Puerto Madero : de nouveaux espaces publics de qualité favorisent la marche et le vélo

Publié par  7 décembre, 2020 1:00 Laissez vos commentaires

La Corporación de Puerto Madero (CPM) a été créée en 1989 pour assurer l’aménagement et la gestion d’un site de 170 ha situé sur l’ancien port. Les nombreux prix internationaux obtenus ces 30 dernières années témoignent de la réussite de l’un des plus grands projets de transformation du waterfront jamais entrepris en Amérique latine. La Corporación de Puerto Madero participe aujourd’hui à divers projets de régénération urbaine dans plusieurs villes d’Amérique latine, mutualisant des connaissances acquises sur plusieurs dizaines d’années. Depuis les années 80, les villes portuaires ont changé, et la mobilité est devenue une question centrale. Dans cet entretien, Eduardo Albanese, directeur technique de la CPM, nous explique quelles sont les solutions pour la mobilité mises en œuvre par la Corporación Puerto Madero.

Corporación Puerto Madero es membre de l’AIVP depuis 2017.

 

Eduardo Albanese, Architect and Technical Manager of Corporación Puerto Madero. Photo from Argenprop

AIVP – Le masterplan initial de Puerto Madero (PDF) date déjà de presque 30 ans. La conception des espaces et le mode de vie urbains, notamment en termes de mobilité, ont récemment beaucoup évolué. Les principales décisions prises à l’époque en matière d’aménagement sont-elles toujours valables ou bien a-t-il fallu les ajuster ? Quels sont les principaux changements observés à Puerto Madero depuis quelques dizaines d’années en matière de mobilité ?

Eduardo Albanese, directeur technique de la Corporación Puerto Madero – Les idées exposées dans le masterplan ont été développées pour être mises en œuvre sur les 170 hectares de Puerto Madero. Le vaste chantier entrepris par la CPM en constitue une réalisation fidèle en termes de qualité, de proportion et de dimension, et a donné lieu à la création d’un espace public intégré au cœur de Buenos Aires. Il faut savoir que nous avons toujours respecté l’esprit du projet initial, même si celui-ci a parfois dû être adapté à l’évolution des politiques publiques.
Au cours des 5 dernières années, la CPM a réalisé les travaux de surface du Paseo del Bajo, le dernier grand projet de développement urbain et routier en date. Les travaux ont donné lieu à la création de 10 hectares de parcs, jardins et promenades le long de l’axe nord-sud, de part et d’autre de l’artère constituée par les avenues Madero-Huergo et Alicia Moreau de Justo. Sur le plan urbanistique, il a permis de relier le nord et le sud de la ville de Buenos Aires, tout en assurant une liaison transversale entre le quartier de Puerto Madero et le centre-ville de Buenos Aires.
Par ailleurs, dans le cadre des travaux du Paseo del Bajo, 10 hectares supplémentaires de jardins publics et parcs ont été réaménagés à l’ouest du quartier de Puerto Madero, constituant un espace de 20 hectares d’un seul tenant.

 

AIVP – À Buenos Aires, les gens utilisent le « combi » (minibus) comme alternative à la voiture individuelle. Comment ce mode de transport en commun a-t-il été intégré au projet de Puerto Madero et quelles sont les zones desservies ?

Eduardo Albanese, Corporación Puerto Madero – Il y a exactement 7 ans, dans le cadre d’un accord conclu entre la CPM et les autorités municipales, un nouveau terminal de combis a été construit sur un terrain qui appartenait à la CPM, au niveau des avenues Corrientes et Madero, face au Luna Park et à l’espace culturel du CCK. Ce terminal, qui a permis d’organiser et de centraliser l’activité, est situé dans un endroit stratégique car, outre le fait qu’il ait été construit dans une zone névralgique du centre-ville, il se trouve à une centaine de mètres du « subté » (métro) et de nombreux arrêts de transport en commun.

 

Paseo del Bajo, © Corporación Puerto Madero

AIVP – Ces dernières années, et notamment depuis l’apparition de la Covid-19, nous avons constaté que le vélo s’imposait comme un moyen de transport alternatif en faveur d’une mobilité plus durable. La Ville de Buenos Aires cherche à promouvoir les modes de déplacement doux, comme par exemple à travers le programme pour une mobilité durable et sûre « Amigos de la Movilidad Sustentable y Segura ». Quels sont les projets actuellement développés à Puerto Madero pour favoriser l’usage du vélo en milieu urbain ?

Eduardo Albanese, Corporación Puerto Madero – Tout d’abord, l’ensemble des aménagements réalisés au Paseo del Bajo et aux alentours s’est inscrit dans un nouveau projet d’aménagement de l’espace public incluant l’usage du vélo et la création de pistes cyclables. Le projet prévoyait le réaménagement des espaces pour les rendre plus accessibles aux piétons et intégrer le secteur à l’ensemble du réseau de pistes cyclables de la ville.
Ensuite, le programme « BA Bici » de la ville, un service de mise à disposition gratuite de vélos pour les déplacements courts, est également proposé à Puerto Madero. Le quartier dispose de plusieurs points où il est possible d’emprunter ou de déposer un vélo.

 

 

AIVP – L’eau est très présente à Puerto Madero. On constate que les voies navigables sont de plus en plus considérées comme une solution de mobilité durable. Nous voudrions savoir si des projets de navettes fluviales pour le transport des passagers ou de ferrys pour l’acheminement des marchandises sur le dernier kilomètre sont également en cours à Puerto Madero.

Eduardo Albanese, Corporación Puerto Madero – Il en est question. Des tentatives ont eu lieu pour mettre en place un circuit fluvial pour les touristes ainsi qu’un service de transport en commun le long de la côte du Río de la Plata, depuis la ville de La Plata jusqu’à la municipalité de Tigre, à l’embouchure du fleuve Parana. Mais ce mode de déplacement étant encore très peu développé, le projet n’a pas encore pu aboutir. Mais c’est clairement une perspective d’avenir.

 

Stairs and esplanade in Paseo del Bajo © Corporación Puerto Madero

AIVP – Beaucoup d’entreprises nationales et internationales sont installées à Puerto Madero, lesquelles comptent des milliers d’employés. Nous avons vu que pour parvenir à une mobilité plus durable qui fonctionne, il était nécessaire de mettre en place une action coordonnée entre les organismes publics, les usagers et les entreprises. Existe-t-il des exemples de ce type à Puerto Madero ? Quel genre de solutions le secteur privé propose-t-il pour parvenir à une mobilité plus durable ?

Eduardo Albanese, Corporación Puerto Madero – Le Paseo del Bajo a permis de créer d’excellentes liaisons entre le quartier de Puerto Madero et le reste de la ville. De sorte que, même si le transport en commun, et notamment les lignes de bus, n’a pas encore été mis en service dans le quartier, le secteur est très bien desservi grâce à la qualité des aménagements réalisés.

 

 

AIVP – L’une des principales caractéristiques de Puerto Madero (PDF) est la qualité et la diversité de ses espaces publics. On ne peut parler de mobilité durable sans envisager de créer des espaces, sûrs et facilement accessibles, qui invitent à les parcourir à pied. Quelles sont les principales caractéristiques de ces espaces et de quels aménagements spécifiques ont-ils éventuellement fait l’objet pour que les habitants aient envie de s’y promener ?

Eduardo Albanese, Corporación Puerto Madero – Nous pensons que la conception architecturale de Puerto Madero joue un rôle primordial sur ce point. Ce sont aussi les conclusions de l’étude culturelle réalisée quant à ses usages possibles, sa dimension architecturale, son pouvoir d’attraction et sa qualité de site urbain en tant que tel. Nous estimons aussi que la qualité des constructions, les matériaux utilisés et le mobilier urbain choisi sont essentiels pour une utilisation optimale de l’espace. Enfin, nous avons effectué des études paysagères afin de déterminer quelles espèces végétales utiliser et de quelle manière, toujours en privilégiant la flore autochtone.
Contrairement à ce qui se produit pour la plupart des espaces situés en ville, le quartier de Puerto Madero a été conçu selon une approche intégrale et son aménagement développé à partir d’une idée centrale. La création d’espaces publics de qualité en nombre suffisant était une question centrale, d’où la présence de nombreux boulevards, digues et parcs qui rendent les balades agréables et invitent à s’immerger dans le paysage urbain de Puerto Madero.

PARTAGER

Laisser un commentaire