Protection de la biodiversité : éducation et effets positifs sur l’environnement

 Biodiversité 

Les villes portuaires abritent une riche biodiversité dont la préservation peut avoir des effets bénéfiques inattendus. À Tarragone (Espagne), la politique de gestion des espaces verts menée par le port donne d’excellents résultats en matière d’empreinte hydrique, de biodiversité et d’émissions de CO2. Le port a centré son action sur le reboisement des zones dégradées et le remplacement des plantes gourmandes en eau par des espèces plus adaptées au climat méditerranéen. Chaque année, ces espaces permettent de compenser 1 500 tonnes de CO2, offrant un abri aux espèces menacées comme les abeilles. À Ceuta (Espagne), le Port s’est associé au Musée maritime (Museo del Mar) qui se consacre à l’étude et à la protection de la biodiversité locale ainsi qu’à la sensibilisation du public. Le musée publie des ouvrages et revues dans lesquels il fait connaître le résultat de ses travaux de recherche, comme ceux concernant par exemple l’impact des navires sur les baleines et les dauphins. Il organise également des activités pédagogiques et dirige des projets visant à inclure le littoral de la région au sein des réseaux européens de réserves naturelles. Il s’occupe en outre d’une installation unique en son genre, le « pudridero » (pourrissoir), un espace destiné à la préservation des corps des animaux marins et à la collecte de leurs ossements à des fins d’études et d’apprentissage.

El Vigía, Museo del Mar Ceuta

Les villes portuaires contribuent à la protection de la biodiversité

 Biodiversité 

Deux excellents projets centrés sur la préservation ou la restauration de la biodiversité naturelle : à Rouen (France), de 2017 à 2019, HAROPA-Port de Rouen a mis en œuvre à Sahurs des travaux de restauration de milieux humides connectés à la Seine. La nouvelle structure et son chenal permettent à la marée de rentrer davantage sur le site et de recouvrir les milieux naturels de l’estuaire. En 2020, le Port a réalisé des plantations pour améliorer l’intégration du au paysage et mis en place des panneaux pédagogiques. À Bahia Blanca (Argentine), le centre de sauvetage des animaux marins est, depuis sa création il y a deux ans, intervenu sur plus de 115 animaux de 15 espèces différentes. La structure est le fruit d’un partenariat entre l’autorité portuaire de Bahia Blanca et plusieurs organisations environnementales.

HAROPA – Port of Rouen, Port of Bahía Blanca

Le Havre protège la biodiversité Ville Port

 Biodiversité 

La protection de la biodiversité des villes portuaires suscite un intérêt grandissant. Au cours des dernières semaines, nous avons présenté les exemples de Trieste, Séville, Montréal et Québec. Nous évoquerons cette semaine un projet français. Le Port du Havre HAROPA, en partenariat l’Agence Eau Seine Normandie, installe un ponton flottant et des habitats artificiels marins pour la faune et la flore. L’installation pourra également servir de nurserie pour les poissons et de support pour la faune. Le projet prévoit un suivi écologique sur une période de deux ans.

HAROPA – Port of Le Havre

Protection de la biodiversité dans les villes portuaires : Séville travaille avec la nature

 Biodiversité 

Le port de Séville (Espagne) a présenté un projet innovant combinant la gestion des sédiments de dragage et la création de nouveaux habitats pour les oiseaux aquatiques menacés. Ce projet, réalisé en collaboration avec le CSIC (Consejo Superior de Investigaciones Científicas), agence publique de recherche espagnole, s’inscrit dans le cadre de la nouvelle philosophie du port qui consiste à « travailler avec la nature ». D’autres ports du monde ont intensifié leurs efforts en faveur de la biodiversité : le port de Singapour est à l’origine d’un programme de transplantation et de conservation de récifs coralliens, et celui d’Imbituba (Brésil) a lancé la 12ème édition de son programme de surveillance des baleines dans le cadre d’un plan environnemental.

Port of Sevilla (PDF), Rice Media, Portos e Navios

Le Port d’Auckland (Nouvelle-Zélande) aménage un jardin vertical

 Biodiversité 

L’objectif est de mieux intégrer le bâtiment de son terminal automobiles. Il constituera un nouveau repère Ville Port et son toit deviendra un parc public dans quelques années. Il permettra également de développer la biodiversité. Tout ce qui est utilisé dans le jardin peut être réutilisé et recyclé, et il répond ainsi aux critères de durabilité.

Hanging Gardens ; Vidéo

La ville portuaire de Trieste (Italie) protège les abeilles

 Biodiversité 

Les abeilles assurent l’essentiel de la pollinisation des cultures alimentaires mondiales. Elles jouent un rôle crucial dans notre système alimentaire et l’équilibre écologique de nos écosystèmes. Mais il leur arrive toutefois de créer des colonies dans les endroits les plus inattendus, comme dans un collecteur d’eau pluviale du Port de Trieste (video). Pour résoudre le problème, le port a chargé un apiculteur d’aider l’essaim à s’installer ailleurs. Mission accomplie, les abeilles ont élu domicile dans les collines environnant le port. Cette opération est un bon exemple de mise en œuvre de l’Objectif 10 de l’Agenda 2030 de l’AIVP, protéger la biodiversité.

Port of Trieste (video)sustain web

Les ports canadiens s’engagent pour préserver la faune locale

 Biodiversité 

Les nichoirs artificiels en béton et en sable aménagés par le Port de Montréal et le Port de Québec sont une réussite. Les hirondelles de rivage ont réinvesti les nichoirs installés l’année dernière, et leur population a même quadruplé dans certains cas. Dans le cadre de ce projet, le port de Québec a testé trois types de nids artificiels et c’est celui en béton qui a donné les meilleurs résultats.

Port Montreal, Port Quebec (Twitter)