9 janvier 2019

Manille : ESCA Inc. choisie pour une étude de faisabilité sur l’aménagement d’un port de croisière

Full article : Philstar

9 janvier 2019

Waterfront de Bellingham (Etats-Unis) : après l’inauguration du Waypoint park récemment, de nombreux avancements sont programmés pour 2019

Full article : Bellingham Herald

7 janvier 2019

Le Port de Barcelone ouvre une nouvelle promenade

Elle est située sur la jetée brise-lame protégeant la Marina Vela. Des aménagements complémentaires réalisés sur la base d’une collaboration public-privé ont permis de proposer 36 000 m² de nouveaux espaces publics sur le secteur. Une seconde phase est déjà programmée pour la marina et devrait encore renforcer l’attractivité de tout le secteur. Sans parler d’un autre projet actuellement à l’étude : celui de l’implantation d’une antenne du Musée de l’Hermitage.

Full article : El Périodico

12345204205

Port Citoyen

14 janvier 2019

Marc Van Peel, ancien échevin du port d’Anvers, va œuvrer pour l’installation d’un musée portuaire voisin du Port Center Havencentrum

Full article: Flows

14 janvier 2019

Croisières : le Chili adopte un projet de loi visant à autoriser le cabotage des paquebots d’une ville portuaire à l’autre.

Full article: Portal Portuario

14 janvier 2019

Castellon (Espagne): plus de 1100 élèves de 28 écoles ont visité le port en 2018 dans la cadre de la campagne « Connaissez votre port »

Full article : Autoridad Portuaria de Castellón

9 janvier 2019

Le Port de Prince Rupert consacre 1 M Can$ pour la sauvegarde du saumon de la rivière Skeena, essentiel à l’économie locale.

Full article: Marine Link

9 janvier 2019

Lancée en 2004, le Port de Bilbao poursuit les visites gratuites du port tous les samedis et dimanches pour le public adulte.

Full article: Bilbao Port

9 janvier 2019

Port de Guadeloupe : le projet environnemental Cayoli entre dans une nouvelle phase avec la réhabilitation d’un espace de mangrove

Full article: Port Guadeloupe Caraïbes

7 janvier 2019

Prendre conscience de l’écosystème de la connaissance maritime sera un atout pour les villes portuaires du XXIe siècle

Le chercheur Maurice Jansen, familier de l’AIVP, en est convaincu. La croissance démographique à venir sur les littoraux et dans les villes portuaires, va contraindre celles-ci à une gestion de plus en plus globale pour devenir de véritables capitales maritimes. Cartographier l’écosystème de la production de la connaissance maritime dans la Ville Port et valoriser au maximum ce capital humain seront les clés de leur réussite et de leur adaptabilité au changement.

Full article: Port Strategy

7 janvier 2019

Smart Port City : Le Havre peaufine son projet territorial, clé d’une relation Ville Port Entreprises Citoyen centrée sur l’innovation et les talents.

Full article: NPI

7 janvier 2019

Le Chili travaille sur une nouvelle route croisière de Panama à Valparaiso via le Pérou, l’Equateur et la ville portuaire de San Antonio.

Full article: Portal Portuario

2 janvier 2019

Dans la petite ville de Hoona en Alaska, le développement de la croisière est source de revenus mais aussi d’inquiétudes.

Full article: Juneau Empire

12345148149

Port Entrepreneur

6 janvier 2014

L’éolien : des nouveaux métiers et des nouvelles formations apparaissent dans les villes portuaires

Source: Energies Actu

20 décembre 2013

Chine : le port fluvial de Guoyuan sur le Yangtze Amont se positionne à son tour pour le trafic vers l’Europe via le rail

Source : Sino Ship News

20 décembre 2013

Veracruz : l’extension du port générera 140.000 emplois. Simultanément le Mexique multipliera les plateformes logistiques

Source : Comunidad Portuaria 1 & 2

20 décembre 2013

Le développement des villes nord-américaines des Grands Lacs passe-t-il par les ports ?

La région concentre une très forte activité économique estimée à US$ 4400 Mrd. Pour autant une circulation maritime plus importante, pour les passagers comme pour les marchandises apporterait de nouveaux relais de croissance. La Baltique ou la Méditerranée pourraient être pris comme des exemples.
Source : Huffington Post

18 décembre 2013

Croisière : la levée du blocus Etats-Unis / Cuba pourrait se traduire par 1000 escales de paquebots par an et 1 M de passagers.

Source : Global Ports

18 décembre 2013

Le port Vancouver étant cerné par la ville, les petits ports de Nanaimo et Port Alberni permettraient une logistique plus durable

Source : Canadian Transportation & Logistics

18 décembre 2013

CLYMA: le projet TEN-T sur les Corridors Méditerranéens approuvé par l’EU

Les partenaires développeront un modèle de gestion efficient pour la connexion Madrid-Lyon. Parmi les 8 axes de travail : la recherche d’outils pour une meilleure coordination entre autorités et opérateurs privés et un engagement sociétal, afin d’expliquer les enjeux du projet au grand public.
Source: Port of Barcelona

 

18 décembre 2013

Rotterdam : les citoyens directement impliqués dans un projet de parc éolien le long du canal « New Waterway »

Ce parc alimentera 30.000 foyers. Son intégration paysagère sera optimisée mais les initiateurs publics et privés souhaitent aussi une répartition équitable des avantages et inconvénients pour les riverains. Ils pourront dès lors investir dans le projet avec un rendement financier de 5%.
Source : Rotterdam Climate Initiative

18 décembre 2013

Veracruz souhaite un port moins industriel et commercial, et davantage touristique. L’environnement doit y être protégé.

Source : Comunidad Portuaria

17 décembre 2013

Interview avec Pasqualino Monti, président d’Assoporti et du Port de Civitavecchia (membre de l’AIVP depuis 2013)

civitavecchia_interview-monti_gm_decembre2013-2

Pasqualino Monti ©Port of Civitavecchia

Les ports italiens font aujourd’hui face à des enjeux majeurs d’organisation des flux de marchandises et d’investissements dans les infrastructures portuaire. Avec  25 autorités portuaires et parfois des situations de concurrence importantes, le Port de Civitavecchia bénéficie toutefois d’une position privilégiée sur l’échiquier portuaire italien.

Sa proximité avec la capitale et son port en eau profonde lui permettent de développer aussi bien une activité logistique d’envergure et de miser sur l’évolution de l’activité de croisière avec plus de 2,3 millions de passagers en 2012, ce qui fait de Civitavecchia le premier port de croisière d’Italie. Son Président Pasqualino Monti nous livre ici quelques réflexions et commentaires en tant que nouvel adhérent de l’AIVP :

AIVP : Pasqualino Monti, vous travaillez au sein du Port de Civitavecchia depuis longtemps. En 2011, vous êtes nommé président de l’Autorité portuaire et, malgré votre jeune âge, en septembre 2013, vous prenez les commandes d’Assoporti, l’Association des Ports Italiens. Pourriez-vous brièvement nous décrire votre formation et votre parcours professionnel, de même que votre engagement auprès des ports italiens ?

Pasqualino Monti: Je suis né à Ischia en 1974 et suis diplômé en économie et statistique de l’Université « degli studi di Roma – La Sapienza ». Je suis également titulaire d’un Master Banque et Finance, accrédité par l’ASFOR, délivré  par le Centre universitaire pour l’organisation des entreprises (CUOA) de Altavilla Vicentina. De janvier à avril 2005, j’ai occupé le poste de directeur financier de l’Autorité portuaire de Civitavecchia, Fiumicino et Gaeta, avant d’être nommé directeur administratif. En 2011, j’ai pris la tête du Port de Civitavecchia et en 2012, j’ai été élu par les autorités portuaires à la présidence d’Assoporti.

AIVP : En raison de la configuration géographique de la côte italienne, les ports italiens sont particulièrement soucieux d’assurer un lien étroit entre la ville et le port. D’après vous, cette caractéristique est-elle un handicap ou un atout pour les ports méditerranéens ? Comment décririez-vous la relation ville-port à Civitavecchia ?

Pasqualino Monti: Le port de Civitavecchia est un port de commerce unique en son genre. À l’heure actuelle, pour être compétitif, il faut disposer de caractéristiques qui vous donnent un avantage sur les autres ports, à la fois sur le marché national et sur les marchés internationaux. La profondeur d’eau est une des exigences les plus difficiles à satisfaire en raison des conditions objectives de la majorité des ports du pays et des difficultés bien connues que posent les opérations de dragage.
Les fonds marins rocheux ne s’inventent pas, ils existent ou ils n’existent pas. Et la profondeur d’eau disponible dans le port de Civitavecchia s’élève à plus de 20 mètres. Qui plus est, nous disposons, dans ce port, de plus de 5 millions de mètres carrés d’espace disponible qu’il est possible de destiner aux activités portuaires et logistiques. À terme, ces caractéristiques permettront au port de Rome d’occuper une place privilégiée parmi les ports de commerce, à condition qu’il se montre à la hauteur du défi. Cela signifie qu’il faut, dès aujourd’hui, construire l’infrastructure nécessaire au trafic portuaire de demain et trouver des interlocuteurs fiables qui sachent attirer et gérer les flux commerciaux provenant d’Extrême-Orient.

 

AIVP : Très souvent, les citoyens n’ont pas conscience de l’importance des activités portuaires et de leur impact économique sur le territoire. Vous semble-t-il indispensable de promouvoir la culture portuaire et de créer une relation plus constructive avec les citoyens afin de garantir l’efficacité et la durabilité du système portuaire ?

Pasqualino Monti: Depuis que je dirige l’Autorité portuaire des Ports de Rome et du Lazio, et également en ma qualité de président d’une association qui représente l’ensemble des ports italiens, je m’efforce de faire comprendre aux gens, et pas seulement aux personnels portuaires, à quel point les ports sont le pilier fondamental de notre économie, présente et future. Et il ne s’agit pas d’une appréciation personnelle, c’est une constatation objective.
Il suffit de rappeler que l’équivalent de 4,5 trillions de dollars de marchandises est transporté chaque année sur les océans du monde. C’est un total de 8,4 milliards de tonnes de marchandises qui sont embarquées et débarquées dans les ports, lesquels occupent une place essentielle dans l’économie nationale des pays du monde entier. Plus de 80% des échanges mondiaux sont assurés par une flotte de plus 100.000 navires marchands.
La planification de la croissance de l’ensemble des économies émergentes est liée à la proximité d’un hub de transbordement qui puisse répondre aux exigences techniques et commerciales des grands opérateurs et des marchés desservis. Cette croissance s’effectue toujours en accordant une attention particulière à l’environnement et au développement durable. C’est pour cette raison que le port de Civitavecchia envisage d’installer deux postes de courant de quai autour du nouveau bassin S. Egidio, ainsi que des caissons modulaires. Ces installations fonctionneront avec le système « Rewec 3 » (Resonant Wave Energy Converter), qui, au moyen de turbines, produit de l’électricité grâce au mouvement des vagues. En dernier lieu, des stations de surveillance Arpa permettront d’assurer un suivi permanent de la qualité de l’air dans notre port.

AIVP : Cet été, Maurizio Lupi, ministre italien des infrastructures et des transports, a visité le port de Civitavecchia. Il a salué les différents investissements effectués pour la réalisation d’un hub logistique qui ne bénéficiera pas uniquement à l’hinterland et à la région de Rome mais également au pays entier. Pourriez-vous nous parler de ces différents projets en évoquant la façon dont ils sont mis en œuvre en collaboration avec les différents partenaires ?

Pasqualino Monti: Au cours de sa visite au port de Civitavecchia, le ministre a pu constater par lui-même à quel point tout ce que l’on a pu écrire sur le fameux « miracle de Civitavecchia » est devenu réalité.
En effet, la première partie du nouveau bassin Traghetti Sant’Egidio, dont la construction a représenté un investissement de 193 millions d’euros, a été inaugurée le 21 juin dernier, c’est-à-dire 6 mois avant la date prévue, ce qui, en Italie, est tout à fait miraculeux.
J’en suis particulièrement fier. Nous ne devons cependant pas nous reposer sur nos lauriers.
Notre grand projet d’avenir est de faire de Civitavecchia, actuellement le plus grand port de croisière du pays, un port stratégique pour les grands porte-conteneurs. D’ici 2020, les Ports de Rome devront être devenus, grâce à un investissement estimé à près de 950 millions d’euros, l’une des plus grandes plateformes logistiques du pays.

AIVP : En tant que président d’Assoporti, vous avez la tâche de représenter et de défendre le développement du système portuaire italien. De quelle façon soutenez-vous les intérêts locaux et nationaux et comment illustreriez-vous votre vision du développement portuaire pour les années à venir ?

Pasqualino Monti: Les ports italiens sont une grande richesse, et non pas une charge, pour le pays. En réalité, le système portuaire pourrait bien déclencher une véritable révolution logistique et devenir un moteur de relance économique. Mais pour ce faire, il nous faut trouver des « solutions rapides et efficaces » pour optimiser la gouvernance des autorités portuaires et accélérer les processus décisionnels, notamment en matière d’investissement dans de nouvelles infrastructures. Le plus important étant de mettre en œuvre des initiatives en faveur de « l’autodétermination financière » des ports.
Il nous faut définir des solutions pour parvenir à ce que je nomme volontiers « l’auto-détermination financière », ce qui diffère quelque peu de « l’autonomie financière ». Nous devons pourvoir disposer d’un maximum d’outils afin d’être rapidement en mesure de proposer de nouveaux services pour optimiser les rendements portuaires, sans peser sur le budget de l’État.
Les ports italiens alimentent les caisses de l’Etat à hauteur de plus de 13 milliards d’euros (avec la TVA et les autres taxes), et ne reçoivent, en retour, que peu de fonds pour financer les infrastructures et la maintenance.

AIVP : Vous avez décidé de rejoindre l’AIVP en 2013 et nous sommes très heureux d’accueillir le port de Civitavecchia parmi nos membres. Qu’attendez-vous de cette adhésion et quelles sont les meilleures pratiques et expériences que vous entendez faire partager à notre réseau au cours de la prochaine conférence mondiale ville port qui aura lieu à Durban en novembre 2014 ?

Pasqualino Monti: Nous sommes fiers de faire partie d’une association comme l’AIVP, ce qui prouve l’importance du rôle joué par le port de Civitavecchia dans la logistique et le transport internationaux.
Nous savons que l’AIVP compte plus de 200 membres issus de 50 pays différents. Civitavecchia, le port de Rome et de la capitale de l’Italie, ne pouvait évidemment pas demeurer en reste, et il est juste qu’il apporte sa contribution sur la scène internationale des villes portuaires.