Strasbourg (France) : Vers le verdissement des emplois sur la zone portuaire

Télécharger l’intervention / fichier pdf – 1.5 Mo

GENES_mourette_vignettePour renforcer la compétitivité de la zone portuaire strasbourgeoise et donc de ses entreprises, une démarche d’écologie industrielle a été initiée en septembre 2013 par le Port autonome de Strasbourg (PAS) et la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS).  Avec ses 320 entreprises et ses 10 000 salariés, la zone portuaire strasbourgeoise est la première zone d’activité industrielle et logistique de la région Alsace.
L’écologie industrielle est une approche qui vise à appréhender le système industriel comme un écosystème composé d’acteurs complémentaires, interdépendants à l’image des écosystèmes ‘naturels’. Ainsi c’est une approche globale basée sur l’analyse des flux de matières et d’énergies existants et à venir qui a été proposé.
Au travers de cette démarche, 3 types d’actions sont possibles :
– la maitrise des coûts liés aux énergies et aux matières concernées, si nécessaire par la mise en œuvre de synergies inter-entreprises permettant d’optimiser production et consommation
– la réduction des besoins en énergie et en matières
– la  résilience des entreprises vis-à-vis des énergies fossiles
A cet effet, et de manière plus concrète, l’étude de potentialité a visé à :
– Mobiliser  15 entreprises concernées par des flux importants et sensibilisées sur ces questions de la zone portuaire Strasbourg-Kehl.
– Etablir un état des lieux des principaux flux de matières et d’énergie intervenant dans leur process industriel
– Détecter les potentiels de synergies avec une première approche de la faisabilité de leur mise en oeuvre
– Identifier et caractériser les éventuels projets à lancer ou à favoriser, ainsi que les acteurs à mobiliser
– Etablir un plan d’actions incluant l’engineering financier des investissements nécessaires
Dans sa première phase (septembre 2013 – juin 2014), 15 entreprises ont accepté de participer à cette démarche innovante. Suite à un audit des flux de matières et d’énergie de chacune d’entre elles, des synergies inter-entreprises ont été identifié et des premières pistes d’actions sont en cours de réalisation par les entreprises. Dès septembre 2014, 15 nouvelles entreprises intégreront la démarche.
Entre 2009 et 2013, les filières agroalimentaires et environnementales de l’industrie ont été des génératrices nettes d’emploi, ainsi que le secteur des services d’intérêt général. La démarche d’écologie industrielle pourrait faciliter à l’avenir, une structuration du processus de verdissement des activités et des emplois à moyen et long terme, ainsi que la transition énergétique de la zone portuaire. Elle a pour objet, également, de développer des synergies inter-entreprises, notamment dans les domaines des activités environnement : eau industrielle, gestion des déchets, effluents, services divers…

Aurore Mourette, Direction du développement, Chef de projet développement durable, Port autonome de Strasbourg, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *