Notre futur : la « ville éponge » ?

 Climat 

1,4 milliards de personnes habiteront dans les zones côtières à l’horizon 2050 et 570 villes, dont certaines des mégapoles, seront directement menacées par la montée du niveau des eaux selon le réseau international C40. Les phénomènes climatiques extrêmes viennent encore renforcer ce risque d’inondations auquel nos villes portuaires sont en particulier, et de plus en plus, confrontées. A l’occasion de la veille que nous réalisons pour vous, nous voyons de plus en plus souvent se développer des stratégies s’inspirant directement ou indirectement du concept de « sponge city ». Il s’agit de retrouver la capacité naturelle des sols à absorber l’eau, une capacité que l’urbanisation, avec son béton et son asphalte, a fait perdre à nos villes. Utilisation de matériaux poreux, création d’espaces verts inondables, restauration de zones humides, mais aussi traitement et stockage des eaux pour pouvoir les réutiliser dans les épisodes de sécheresse sont les principales solutions adoptées. Des villes portuaires chinoises se sont lancées parmi les premières dans cette stratégie. De grands groupes industriels s’y engagent aussi, dont Suez (un membre de l’AIVP) qui accompagne Chongqing (Chine) sur ce chemin vers des villes portuaires résilientes.

Demain la ville ; Ejinsight ; Government of Hong Kong ; Wuhan

 

Un immeuble de bureaux, neutre en carbone, flottera bientôt dans un bassin de Rotterdam (Pays-Bas)

 Climat 

Il accueillera sur trois étages le siège du Global Center on Adaptation (GCA), un centre dédié à l’adaptation au changement climatique. Toute une palette de solutions lui permettront d’être auto-suffisant et neutre en carbone : construction tout en bois, toit végétalisé et solaire, utilisation de l’eau du bassin pour la climatisation, etc. Des solutions qui sont le reflet de ce qui est la raison d’être de cet organisme, mais sont tout autant des mesures permettant aux villes portuaires de répondre à l’objectif 01 de l’Agenda AIVP 2030. Le bâtiment devrait être inauguré fin 2020 dans le bassin de Rijnhaven.

Archpaper ; Archdaily

Une ville durable et intelligente ? Un test grandeur nature à Copenhague (Danemark)

 Climat 

EnergyLab Nordhavn a été créé en 2015 pour tester des solutions énergétiques pour une ville intelligente. Recours aux énergies renouvelables, bâtiments écoénergétiques, transport électrique, gestion flexible et optimisée des énergies sont quelques-unes des pistes qui ont été testées sur la grande échelle du secteur portuaire en reconversion de Nordhavn. EnergyLab Nordhavn présente les résultats de ces quatre années de travail dans son dernier rapport annuel et formule des recommandations pour des solutions énergétiques durables. Une salle d’exposition a été créée dans l’ancien silo Nordhavn pour expliquer ces expériences et leurs résultats. Une démarche qui s’inscrit pleinement dans l’objectif 01 de l’Agenda AIVP 2030 visant à anticiper les conséquences du changement climatique sur les villes portuaires !

e smart city (+ vidéo) ; EnergyLab Nordhavn ; Annual Report ; Recommendations

 

Consultation pour le waterfront de Port Perry (Canada)

 Interface Ville Port 

Une première consultation sur le Plan d’actions pour le waterfront avait été organisée en novembre 2019. Elle va être suivie d’une seconde en février prochain. Le Plan propose des recommandations à court, moyen et long termes pour des actions concernant les activités récréatives, le patrimoine naturel et culturel, le développement économique et le tourisme. Le secteur comporte en particulier un silo à grains classé au patrimoine. Sa préservation et sa réutilisation pour de nouveaux usages sera un élément essentiel du projet.

Durham Radionews ; Waterfront Action Plan