Les villes portuaires et la « théorie du donut » pour leur plan de relance post-corona

 Transition énergétique et économie circulaire 

Kate Raworth a été la première à introduire la notion d’« économie du donut » en 2012 avant de publier un ouvrage sur le sujet en 2017. Le modèle (video) qu’elle propose remet en question les modèles économiques traditionnels basés sur le PIB qui ne tiennent pas compte des limites planétaires et d’autres valeurs comme le travail non rémunéré, les « communs », etc. La Ville d’Amsterdam a annoncé cette semaine qu’elle basera son plan de relance économique post-corona sur ce modèle en l’adaptant au contexte urbain. Comme Marieke Van Doorninck, adjointe au maire, l’a expliqué dans un article paru dans le journal, le port aura un rôle important à jouer :

Dans une nouvelle vision de la ville, le port réfléchit à la façon de s’affranchir de sa dépendance à l’égard des énergies fossiles. Cette réflexion devrait mener à un débat plus vaste incluant les autres dilemmes brûlants mis en avant par le modèle du donut.

C’est dans ce contexte, témoignant de sa volonté de promouvoir l’économie circulaire, que le port d’Amsterdam a annoncé cette semaine la création de son deuxième hub de l’innovation Prodock 2.0 pour 2021.

Kate Raworth – Doughnut Economy, City Of Amsterdam, The Guardian, Port of Amsterdam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *