Université et Port main dans la main à Séville (Espagne)

 Capital humain 

Le nouveau centre universitaire d’innovation du port de Séville sera créé sur le territoire portuaire grâce à un financement européen de 16 millions d’euros. Un comité vient de sélectionner les 20 premiers projets d’innovation qui seront portés par 20 chercheurs et étudiants en doctorat industriel. Les recherches se centreront sur des sujets comme la production et le stockage des énergies renouvelables, les nouveaux matériaux, l’Internet physique, la logistique, la blockchain dans l’industrie alimentaire ou encore la détection de substances dangereuses déversées en mer. Les projets de recherche doivent être opérationnels avant fin 2021. Cette initiative montre la voie à suivre pour une coopération fructueuse entre université et industrie, une relation pas toujours aisée mais qui s’avère essentielle pour relever les défis à venir.

ABC, Diario de Sevilla

De nouvelles opportunités pour les jeunes professionnels du maritime au Panama

 Capital humain 

Un nouveau programme intitulé « Ma première expérience professionnelle dans le maritime » a été lancé au Panama. Ce programme offre aux jeunes professionnels l’opportunité de découvrir les différentes carrières professionnelles offertes par l’autorité maritime du Panama. Cette initiative, qui résulte d’une collaboration entre les ministères des Affaires maritimes et du Travail, s’inspire d’une initiative nationale d’apprentissage par la pratique. La Direction des gens de la mer (Gente de Mar), sera en charge de former les nouvelles générations aux métiers maritimes. L’Université maritime du Panama et l’association de la marine panaméenne ont sélectionné un premier groupe de 20 participants issus de plusieurs filières dont les sciences nautiques, la construction navale et l’administration maritime. Les jeunes professionnels suivront une période de formation de six mois avant d’occuper différents postes, supervisés par le personnel de l’autorité maritime.

Autoridad Marítima de Panamá

Trois ports européens accélèrent la transition vers la neutralité carbone

 Transition énergétique et économie circulaire 

Plusieurs ports européens ont présenté leurs plans visant à réduire leur empreinte carbone dans les années à venir. Helsinki (Finlande) veut devenir un port zéro carbone à l’horizon 2035 et avance 50 mesures principalement destinées à diminuer les émissions imputables aux ports et aux navires. Ces mesures combinent la réduction de la consommation d’énergie, la production d’énergie à partir de sources carboneutres et la mise en place d’un système de crédit carbone pour compenser les émissions restantes. Un exemple des actions à mener est celui d’une nouvelle tarification des opérations portuaires comprenant de significatives « réductions environnementales ». Le port d’Amsterdam (Pays-Bas) se montre encore plus ambitieux et vise la neutralité carbone dès 2030. Sa priorité est d’encourager la production d’énergie propre dans le port grâce à un projet de production d’hydrogène par électrolyse. Il développe également des parcs éoliens offshore. À Hambourg (Allemagne), le principal opérateur portuaire, HHLA, veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2040 moyennant l’utilisation d’électricité verte pour toutes ses opérations. En 2019, l’entreprise a déjà réduit de 30% les émissions de CO2 provenant du transport des conteneurs et vise les 50% d’ici 2030. À l’avenir, l’enjeu principal consistera à rendre l’ensemble de la chaîne logistique neutre en carbone.

Port of Helsinki, Portal Portuario, GreenPort

Le programme de protection des baleines du Port de Vancouver (Canada) fête ses 5 ans

 Biodiversité 

Le programme ECHO « Enhancing Cetacean Habitat and Observation » (Amélioration et observation des habitats des cétacés) a été créé en 2014. Depuis lors, il a réuni sous la direction du Port tout un éventail de partenaires et conseillers œuvrant à la protection des orques du sud menacés d’extinction. Pour y parvenir, le programme ECHO a mesuré les niveaux de bruit venant de plus de 10 000 navires dans la mer des Salish. Plus de 5000 bateaux ont volontairement réduit leur vitesse ou fait des détours afin de réduire le bruit sous-marin dans les zones d’alimentation du cétacé. Le programme prévoyait aussi l’allocation de ressources destinées à aider les marins à prendre conscience des effets que peuvent avoir les navires sur ces animaux. Pendant toute la durée de son application, le programme a donné lieu à la production de plusieurs documents (le « Mariner’s Guide to Whales, Dolphins, Porpoises of Wester Canada », le « Whales in our Waters tutorial », des rapports annuels et des articles scientifiques), ainsi qu’à la création d’une application WhaleReport Alert System.

Port of Vancouver 1, Port of Vancouver 2, Google Play, Inhabitat