Tanger : un voyage d’étude passionnant et très fructueux

Un même sentiment fait à la fois d’étonnement et d’une certaine admiration transparaissait dans les discussions entre les membres de l’AIVP présents à Tanger pour ce voyage d’étude : étonnement devant l’ampleur et la multiplicité des projets ; admiration devant la rapidité avec laquelle certains ont été réalisés. Retour sur une ambition audacieuse déjà couronnée de succès.

Tanger Med, une dynamique à l’œuvre

Si le port de Tanger Med est aujourd’hui reconnu sur la scène internationale, rappelons qu’il était initialement programmé sur la côte atlantique où les terrains étaient réservés. Comme l’a rappelé Mme Najlaa Diouri, Directrice Générale de Tanger Med Port Authority, le changement intervient en 2003 lorsque Roi Mohamed VI expose sa vision stratégique du développement du pays et décide de positionner le port en Méditerranée au plus près du détroit de Gibraltar qui sépare de 14 km l’Europe et l’Afrique. Le premier terminal conteneurs, concédé à APM Terminal, est opérationnel sur Tanger Med 1 en 2007, le second géré par Eurogate ouvre l’année suivante.
Initialement pensé pour du transbordement, le profil du port a ensuite évolué. En 2014, sur les 42 Mt de trafic et un peu plus de 3 MEVP, 40% du trafic a concerné l’import-export. Face aux croissances de trafic, la construction de Tanger Med 2 a été décidée dès 2008, malgré la crise mondiale. Avec ses 2,8 km de quai (contre 1,6 km pour Tanger Med 1) et ses 200 ha de terre-pleins, l’extension permettra de porter la capacité totale du port à 8,2 MEVP.
La vision royale était donc la bonne. Aujourd’hui 100 000 navires par an transitent par le détroit, 20% du commerce mondial, 40 MEVP et 5 millions de passagers. Selon Monsieur Rachid Houari, Directeur Général de Tanger Med1, pour en capter une part de plus en plus significative, l’idée était donc juste de positionner le port au plus près de ces flux et d’offrir aux armateurs une escale avec « zéro déviation » de leur route principale.
Le succès vient aussi d’une stratégie d’ensemble construite autour de ce nouvel équipement : infrastructures de dessertes (connexion sur une nouvelle autoroute, raccordement sur le réseau ferré national), avantages fiscaux avec une zone franche logistique sur site, adossement à une vaste plate-forme industrielle et logistique sur un total de 1200 ha qui accueille aujourd’hui 650 entreprises. Enfin, le statut spécifique de TMSA, autorité en charge du port de Tanger Med, et son autonomie aussi bien sur le plan de la gestion du foncier que sa position d’interlocuteur unique dans les négociations avec les différentes parties prenantes, a également joué un rôle de facilitateur et d’accélérateur du projet.
Autant d’éléments qui font aujourd’hui de Tanger Med un port connecté à plus de 160 autres ports des 5 continents, classé 46e port conteneurs mondial en 2014. Les mêmes atouts expliquent également le succès du port passagers et roulier opérationnel depuis 2010. En 2014 il a vu passer 220 000 camions, et 2,4 millions de passagers. La marge de progression reste importante car il a été conçu et dimensionné pour 7 millions de passagers et 700 000 camions par pan. Il permet jusqu’à 50 rotations de navires par jour notamment en période de pic d’activités, avec un record à 32000 passagers sur une journée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tanger Med Port Center, le cœur vivant d’une activité florissante

Au cœur du complexe portuaire se situe le centre d’affaires « Tanger Med Port Center (TMPC) » conçu par Jean Nouvel au terme d’une compétition internationale. Pour Medhi Bouhriz, responsable commercial du Tanger Med Port Center, deux points forts ont prévalu à ce choix :

  • les références faites à la tradition architecturale marocaine avec, notamment, une série de patios ;
  • la proposition en termes de combinaison des différentes fonctionnalités. Sur ses 400 m de long, deux niveaux et 7 ha, le bâtiment propose en effet une gare multimodale (routière, ferroviaire, passagers) et différents services aux résidents ou visiteurs du TMPC : bureaux, lieux de vie (banques, commerces, …), auditorium, des points de vue en surplomb des terminaux conteneurs et roulier, hôtel (lui encore à aménager)…

A terme l’objectif est de rassembler ici toute la communauté portuaire de Tanger pour favoriser le travail en commun, les collaborations, l’efficience des services proposés. Ce mouvement de concentration a débuté et de nombreuses entreprises y ont déjà installé leurs bureaux. Il faut rappeler que Tanger Med pèse déjà 6000 emplois directs et 150 000 emplois indirects.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Renault Tanger, l’évidence de Tanger Med

L’implantation du groupe Nissan-Renault est une parfaite illustration de l’attrait industriel et logistique de Tanger. Présent au Maroc depuis 1928, Renault a d’abord accentué son implantation dans les années 2000 avec la reprise des parts du groupe Fiat sur l’implantation à Casablanca. Selon Jean-François Gal, Directeur Général de l’usine Renault Tanger, les choses s’accélèrent encore en 2012 quand la décision est prise de construire l’usine de Tanger. Qui plus est, c’est une usine unique en son genre qui sort de terre puisqu’elle présente un bilan carbone nul : elle dispose de sa propre centrale à biomasse dans laquelle des noyaux d’olives sont brûlés, et est connectée à un parc éolien. 100% de ses besoins énergétiques sont ainsi couverts. Le traitement des eaux y est aussi très poussé.
Aujourd’hui, sur 300 ha, elle abrite deux lignes de fabrication. La production n’a cessé de progresser depuis 2012 et devrait atteindre 230.000 véhicules en 2015, dont plus de 90 % à l’export. L’usine est certes éloignée du Port de Tanger Med, mais la connexion ferroviaire de 45 km reliant directement l’usine au port roulier palie très efficacement cette situation.
D’un point de vue social, l’usine dispose in situ de son propre institut de formation établi en collaboration avec le gouvernement marocain et qui est également ouvert à d’autres industriels. La formation et le transfert de compétence sont l’une des fiertés de Renault et aujourd’hui la quasi-totalité des 7200 employés sur site sont marocains.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tanger Ville, la volonté de devenir une destination touristique et culturelle internationale

Toujours suivant la volonté du roi Mohamed VI de porter plus d’attention aux régions Nord du Maroc, Tanger a bénéficié dans les années 2000 du développement des infrastructures de transport de la Région, du lancement du projet Tanger Métropole portant sur la santé, l’éducation, l’urbanisme…, et enfin du projet spécifique de reconversion du port de Tanger ville qui vise à faire de cette ville portuaire une destination touristique. Deux idées fortes structurent le projet : rendre l’eau à la cité en recreusant les bassins au plus près du front urbain et ouvrir le port sur la ville en favorisant les fluidités. Pour ce faire, quatre idées fortes :

  • relocaliser les activités portuaires sur Tanger Med et développer à Tanger Ville une politique croisière et de tourisme nautique ;
  • relocaliser les activités industrielles sur les zones franches de la métropole afin de créer des nouveaux espaces publics et des équipements structurants ;
  • déplacer l’activité pêche au sein du site tout en la modernisant ;
  • engager un travail de valorisation du patrimoine historique et maritime.

Selon Mohamed Ouanaya, Président de la SAPT (Société d’Aménagement pour la reconversion de la zone Portuaire de Tanger ville), toutes ces relocalisations ont été acceptées par la population et les usagers parce qu’elles se sont accompagnées d’une mise à niveau des sites de production et de la mise en place de moyens de transport pour leurs employés. Quant aux pêcheurs eux, ils se sont vu doter d’une surface triplée, d’équipements totalement neufs et modernisés, et de surcroît, tous seront propriétaires de leurs installations contre 20% auparavant.

Pour situer l’ambition, le projet compte notamment :

  • une marina de près de 774 anneaux (marina dotée des services liés à la plaisance, d’école nautique, d’un chantier naval…) et une seconde de 626 anneaux ;
  • un nouveau quai croisière avec 3 postes à quai ;
  • la modernisation de la gare maritime pour accueillir à terme 1.3 million de passagers ;
  • une nouvelle plage qui n’existait plus ;
  • 30 ha d’espaces publics avec 5 grandes places de 2 à 8 ha reliées par de larges promenades ;
  • un téléphérique (2800 personnes / heure) qui reliera le terminal passagers à la médina et la ville moderne, et différents secteurs du projet ville-port avec notamment un stop à la jonction du nouveau port de pêche et du terminal passager/croisière. Les travaux de restauration des portes d’accès et des murailles de la Médina, largement avancés, constitueront également une superbe ouverture et un magnifique point de vue sur ce front de mer reconfiguré comme nous avons pu le constater à la fin de ce voyage d’étude ;
  • un centre des congrès d’une capacité de 1500 personnes, un multiplex, 3 hôtels, un centre commercial et des commerces, café et restaurants.
  • 20.000 m² de bureaux et 80.000 m² de logements de très haut standing.

Tous ces éléments bénéficieront donc aux habitants mais aussi aux visiteurs que Tanger veut attirer.

La création en 2010 de la SAPT dotée de capital par l’Etat, d’autonomie, et qui a récupéré gratuitement les terrains du port charge à elle de réaliser ensuite les travaux, a également joué un rôle essentiel pour redonner à Tanger une visibilité sur la carte du monde. Le volet portuaire est lui porté par la Société de Gestion du Port de Tanger Ville (SGPTV) créée en 2012 et qui agit sur ses fonds propres et au moyen d’un emprunt pour 50%, et par des fonds privés émiratis pour les autres 50%.
Le pari des années 2000 est donc en passe d’être gagné : amener l’autoroute à Tanger, dépolluer la baie, rendre la médina attractive, créer un aéroport moderne, intégrer Tanger à la première LGV africaine, etc., 10 ans plus tard l’essentiel a été fait et cela a créé un cercle vertueux permettant d’attirer les investisseurs et de financer de nouveaux développements.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Tanger Ville comme à Tanger Med, les projets sont donc très ambitieux mais la rapidité de leur mise en oeuvre est encore plus étonnante. D’ici quelques années, les adhérents de l’AIVP auront un plaisir et un intérêt certain à revenir, pourquoi pas pour un évènement AIVP plus ambitieux ! Le principe d’un prochain rendez-vous est d’ores et déjà acté !

2 réflexions au sujet de « Tanger : un voyage d’étude passionnant et très fructueux »

Répondre à 123658 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *