A Vancouver la « Low Level Road » était une artère routière serpentant le long du waterfront de la Ville de North Vancouver, parallèlement à des voies ferrées, et à proximité de logements ayant à la fois une vue sur l’eau et sur des activités portuaires en croissance. Congestion du trafic, sécurité, plaintes liées au bruit étaient sources de tensions croissantes entre le port, les industries, et la communauté.

Le projet Low Level Road a été conçu pour y répondre tout en optimisant les dessertes ferroviaires et portuaires et l’impact économique générés par les terminaux portuaires concernés. Près de 2,6 km ont notamment été réalignés et surélevés, des passages à niveaux ont été éliminés et des accès séparés aux terminaux Neptune et Cargill ont été créés.

© Port Metro Vancouver

Le projet a fait l’objet d’une large consultation avec la population, la communauté des Premières Nations, les acteurs privés, … au printemps 2012. Cette consultation a notamment permis au Port de faire évoluer le projet conçu avec Stantec Consulting, Ltd. quant aux solutions apportées pour son impact sonore, son impact visuel, son intégration paysagère, et l’amélioration du cadre de vie de la communauté.

© Port Metro Vancouver

Il a ainsi permis de prolonger de deux kilomètres un sentier piéton existant, le Spirit Trail, extension inaugurée au printemps 2015, d’ajouter 5 km de pistes cyclables, plusieurs passerelles piétonnes. 1200 m de murs antibruit transparents ont été créés. Son intégration s’est également faite via le recours à l’art urbain, en particulier une fresque murale de 130 m commandée à un artiste appartenant à la communauté des Coast Salish First Nations.

Fresque murale © Port Metro Vancouver

La Ville de North Vancouver a validé le projet révisé en juin 2012. Les travaux ont démarré en mars 2013 pour se terminer à la fin de l’année suivante.

Le coût total a été de 101,6 millions dollars canadiens, dont 49,4 apportés par le gouvernement fédéral et 31,6 par Port Metro Vancouver.

Le projet a par ailleurs donné lieu à des mesures de compensation environnementale : suppressions des espèces envahissantes, création des sites de nidification pour les aigles, utilisation d’espèces endogènes pour le traitement paysager.

En 2015, ce projet a reçu un Envision Platinium Award pour les infrastructures durables de l’Institute for Sustainable Infrastructure.

Vidéo projet 2012