Live

Urban Port

Relation Ville-Port
19 February 2020

A new plan to improve City-Port integration in Cadiz (Spain)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

The port authorities have just approved the special port plan to refine the way in which its various spaces are used. Some 1 million square metres will be set aside for activities relating to goods and passenger transport, while a 335,000 square metre area has been earmarked to redefine the relationship between City and Port. The area will host new activities and open spaces, to complete and better integrate the existing cruise activity. The plan also focuses on the use of renewable energy and will see specific smart energy saving programmes incorporated into the new facilities.

Cadiz-Port ; Diario Bahia de Cadiz

waterfront
19 February 2020

The Port of Thessaloniki (Greece) set for new uses

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

The Port authorities are keen to reshape the relationship between the eastern sector of the port and the city, and have asked architectural firm MVRDV to come up with a range of scenarios based on themes such as nature, leisure, culture, and education. The winning bids will be those judged best placed to enhance Thessaloniki’s appeal and establish the city on the global stage.

MVRDV

 

19 February 2020

Plans for a network of green spaces along the Elbe River in Hamburg (Germany) will also offer an opportunity to test out new ideas

Hamburg.com

19 February 2020

SPAT, the company which operates the port of Toamasina (Madagascar), has launched an invitation for tenders for new sports developments on the waterfront

Newsmada ; L’Express

19 February 2020

The port of Oakland’s new CEO believes plans for a baseball stadium on the waterfront are compatible with the port’s activities

SFBay

19 February 2020

The Nobel Center will now be built in Slussen, a waterfront district of Stockholm (Sweden) that is currently the subject of a major regeneration project

The mayor

Floating Dock
13 February 2020

From 2022, ships being repaired will also be a show in Hamburg (Germany)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Measuring 209 m, “Dock 10” will be the biggest covered floating dock in Europe. Its walls and roof will be mostly transparent, allowing members of the public to see the repair work being carried out on ships docked there. The roof will enable workers to carry on with their work regardless of the weather conditions, while noise and exhaust gases should also be reduced.

NDR (+ video) ; Charterworld

euroméditerranée
12 February 2020

How can areas be made attractive while undergoing redevelopment?

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

We have reported regularly on projects being carried on Marseilles’ waterfront and city-port interface area. Urban redevelopment covering 310 hectares began in 1995, with an additional 170 hectares added in 2007. Projects of this scale are naturally carried out over a period of time. The challenge is to ensure that the areas concerned are attractive to residents and visitors, even before their redevelopment is complete. This is a commonly raised issue for many of you. To address it, Euroméditerranée, the body in charge of the waterfront redevelopment in Marseilles and a member of AIVP, launched “MOVE” in late 2018, an invitation for expressions of interest in four newly available sites. The aim was to use the sites as a testing ground for temporary projects developed on themes such as solidarity, economy, collaboration, culture or civic responsibility. A short list of 11 projects was drawn up. Following discussions, the list of projects was fine-tuned, and some were merged together. Ultimately, four projects were selected. All will be installed in consultation with Euroméditérranée, and will remain in place for between one and four years. This is a fascinating temporary initiative designed to provide residents with a high-quality city-port interface, and we will be monitoring it closely.

MOVE, dossier de presse ; Video

12 February 2020

The Port of Essaouira (Morocco) is restructuring to better integrate its fishing activities and shipyard with the tourist vocation of a heritage city

Libération

12345241242

Citizen Port

21 June 2013

The Port of Marseille opens its doors with a new record of over 10,000 visitors

As part of its celebrations as the European Capital of Culture 2013, the Port of Marseille organised boat trips around its Eastern basins: tours which met with real success amongst both the people of Marseille and tourists. Port staff helped visitors to board boats from the old J4 wharf, home to the Museum of Civilizations from Europe and the Mediterranean (MUCEM) and Villa Méditerranée.
Source: Port de Marseille

19 June 2013

Canal project in Nicaragua: Maritime economy to grow but at what cost to the environment and the development of tourism?

Source : New Republic
Source : Journal de la Marine Marchande

18 June 2013

Port Louis positions itself as a hub port between Africa and Asia. The port is hoping to present itself to the Mauritian people via a new museum.

Source : Le Mauricien

6 June 2013

Antwerp: the KUM’eau exhibition in the Lillo Port Centre

To mark its 25th anniversary, the Lillo Port Centre has entered into a unique collaboration with the organisers of the “KUMO” annual Art and Fashion Show. This year the show has been re-named KUM’eau and centres on the themes of water and the port. Some of the art-works will be on view in the Lillo Centre until 6 October 2013.
Source: Provincie Antwerpen

4 June 2013

Let’s take the train to the Port of Long Beach!

A free train trip to the Port of Long Beach allowed 2,500 people to enjoy a visit to the port over the course of a weekend. The aim of the visit, which lasted for one hour, was to show the importance of the economic impact of port activity on the Long Beach area. The public could also learn about the vital role played by the railway network in mass goods transport.
Source: Port of Long Beach

4 June 2013

Leghorn: creation of a port centre

Interview with Francesca Morucci of the Leghorn Port Authority
Leghorn is undertaking a Port Centre project which will allow the “Porto Aperto” initiative to be perpetuated. “Porto Aperto”, now in its 6th year, has been increasingly successful, to the point where the initiative can take an important step forward with the opening of a permanent site. Information on the modern port will be provided through visits and meetings with professionals.

AIVP : Le projet « Porto Aperto » de Livorno entame sa sixième édition en 2013. Pouvez-vous nous expliquer rapidement la genèse du projet et surtout les motivations qui vous ont poussé à vous lancer dans cette aventure ?

Francesca Morucci : Le projet « Porto Aperto » naît en 2007 pour répondre à la nécessité de faire connaître le rôle et les fonctions portuaires aux habitants de la ville. Ces derniers, utilisent et bénéficient des services portuaires “spontanément”, mais trop souvent ne se sentent pas impliqués dans leur développement. A travers des initiatives gratuites « PORTO APERTO » a pour but principal de sensibiliser la population, en particulier les élèves des écoles primaires et secondaires, aux enjeux de l’espace portuaire. Ces initiatives sont proposées suffisamment longtemps (9 mois, de septembre à mai, tous les ans) pour sortir de la politique d’un seul événement ponctuel. Cette nouvelle relation positive contribue à modifier l’image négative du port et met en place un mécanisme qui redonne du sens à l’espace portuaire.

Ce besoin de réappropriation du port par la ville remonte à la seconde moitié du siècle dernier, à l’époque où l’image de Livourne, à l’instar de celle des autres villes portuaires, a été transformée en profondeur par la transition post-industrielle et par la mondialisation. L’ancien port emporium des Médicis s’est transformé progressivement en un port moderne et s’est déplacé en dehors de la ville, vers le nord, diminuant son impact sur l’économie locale. L’ensemble de ces nouveaux facteurs a entraîné des bouleversements dans la manière dont l’espace portuaire et les relations entre le port et son territoire étaient appréhendés. Un éloignement, matériel et immatériel, entre ville et port s’est installé, entraînant une perception négative du port par la communauté urbaine locale. S’ajoute à cela l’inaccessibilité au port. Pour des raisons de sécurité, les espaces portuaires ont été fermés au public devenant ainsi de plus en plus invisibles tout en constituant une frontière et une coupure avec la ville.
A partir de 2007 l’Autorité Portuaire de Livourne a donc essayé de valoriser le rôle et l’image du port pour faire en sorte que les habitants reconnaissent la valeur ajoutée à la vie dans une ville portuaire. Le but était finalement de reconstruire le rapport ville/port du point de vue « matériel » et « immatériel », voire symbolique.

AIVP: Aujourd’hui vous travaillez à la mise en place d’un Port Center. Pensez-vous que c’est une étape indispensable dans votre démarche d’une meilleure intégration citoyen – port – ville et de quelle manière allez vous y associer l’initiative « Porto Aperto » ?

Francesca Morucci : Avec le projet « PORTO APERTO » des activités pour la connaissance du port ont été mises en place afin de rapprocher les habitants de leur port. Citons : des visites du port guidées et déclinées par groupe cible : écoles, citoyens, touristes…,  des émissions à la télévision locale, des stands sur les quais du port passagers pour le « Trophée sportif Accademia Navale- Città di Livorno », des événements à l’occasion de la « Journée Européenne de la mer, etc.
Après 6 ans d’activités, étant donné le potentiel de cette recomposition ville/port, l’idée de créer un port center est née. Ce projet s’est développé en observant d’un côté les résultats positifs du programme PORTO APERTO et de l’autre le succès des autres expériences européennes (Gênes, Anvers et Rotterdam et le Port Center Network de l’AIVP). Le Livourno port center représente donc selon l’Autorité Portuaire de Livourne une étape indispensable pour notre démarche de recherche d’intégration entre le port et la ville déjà engagée par le projet « PORTO APERTO ».
Au-delà de l’intégration spatiale et urbaine du waterfront, qui redessine avant tout une relation nouvelle entre les quais et la ville, nous avons vu que la démarche de « PORTO APERTO » a permis de créer des moments de rencontre, de découverte et de réappropriation du port. A travers la création du port center, cette organisation nomade bénéficiera d’un lieu physique capable de créer un lien durable et plus performant entre citoyens et port. Il permettra également d’ajouter une valeur à la fois officielle, pédagogique et opérative aux efforts que l’Autorité Portuaire mène pour soigner les rapports entre port et ville.
Une fois le port center conçu, « PORTO APERTO » deviendra donc le bras opérationnel du port center. Les deux opérations fusionneront dans une seule stratégie qui permettra aux citoyens et aux groupes d’intérêt de devenir acteurs d’un processus bottom-up, Ainsi, le rapport avec la communauté locale et la gestion de la politique de communication ne sera plus une simple étape, mais une politique structurante de l’Autorité Portuaire.

AIVP: Vous envisagez de réaménager une partie de l’ancienne forteresse militaire à la frontière de la ville et du port pour installer le futur Port Center de Livourne. Quels ont été les raisons de ce choix ?

Francesca Morucci : Un des buts du port center est de donner vie à un lieu physique pour développer la relation entre les citoyens et le port. Le choix de l’installation des locaux du port center est donc d’une grande importance car son accessibilité et sa visibilité deviennent partie intégrante de la stratégie de l’Autorité Portuaire. Quand l’étude du projet port center a été lancée, son siège était prévu dans un endroit symbolique du port : un ancien entrepôt sur le terminal passager, à la limite entre le port et la ville. Le site avait la caractéristique d’être facilement accessible à partir du centre-ville, avec un grand parking et dans une zone du port fréquentée également par les touristes. A la fin de l’année 2012, une autre possibilité s’est offerte : la vieille forteresse de Livourne, lieu éminemment symbolique de l’histoire de la ville. La forteresse se trouve elle aussi dans le périmètre du terminal à passagers du port, à proximité du dépôt qui avait été envisagé au départ, mais elle offre une meilleure accessibilité et est plus accueillante. L’autorité du domaine public, responsable de la gestion de la Forteresse, a invité l’Autorité Portuaire à réfléchir à l’organisation d’une programmation partagée ensemble avec la Ville de Livorno. Le port a donc proposé de rédiger, d’une part, une programmation culturelle et touristique avec sa société « Porto di Livorno 2000 », qui gère le terminal passagers et, d’autre part, de mobiliser une partie de la forteresse pour installer le port center. Pour le moment, les entités publiques en question sont en train de mettre en place un mode opératoire plus détaillé, mais ceci – il faut l’avouer – retarde naturellement l’ouverture du port center qui aurait pu voir le jour déjà en 2012 si le choix de localisation s’était finalement arrêtée sur l’entrepôt. L’Autorité Portuaire de Livourne se contente pour le moment de dire que dans les deux cas, l’installation du Port Center s’effectuera dans un lieu emblématique et d’articulation stratégique entre port et ville, revêtant un aspect non seulement physique mais aussi virtuel et renvoyant en quelque sorte à une image de marque.

AIVP: Porto Aperto est une initiative qui est portée par l’Autorité Portuaire, néanmoins vous avez fait appel à d’autres acteurs de la place portuaire pour vous accompagner dans la programmation de cet événement. Comment a été accueilli le projet du Port Center par les autres acteurs du monde privé, institutionnel et associatif.

Francesca Morucci : Dans les 5 éditions passées de « PORTO APERTO » nous avons pu identifier les acteurs intéressés à un projet d’intégration ville-port combinant connaissance, culture et loisir. Dans ce processus d’ouverture du port, l’Autorité Portuaire s’est associée au fil des éditions avec les organismes publics s’occupant du port (la Région Toscane, la Province de Livourne, la Commune de Livourne et le Centre de Ressources Educatives et Pédagogiques de la Commune, la Commune de Collesalvetti, la Commune de Capraia Isola, la Capitainerie du port de Livourne, le Bureau Scolastique Provincial de Livourne) et avec les acteurs du monde privé mais aussi associatif qui ont une relation avec le port (la Société « Porto di Livorno 2000 » la Société « Livornocitysightseeing», la Plateforme logistique toscane “A. Vespucci”, et l’Association Stella Maris de Livourne). Ces sujets font désormais partie du groupe organisateur du projet « Porto Aperto ». Ce qui a été également de première importance pour le succès de ce projet a été aussi la contribution de toute la communauté portuaire, à savoir, outre les autorités civiles et militaires agissant sur le port, les opérateurs portuaires qui ont depuis le début contribué à l’organisation des visites.
Pour le projet du Port Center, l’Autorité Portuaire va essayer de construire avec tous ces sujets un parcours partagé : étant donné qu’il n’y a pas un sujet unique capable de décrire le port, seuls les acteurs réunis peuvent le faire, chacun contribuant avec son savoir faire. L’Autorité Portuaire sera donc le principal moteur du Port Center pour rassembler et intégrer les actions et les efforts de tous, car plus encore que pour le projet PORTO APERTO, le Port Center vise à devenir un point de référence physique mais aussi virtuel dans la ville.
Les présentations du Livorno Port Center qui ont été faites dans le cadre de deux conférences de presse en 2012 ont reçu des appréciations positives de la part de la communauté portuaire entière. L’intention de l’Autorité Portuaire est d’élargir le groupe de travail à tous les sujets portuaires et citoyens intéressés à participer à ce nouveau projet.

AIVP: Quels vont être les principaux outils pédagogiques du Port Center ? Comment allez-vous garder le contact avec le réel ?

Francesca Morucci : Le Livorno Port Center essaiera de poursuivre la philosophie de « Porto Aperto » qui a toujours prévu une articulation entre « éducation » et « loisir ». Les outils pédagogiques principaux seront : les visites guidées du port et la visite du Port Center et de son exposition permanente, la réalisation et diffusion de matériel d’information et documentation, des campagnes d’information et de sensibilisation sur les projets et les infrastructures portuaires. Il sera aussi fondamental d’activer des opérations éducatives qui permettent de travailler sur la connaissance du port, comme par exemple l’initiative « Raconte ton port », réservée aux classes ayant participé à la visite guidée du port et déjà pratiquées dans le projet PORTO APERTO. Les classes qui participent aux visites guidées du port peuvent accéder à un concours qui nécessite la préparation de documents (photographies, vidéos, présentation sur Power Point, histoires,…). Un comité composé par les sujets organisateurs du projet, évalue les meilleures travaux suivant les niveaux d’écoles (élémentaires, collèges, lycées). Les classes qui se sont qualifiées à la 1er et à 2nd place reçoivent respectivement un prix de 400€ et un prix de 200€ avec lequel il est possible d’acquérir du matériel pédagogique et sportif.
Tous les documents réalisés par les écoles sont présentés le 20 Mai, à l’occasion de l’initiative prévue pour célébrer la « Journée Européenne de la Mer », durant une journée de portes ouvertes du siège de l’Autorité Portuaire. Les écoliers ont ainsi assisté à une visite du port qui demande une réelle implication du jeune en amont et après.
Une autre activité intéressante sera liée au programme de la Journée Européenne de la Mer, qui a lieu le 20 Mai de chaque année et qui représente l’évènement final du projet PORTO APERTO. A cette occasion, les écoles qui ont participé au concours « Racconta il tuo porto » sont invitées encore une fois au port, dans le cadre d’une journée festive qui se termine le soir avec un concert et une représentation théâtrale. Comme pour les éditions précédentes, les élèves des écoles de la ville et de la région sont impliqués à travers des initiatives ludiques dans cet évènement qui réaffirme encore une fois combien le port et la mer sont des lieux qui veulent s’ouvrir aux citadins et aux jeunes.
A ces initiatives, il faut ajouter d’autres projets reliées à PORTO APERTO et qui feront partie de la programmation pédagogique du Port Center:
–    En avril, l’édition annuelle du « Trophée de l’Académie Navale et de la Ville de Livourne », pendant lequel des stands sur les quais du port passagers sont organisés afin d’ouvrir le port en s’associant à une compétition sportive.
–    Pendant l’été le Festival « EffettoVenezia » au cours duquel, pendant deux semaines du mois d’août, les citoyens peuvent se promener le long des canaux du quartier historique éponyme et profiter de spectacles, concerts, visites, etc. organisés sous l’égide de la Mairie. Né en 1986, « Effetto Venezia », devenu le point d’orgue de l’été livournais, est censé continuer l’effet de rapprochement entre habitants et milieu urbano-portuaire, renouvelant les buts de « PORTO APERTO ». La localisation stratégique du quartier, charnière entre le centre urbain- qui est piétonnisé pour la durée de l’évènement – et le port passagers, est supposée offrir aux citoyens et aux touristes l’expérience de deux ambiances, enrichies par celle des canaux qui, pour l’occasion, voient l’ouverture de tous les dépôts de stockage, entrepôts et immeubles historiques les longeant. Pendant ces deux semaines on voit donc les deux âmes de Livourne, l’urbaine et la portuaire, converger en une série d’initiatives.
Il faut enfin ajouter à ces initiatives le programme d’activités culturelles (concerts, théâtre, etc.), qui, depuis quatre ans, se développe à l’intérieur de la vieille forteresse. Symbole de la ville portuaire, la vieille forteresse a été finalement restituée à l’usage public grâce à une synergie public-privé, et elle devra devenir la nouvelle porte d’entrée des touristes qui passent par le port. En hébergeant le Livorno Port Center elle prolonge cette idée de nouveau centre ludo-culturel de la ville.
Une communication intégrée de l’ensemble du projet sera programmée par les bureaux de l’Autorité Portuaire, en étroite collaboration avec les bureaux de la Commune de Livourne pour garder le contact avec le réel. Les supports de communication seront: des affiches, un dépliant annuel d’information de toute l’initiative avec les dates des visites du port, de la publicité (soit de tout le projet, soit d’évènements en particulier) dans la presse locale et spécialisée, la mise en ligne d’un site internet avec la présentation des organismes impliqués avec une adresse e-mail dédiée. Pour compléter cette campagne de communication, des conférences de presse seront mises en place.
Il est clair que pour garder le contact avec le réel, il faudra aussi promouvoir des initiatives de participation citoyenne à la prise de décision, dans le but de promouvoir la ville portuaire en tant qu’espace culturellement, physiquement et visuellement accessible. Ceci demandera plus de temps, étant donné que le système de « débat public » n’existe pas en Italie sous la même forme qu’en France, mais est pour l’Autorité Portuaire un enjeu fondamental dans ce processus de réintégration port-ville. Le port center pourrait devenir le lieu apte non seulement à ces rencontres mais aussi à renforcer et orienter les actions des autorités locales pour la sauvegarde, la requalification et la connaissance du patrimoine matériel et immatériel du port et donc de la ville. Le but est d’arriver à proposer des nouveaux plans de la ville, montrant la continuité passé-présent et intégrant le tissu urbain actuel avec les sites portuaires.

AIVP: De manière générale, les ports maritimes en Europe traversent tous une crise plus ou moins forte avec des baisses de trafic et des difficultés pour attirer des nouveaux investisseurs. Comment un projet de type Port Center peut se justifier dans un tel contexte ?

Francesca Morucci : Un projet du type port center peut se justifier en raison de motivations politiques et sociales qui sont à la base de la nouvelle phase d’ouverture vers l’extérieur que les ports européens sont en train de vivre depuis désormais une dizaine d’années.
Les ports ont été d’une importance vitale pour le système européen entier et continueront à avoir leur rôle de nœud essentiel au système des transports international. Il devient fondamental de réussir à rapprocher les citoyens de ce monde qui, pour des raisons différentes mais relatives aux changements dans l’évolution du port (mécanisation du travail, éloignement du centre-ville, etc.) et à la mondialisation, est perçu souvent comme un concept détaché du territoire, source parfois de conflits (interférences de trafic, zones d’intersection ville-port qui subissent les effets négatifs de l’activité portuaire, etc.). En Italie en particulier, étant donné la configuration du pays, « allongé » dans la mer, les ports sont à la base du commerce. Il est donc important de faire savoir au public ce qui se passe à l’intérieur du port tout en lui faisant comprendre que sans l’existence de ports en Italie, le système économique ne fonctionnerait pas et que le secteur des activités portuaires représente un considérable vivier d’emplois.
Il faut aussi dire qu’en plus de l’objectif fondamental de stimuler la participation des habitants à la vie du port, les port centers en général cherchent, d’une part à propager la culture portuaire depuis les jeunes, et d’autre part à impliquer les employés et les opérateurs portuaires dans une opération créant un sentiment d’appartenance à la communauté portuaire. Ceci revêt une importance fondamentale afin de promouvoir le sens de la sécurité, de la qualité du travail et de la vie qui, dans la société contemporaine, devient de plus en plus important.

 

4 June 2013

Port of Melbourne supplying part of the urban coffee farm display for the Melbourne Food and Wine Festival

The Port of Melbourne Corporation has supplied part of the urban coffee farm display which was located in the central business district for the duration of the Melbourne Food and Wine Festival (1-17 March). The display was designed by architects Hassell Partners and incorporated shipping containers into the design in order to explain the coffee supply chain. Here some questions to Janelle Donnelly, General Manager responsible of the port community:

AIVP: How was born the idea to collaborate with the Food and Wine festival? Did you work together before?

Janelle Donnelly: The Port of Melbourne is located in the heart of Melbourne which has a population of over 4 million people.  It has been the Port of Melbourne Corporation’s (PoMC) strategy to find partnership opportunities that help promote the port and how it enhances the lives of Melbournians. Melbourne is a ‘café society’ and the consumption of coffee by the Melbourne population is growing exponentially.
PoMC and the Melbourne Food and Wine Festival entered into a partnership (with others) for the first time in 2013 to help explain the ‘journey’ of coffee from coffee farms around the world, through the Port of Melbourne, to cafes. Melbourne’s obsession with coffee was boosted by post-war immigration from Europe and over the past ten years, the volume of coffee beans imported through the port has increased by 780%.
Given that the Port of Melbourne facilitates the import of specialised food products and exports of high quality Australian food and wine to international markets, a partnership with one of Melbourne’s major international events that showcased these commodities seemed to be the right approach. For a coffee-crazed city, the story of coffee is an easy to understand narrative about the role of the port in our daily lives. This coffee journey is explained in a temporary display called the “Urban Coffee Farm and Brew Bar” which incorporates shipping containers into the display and is set up in the central business district. Colourful info-graphics are on display within the Urban Coffee Farm and Brew Bar and include statistics such as “3 Million cups of coffee could be made from the 30 tonnes of coffee beans that enter the Port of Melbourne every day”. Approximately 100,000 people are expected to visit the Urban Coffee Farm and Brew Bar during the festival period.
Another positive outcome of this initiative has been that we have been able to work with one of the port’s tenants, CC Containers, to source and fabricate the shipping containers for use at the festival. So our industry partners are involved also.

AIVP: Educating and communicating on what the port is doing is part of the Port Ed education program initiated by the Port of Melbourne in 2002. What will be your “educational” program in 2013?

JD: In 2013, the Port Education program will focus on developing high quality on-line educational resources. We anticipate establishing a ‘reference’ group comprised of individuals from the education sector so that we can understand the needs of our market and increase our educational offering particularly to tertiary institutions.

AIVP: What does encourage the direction to invest money and time in these educational and cultural projects and what do you expect in terms of feedback ?

JD: Investing in educational and cultural projects can positively impact community and stakeholder sentiment towards the port and it’s activities. Furthermore, the educational and cultural programs help to influence government decision makers in key policy areas associated with ports including in transport and logistics. Although these investments can be measured in monetary terms, the programs are also an investment in the relationship we have with our stakeholders building trust and confidence in PoMC as a responsible port manager. We have been able to measure general knowledge of the port by some stakeholder segments as well as attitudes and areas of mutual interest. PoMC’s educational and cultural projects are important in helping to fulfil the organisation’s port-city agenda.

Video: Building the coffee farm in the heart of Melbourne

More information on Port of Melbourne Community Outreach actions

Enterprise-driver Port

12 February 2020

The sustainable port is both smart and collective

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

The CEOs of the ports of Antwerp and Rotterdam have laid out converging visions for the future development of their respective ports, one having just returned from the World Economic Forum, the other speaking about in an interview about forward-looking prospect for the port. Both agree that the fight against climate change and the need for a carbon-neutral port economy are absolutely crucial. Technological innovation, both onshore and offshore, and moves to optimise logistics chains, will of course form part of the solution. Beyond that, however, the success of these changes will depend on the ability of ports to forge new partnerships and work collectively, by bringing their communities together around a shared process of transformation.
Port of Rotterdam / Flows

12 February 2020

To ease congestion on the roads, the Port of Melbourne (Australia) has confirmed plans to develop its rail infrastructure (with a €16 million investment)

Port of Melbourne

12 February 2020

Kribi (Cameroon): first 31 businesses now setting up in the port zone, with another 150 set to follow.

EcoMatin

12 February 2020

Vlissingen – North Sea Port (Netherlands): first developments for the Borsele 1+2 offshore wind farm that will eventually provide power to a million homes

North Sea Port

29 January 2020

Major trends and scenarios for the evolution of logistics

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

In the majority of port cities, logistics activity is increasingly structuring the territory. Marking out the future of this sector is becoming necessary. To this effect, the Urban Planning Agency of Marseille (France) remind us of a few key points. The massification of world trade flows will continue leading to the concentration of shipowners, the adaptation of ports, the extension and robotisation of warehouses, the emergence of single operators. In the era of e-commerce, the optimisation of the last mile has also become crucial. Nevertheless, land transport remains the weak link in this ecosystem with difficulties in massifying flows and proportionally a heavier CO2 impact. Pooling could be part of the answer but not all sectors believe in it. At the heart of these developments, the issue of employment appears to be an additional challenge for the territories.

Agam (pdf)

17 January 2020

Rwanda: Four ports on Lake Kivu earmarked as an alternative to road transport

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Lake Kivu in western Rwanda marks the border with the neighbouring DRC. The four ports will be built with the help of the Netherlands, and spread out from the north to the south of the lake. They will promote improved mobility for passengers and goods between the various districts along the bank. Within twenty years, they should handle the majority of commercial cross-border trade and some 3 million passengers. The Government is also keen to use the ports as a platform for more ambitious plans to kick-start water-based transport on other lakes and rivers in Rwanda. The aim is to reduce the use of onshore transport infrastructures, maintenance of which represents a significant portion of the national budget. Finally, the project will help to boost competitiveness for both the food industry (beer, tea, coffee) and the cement industry, while also giving a lift to the tourist sector.

The New times

17 January 2020

Whether fixed or floating, offshore wind power is now becoming truly industrialised. Cooperation between ports will need to be strengthened as a result.

Wind Europe

17 January 2020

Port of Montreal (Canada): fluid activities vital for combining economic efficiency and respect for the local population

Port de Montréal

10 December 2019

The transport and logistics industry faced with the environmental and energy challenge

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

The sector currently accounts for 25% of the world’s greenhouse gas emissions. Energy efficiency is one of the biggest ways to cut emissions. While there is a consensus on the need to gradually phase out fossil fuels, LNG is seen as a stepping stone, while in the longer term, making the right choice between hydrogen, ammonia and biofuels remains a key challenge. Another way to reduce emissions is intermodality, with the aim of reducing the proportion of goods moved by road, and increasing short distance transport by rail, river and sea. Finally, innovating for more efficient logistics is the third solution. The aim is to reduce overall energy use, while ensuring that emissions avoided at sea are not simply moved onshore, particularly as a result of increased congestion in port cities.

Diario del Puerto 1 / Diario del Puerto 2 / Diario del Puerto 3 / Diario del Puerto 4

12345227228