Des femmes à la tête des ports

 Capital humain 

À l’inverse de l’idée générale selon laquelle les ports et le secteur maritime seraient des mondes dominés par les hommes, de plus en plus de femmes y occupent des postes de responsabilité. Plusieurs grands ports comme Barcelone en Espagne, Lisbonne et Porto au Portugal, Montréal au Canada, San Diego aux États-Unis ou les ports Transnet en Afrique du Sud ont des femmes à leur tête. Récemment, le port chilien de San Antonio a accueilli sa nouvelle vice-présidente, Joanna Davidovich. Dans le même temps, María de la Rosa Hermoso est devenue directrice du port de Talcahuano, rejoignant Consuelo Raby nommée à la présidence d’un conseil d’administration composé majoritairement de femmes. Au cours de la même semaine, l’Association des armateurs danois, dirigée par Anne Steffensen, a présenté une nouvelle initiative destinée à augmenter le nombre de femmes au sein des compagnies maritimes. D’autres initiatives, telles que le thème retenu pour la Journée mondiale de la mer 2019 de l’OMI, « L’autonomisation des femmes dans la communauté maritime », ou encore l’action « port violet » à Tenerife, augmentent la visibilité des femmes dans le secteur. Il est évident que la question de l’égalité des sexes est plus qu’un sujet à la mode. Elle est essentielle au développement durable, ont souligné les Nations Unies. Ces nouvelles approches renforcent cette idée et pourraient encourager les jeunes femmes à embrasser une carrière maritime.

IMO, World Maritime News, Portal Portuario, Puerto Talcahuano – Press release (PDF)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *