Capital humain, des enfants aux travailleurs portuaires

 Capital humain 

Les villes portuaires offrent des possibilités uniques d’épanouissement personnel et professionnel en lien avec les activités portuaires. Mais celles-ci doivent se traduire par des actions concrètes. Mentionnons par exemple cette semaine le programme éducatif Port Rangers développé par la Ville, le Port et une association d’entreprises de Rotterdam. Ce programme, soutenu par des spécialistes tels que Maurice Jansen, membre du réseau d’experts de l’AIVP, vise à expliquer aux jeunes les caractéristiques essentielles du port. La création d’un Conseil maritime des jeunes et le lancement du programme Jeunes talents de l’industrie portuaire sont d’autres d’initiatives menées à Rotterdam. En Espagne, Puertos del Estado, l’organisme d’Etat en charge de la gestion des ports, démontre l’intérêt croissant porté à l’innovation portuaire en lien avec la recherche à travers le Fonds Ports 4.0 dont la première édition a comptabilisé plus de 120 candidatures. Les liens entre les ports et les universités se renforcent. C’est le cas à Huelva, où le port et l’université s’apprêtent à lancer un programme conjoint de master en logistique. La santé et le bien-être au travail sont un autre aspect essentiel du développement du capital humain. Les efforts du port de Bilbao en ce sens viennent d’ailleurs d’être récompensés par un prix. Autre point essentiel : encourager les travailleurs portuaires à proposer des idées pour améliorer leur environnement de travail et valoriser ce type d’initiative. Ainsi, à Trieste (vidéo), les employés portuaires ont mis au point une échelle innovante qui permet d’améliorer leur sécurité lors de l’inspection des vraquiers.

Port Rangers, Rotterdam Maritime Capital, Huelva, Puertos del Estado, Port of Trieste, Port of Bilbao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *