En direct

Port Urbain

2 juin 2020

Sidewalk Labs abandonne son projet à Toronto

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Sidewalk Labs, la filiale qui avait été créée par Google pour développer ce projet « Quayside » sur le waterfront de Toronto, a justifié sa décision par les incertitudes économiques actuelles et la difficulté de rentabiliser le projet. Ils anticipent ainsi sur la décision que devait prendre Waterfront Toronto sur la poursuite de ce projet pour lequel Sidewalk fait une nouvelle proposition en juin 2019. Ils souhaitaient notamment étendre leur projet à 77 hectares contre 5 hectares initialement. Mais ce projet initié en 2017, avait rapidement suscité le débat comme nous vous l’avions signalé en juillet dernier. Présenté comme un laboratoire pour une smart city exemplaire, il avait en particulier soulevé la crainte quant à l’utilisation des données privées recueillies par les multiples capteurs qui devaient être installés. La nouvelle proposition de juin 2019 restait floue sur ce point. Développer la ville intelligente avec le citoyen ? Un beau sujet de table-ronde pour l’AIVP…

Sidewalk project ; Sidewalk Blog ; La presse canadienne ; L’Usine Digitale ; Canadian Architect

2 juin 2020

A Valence, la reconversion des Tinglados 4 et 5 se poursuit

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Un moment stoppé par l’épidémie du COVID-19, la réhabilitation de ces célèbres hangars du port a pu reprendre. Ils accueilleront des activités culturelles et innovantes. Ils créeront par la même de nouvelles relations entre la Marina de Valence et la ville. Cela sera également le cas avec le petit espace paysager et la piste cyclable dont les travaux ont également commencé.

El periodic ; Economia3

2 juin 2020

San Diego (USA) : la construction du Bayside performance park et de son auditorium à ciel ouvert sur le waterfront va commencer

San Diego Downtown news

2 juin 2020

En Irlande le port de Cork pourrait s’inspirer de Bordeaux pour la reconversion de son waterfront

Irish Examiner

27 mai 2020

Boston : gentrification climatique ?

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de vous présenter la stratégie de la ville de Boston face au changement climatique et à la montée du niveau des mers : plutôt que de construire uniquement des digues et murs de protection, elle s’appuie sur l’idée de construire avec la nature avec l’aménagement de parcs, zones humides, etc. pour amortir les épisodes d’inondation. Mais les projets d’aménagement urbain sur ces sites les rendront aussi beaucoup plus coûteux et accueilleront des résidents plus riches : un phénomène de gentrification assez classique. Qu’en est-il des communautés qui étaient jusqu’alors présentes ? Devront-elles se déplacer ? Et leurs nouveaux lieux de résidence seront-ils eux aussi protégés face à ces risques inondations ? C’est cette « gentrification climatique » que le responsable de l’Environnement, de l’énergie et des espaces publics veut éviter.

The Guardian

27 mai 2020

Une nouvelle gouvernance pour le patrimoine

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

L’idée d’économie circulaire a fait peu à peu son chemin. Peut-on s’inspirer de ses concepts pour imaginer une « gouvernance circulaire » portant sur la réutilisation du patrimoine culturel urbain ? C’est la question que se sont posée 16 villes membres du réseau européen de l’ICLEI. Le rapport de synthèse de ce projet est désormais disponible. Il définit et illustre comment une nouvelle approche est possible pour réutiliser, financer et entretenir durablement le patrimoine culturel.

Iclei ; Synthesis Report

 

27 mai 2020

Aménagé au bord du fleuve, le nouveau siège de la CECEP conçu par Zaha Hadid Architects sera le bâtiment le plus vert de la Ville de Shanghai

World Architecture ; Archinect

20 mai 2020

Amsterdam lance une nouvelle phase de sa stratégie en faveur de l’économie circulaire

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

En 2015 la ville d’Amsterdam avait commandité une étude en profondeur pour évaluer l’impact d’une transition vers une économie circulaire. Elle avait confirmé tout le potentiel en matière de réduction de la pollution, création d’emplois et développement économique. Les discussions avec la population et la communauté d’affaires avaient ensuite conduit à l’élaboration d’un plan stratégique 2020-2025. Le Port aura un rôle important à jouer dans cette stratégie, comme nous vous l’avions signalé dans notre news du 16 avril dernier. L’objectif pour la Ville est d’avoir une économie totalement circulaire à l’horizon 2050. Une quatrième phase vient donc d’être lancée. Plus de 200 projets sont annoncés pour l’année à venir.

Cities Today ; Amsterdam Circular Economy Policy

20 mai 2020

Des parcs pour faire face aux tsunamis

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Comment lutter contre l’énergie dévastatrice de l’eau qui frappe les côtes et les habitations lors des tsunamis ? Selon ces chercheurs il est plus judicieux d’aménager des parcs sur le waterfront plutôt que de construire des digues de protection. Ces parcs paysagers sont une solution moins coûteuse qui intéressera donc en particulier les pays les moins riches. Ils permettent de préserver le cadre naturel ou, à tout le moins, de proposer un paysage aménagé qui peut aussi devenir lieu de promenade.

The Verge

12345248249

Port Citoyen

2 juin 2020

Comment les ports peuvent-ils réduire de 50% leurs émissions d’ici 2030 ? Une piste de recherche : la coopération est essentielle

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Le North Sea Port et le Port d’Anvers dévoilent de nouveaux projets visant à la réduction drastique des émissions de CO2. Le projet Antwerp@C, piloté par le port d’Anvers, rassemble les leaders de l’industrie chimique et du secteur de l’énergie pour trouver des solutions viables afin de réduire les émissions portuaires moyennant la capture et l’utilisation ou le stockage du CO2. La deuxième étape de ce projet lancé fin 2019 sera la recherche de subventions européennes. À North Sea Port, un consortium transfrontalier dirigé par Smart Delta Resources, avec le soutien de plusieurs entreprises et du Port, a pris des mesures destinées à réduire sensiblement les émissions dans la région. L’objectif est de capturer le CO2 pour le réutiliser ou pour le stocker sous terre. Cette technologie devrait permettre de réduire les émissions de CO2 de 30%. Une étude de faisabilité est en cours et doit être achevée avant la fin de l’année.

Port of Antwerp, North Sea Port

2 juin 2020

Des événements culturels « drive-in » dans le Port de Québec. À partir du 19 juin, les Québécois pourront assister à des spectacles d’artistes locaux organisés par Beauport Bay depuis leur voiture, distanciation physique oblige.

Musiparc

2 juin 2020

Le port de Rotterdam a annoncé qu’il allait procéder à de nouvelles donations par l’entremise de son fonds communautaire afin de soutenir des projets destinés à faire face aux conséquences du Covid-19.

Safety 4 Sea

2 juin 2020

Le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche lance deux appels à projets sur le thème des ports et de l’espace maritime. Le premier se réfère à la création de clusters portuaires innovants dans l’Atlantique et le second à l’aménagement de l’espace maritime. Clôture le 10 septembre.

European Commission

27 mai 2020

Innovantes ou traditionnelles, toutes les approches sont les bienvenues pour construire une ville portuaire durable

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Les villes portuaires du monde entier développent des projets destinés à réduire les externalités négatives des activités portuaires. En Espagne, le gouvernement vient d’autoriser le port de Valence à construire une unité de production électrique d’une capacité de 30 Mégawatts, un premier pas vers le zéro carbone envisagé pour 2030. Toujours en Espagne, le port de Barcelone a lancé un service gratuit de conseil en développement durable destiné à aider les utilisateurs du port à calculer les émissions de la chaîne logistique et faciliter la prise de décision pour un transport plus vert. Un autre champ d’étude prometteur est celui du carbone bleu ou le rétablissement du processus selon lequel les plantes marines capturent le CO2 pour le transformer en sédiments. Le port de Seattle (USA) s’associe aux Washington State Departments en vue d’étudier les avantages que présente le procédé. Enfin, une autre façon de réduire les émissions polluantes est de n’en pas produire du tout en développant le transport zéro carbone, à l’instar du projet TOWT – Transport à la Voile accueilli par le port du Havre.

Europa Press – Barcelona, El Periódico de la Energía – Valencia, Green Marine – Seattle, Twitter – Le Havre

27 mai 2020

Les villes portuaires de San Antonio et Valparaiso manifestent leur engagement envers la communauté locale

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Au cours des dernières semaines, les deux villes portuaires chiliennes ont pris des mesures essentielles pour soutenir les travailleurs, les enfants et les petites entreprises. Comme on l’a vu dans nos newsletters précédentes, les concours de dessin ont remporté un franc succès auprès des enfants qui ont ainsi pu rester en contact avec le port. Presque 600 enfants ont participé au concours organisé conjointement par le port de Valparaiso et le musée d’art local. De la même manière, le port de San Antonio invite les enfants de 6 à 13 ans à participer au concours « Dessine ton port à la maison », organisé en collaboration avec un journal local. Au cours de cette crise, les deux ports ont été à l’origine de nombreuses actions sociales. Ils ont poursuivi les opérations de désinfection, distribué des paniers alimentaires aux travailleurs portuaires et organisé des campagnes de vaccination. Le port de San Antonio a en outre décidé de réduire de manière significative le loyer des boutiques d’artisans présentes le long du waterfront.

Radio Festival, Soy Chile, Soy Chile, Port Valparaíso, Soy Chile, Portal Portuario

27 mai 2020

Lancement de la 9ème édition du trophée du port de Tarragone (Espagne) ouvert aux chercheurs en sciences sociales auteurs de travaux sur l’histoire du port.

Port Tarragona (PDF)

27 mai 2020

Le Port de Talcahuano réaffirme son engagement pour l’égalité femmes-hommes. Le port sera la première entreprise publique chilienne à ratifier la règlementation nationale NCh 3262 sur l’égalité des genres et la conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée.

Mas Container

27 mai 2020

Transport fluvial : une solution d’écomobilité. Le directeur général de Voies navigables de France (VNF) défend la modernisation des voies d’eau pour faire face aux enjeux de la logistique durable : une barge sur la Seine équivaut à 400 camions sur le périphérique.

France Info

20 mai 2020

Le programme de nettoyage du fjord d’Oslo donne de bons résultats. Un suivi permanent a permis d’observer que l’eau et le fond du fjord étaient plus propres et que de nouvelles espèces de faune peuplaient la zone. Ce résultat est le fruit d’un travail de collaboration entre la Ville, le Port et diverses agences urbaines.

Port of Oslo

12345186187

Port Entrepreneur

21 mai 2013

Réforme portuaire au Brésil: de nouveaux ports pourraient voir le jour dans le Nord Est en s’appuyant sur l’agro industrie.

Source: Port Finance International

20 mai 2013

Les porte-conteneurs géant sont-ils un problème pour les ports ? La ville doit aussi savoir adapter sa capacité multimodale.

Source: www.portarea.com

17 mai 2013

Ports français : des progrès visibles depuis la réforme de 2011

Si la fiabilité semble retrouvée, trois enjeux se dégagent pour l’avenir : la connexion à l’hinterland, la multimodalité et la productivité. Des dynamiques régionales autour des ports, telle celle engagée sur l’axe Seine, émergent également : axe rhodanien, pôle breton ou axe Dunkerque Lille. Source : Supply Chain Magazine

17 mai 2013

Programme Marco Polo : 434 M€ de bénéfices environnementaux et 21900 Mtkm de fret en moins sur les routes européennes

Source : Union Européenne

17 mai 2013

Trieste: A la recherche de nouveaux projets pour Porto Vecchio

Alors qu’un contentieux est toujours en cours avec la société PortoCittà, la Présidente du Port Marina Monassi lance un nouvel appel à projet  pour rassembler d’avantage de manifestations d’intérêt pour la requalification de la plus ancienne partie du port de Trieste.- Source: Il Piccolo

16 mai 2013

Partout dans le monde la conscience du consommateur se développe et la chaîne logistique durable devient un atout commercial

Source : The Guardian

15 mai 2013

Mexique : le défi est que les ports ne deviennent pas des goulots d’étranglement pour l’économie

Source : Comunidad Portuaria

 

22 février 2013

La Banque Mondiale, partenaire des projets Ville-Port : interview de Marc Juhel, Responsable du Secteur des Transports

La Banque Mondiale est l’une des institutions spécialisées développées sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies (ONU). La Banque Mondiale est un partenaire essentiel des villes portuaires dans le cadre de la mise en œuvre de leurs projets. Sa stratégie et ses actions en faveur du développement des projets ville-port sont encore parfois largement méconnues. Pour en savoir plus, l’AIVP questionne Marc Juhel au siège de la Banque à Washington.AIVP : La Banque Mondiale a manifesté à plusieurs reprises son intérêt pour les travaux de l’AIVP sur l’évolution des dynamiques ville-port. En quoi l’action de l’AIVP rejoint-elle les préoccupations actuelles de la Banque Mondiale, et vos objectifs de développement stratégique pour le transport et le développement urbain ?

M.J. : La population mondiale est déjà plus qu’à moitié urbaine, et la grande majorité de l’accroissement attendu au cours du 21e siècle se fera dans les villes des pays pauvres et encore en voie de développement. C’est dire qu’aujourd’hui l’agenda urbain s’affirme comme un des axes critiques de toute politique de développement durable. Simultanément, aider ces pays à sortir de la pauvreté chronique demande à faciliter l’émergence d’une croissance forte, seule à même de générer les bénéfices économiques nécessaires. Or cette croissance viendra pour une large part de l’augmentation des échanges commerciaux internationaux, le commerce extérieur et l’accès aux marchés globaux devenant les vecteurs privilégiés des politiques de développement économique. Et ces échanges se faisant encore par voie maritime à 90% en volume, c’est là que les agendas urbain et transport se rencontrent. Les villes portuaires sont désormais des plates-formes d’échange non seulement nationales, mais souvent aussi régionales et internationales, et la dynamique ville-port doit donc concilier les exigences d’un développement urbain équilibré avec celles d’une industrie logistique toujours à la recherche d’une optimisation des flux de transport en termes de temps et de coût. D’où parfois des logiques antagonistes quant à l’utilisation de l’espace, et la nécessité d’arbitrer ces conflits au mieux des objectifs de la cité comme de la nation. La Banque Mondiale, quand elle en a l’occasion, aide ses pays clients et leurs métropoles portuaires à réaliser au mieux cet arbitrage.

AIVP : La nécessité d’une bonne intégration urbaine, tant spatiale que fonctionnelle, des ports est-elle devenue un critère important pour l’attribution des prêts de la Banque Mondiale ?

M.J. : Dans cet esprit, la Banque s’attache à souligner l’importance de cette intégration spatiale et fonctionnelle, qui demande parfois la séparation physique des flux entre trafic urbain et trafic portuaire, mais aussi offre souvent l’occasion de mettre en évidence la complémentarité des politiques portuaires et urbaines, en particulier lors des opérations d’extension portuaire et de reconversion d’infrastructures économiquement obsolètes. En conséquence, lorsque la Banque est approchée dans le cadre d’une opération de développement urbain ou portuaire dans une ville-port, nos équipes prennent soin d’ajouter au menu des discussions la prise en compte de cette interface et les actions que cette problématique pourrait suggérer.

AIVP : Quelles opérations ville-port ayant bénéficié de financements de la Banque Mondiale vous semblent-elles particulièrement emblématiques à cet égard ? En quoi vous semblent-elles exemplaires ?

M.J. : Le projet de Rijeka* en Croatie a été un récent exemple d’opération portuaire intégrant des opportunités de redéveloppement urbain et de valorisation du patrimoine maritime des agglomérations côtières. Plus ambitieux peut-être, le Programme de Développement des Villes Portuaires du Yemen vise à améliorer le climat des investissements tout en encourageant la croissance et la création d’emplois dans les trois villes portuaires d’Aden, Hodeidah et Mukalla. Ce programme, étendu sur douze ans, commença avec des investissements en infrastructure à petite échelle, puis se poursuivit par la conception de stratégies de développement urbain pour chacune des trois cités portuaires. Puis des projets spécifiques, tels les Premier et Deuxième Projets de Développement des Villes Portuaires du Yemen, ont aidé à mettre en œuvre les actions identifiées dans ces stratégies de développement.

AIVP : La question de la ville « durable » et « vivable » est à l’agenda de la Banque Mondiale. Dans ce domaine quelles sont, selon vous, les initiatives à encourager en matière de coopération ville / port ?

M.J. : Rendre les villes plus efficaces économiquement et plus inclusives socialement, voilà un objectif capital en termes de développement et de lutte contre la pauvreté. Mais cette action s’insère dans un cadre plus large, que la Banque Mondiale définit sous le terme de Croissance Verte et Inclusive. Or les villes en général, et les villes portuaires en particulier, sont d’importants vecteurs de croissance économique. Les ports sont bien sûr des instruments privilégiés du commerce international, et les villes qui les abritent se trouvent donc au premier plan de la compétition globale pour l’accès à de nouveaux marchés. Assurer une synthèse efficace entre les besoins des outils portuaires dans la chaîne logistique internationale et les nécessités pour les villes où ils opèrent de mettre en œuvre un développement socialement équilibré, voilà ce qui doit guider les institutions financières internationales dans leur assistance aux villes portuaires de leurs pays clients. C’est ainsi l’approche suivie par la Banque Mondiale.

* Le port et la ville de Rijeka sont des membres actifs de l’AIVP

15 janvier 2013

Ecologie industrielle, le modèle ville-port

Kate RoystonLes présentations et les débats sur l’écologie industrielle auront été l’un des temps forts de la 13e Conférence mondiale de l’AIVP en juin 2012. Europe, Chine, Corée…, les multiples projets mis en oeuvre à travers le monde démontrent l’intérêt de nouvelle approche du développement fondée sur une économie circulaire optimisant la réutilisation des ressources et favorisant un environnement décarboné. Au coeur de ces nouvelles stratégies, la coopération et la mutualisation sont aussi les mots-clés du message porté par l’AIVP depuis sa création.

Lire l’article de Kate Royston (MBA AIEMA, Robbee Smole – Sustainable Business Solutions)

9 novembre 2012

Administration Obama : « We Can’t Wait » Initiative, 5 projets portuaires majeurs

En juillet 2012, le Président Obama, dans le cadre de sa politique « We Can’t Wait » initiée à l’automne 2011, annonçait l’accélération des procédures de lancement de 5 projets portuaires majeurs aux Etats Unis, projets répartis dans les villes portuaires de Jacksonville, Miami, Savannah, New York et Charleston. L’objectif est une modernisation des infrastructures dans le but de favoriser la croissance économique américaine, notamment en adaptant les ports concernés à la plus grande taille des navires qui utiliseront le nouveau Canal de Panama.
Cette décision a fait l’objet de nombreuses réactions et commentaires quand à l’état réel du réseau d’infrastructures maritimes et fluviales des USA, et à l’effort financier qu’il conviendrait d’engager pour éviter une perte de compétitivité de l’économie du pays, et ses conséquences en termes d’emplois.
L’enjeu est donc majeur, et il nous a dès lors semblé intéressant de donner la parole à l’un de nos adhérents sur ce dossier, en l’occurrence Franc Pigna, Managing Director of Aegir Port Property Advisers. Présent dans le réseau de l’AIVP depuis 2004, Franc Pigna était l’un des intervenants de notre table ronde de clôture de la 13e conférence Mondiale Villes et Ports. Il nous livre là son point de vue, dans une tribune personnelle.
A l’avenir, si vous aussi en tant qu’adhérent de l’AIVP, vous souhaitez réagir sur l’actualité des villes portuaires et apporter vos propres réflexions aux thématiques portées par l’AIVP, n’hésitez pas à prendre contact avec nous. Cet enrichissement des débats est la base de notre action et contribuera au dynamisme de notre réseau.

Tribune de Franc J Pigna, CRE, FRICS, CMC, Managing Director Aegir Port Property Advisers