En direct

Port Urbain

Floating Dock
13 février 2020

En 2022 la réparation navale sera aussi un spectacle à Hambourg (Allemagne)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

D’une longueur de 209 m, « Dock 10 » sera le plus grand dock flottant couvert d’Europe. Son toit et ses murs seront largement transparents rendant ainsi visibles les travaux de réparation en cours sur les navires qu’il accueille. Il permettra aux travailleurs de travailler quelques soient les conditions météorologiques. Les nuisances sonores et les gaz d’échappement devraient également être réduits.

NDR (+ vidéo) ; Charterworld

euroméditerranée
12 février 2020

Comment rendre attractifs des territoires alors qu’ils sont encore en pleine transformation ?

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Nous avons eu l’occasion de partager avec vous à diverses reprises les projets en cours sur la façade maritime de Marseille et son interface ville port. La rénovation urbaine de 310 hectares y a été engagée en 1995, un périmètre auquel 170 hectares avaient été ajoutés en 2007. Des projets de cette ampleur se réalisent bien évidemment sur une longue période. Comment dès lors gérer ce temps long et amener les citoyens à s’approprier ces territoires avant même que leur transformation ne soit achevée ? C’est une question récurrente pour nombre d’entre vous. Pour y répondre Euroméditerranée, l’organisme en charge de cette opération d’aménagement et membre de l’AIVP, avait lancé fin 2018 « MOVE » un Appel à Manifestation d’Intérêt pour quatre sites devenus libres de toute occupation. L’objectif était d’y expérimenter temporairement des projets solidaires, économiques, collaboratifs, culturels ou citoyens. Une première short list de 11 projets avait été retenue. Les discussions ont permis d’affiner les projets, d’en fusionner certains. Quatre projets ont finalement été sélectionnés. Ils dureront entre 1 et 4 ans, et seront mis en oeuvre toujours en concertation avec Euroméditerranée. Une initiative d’urbanisme transitoire pour proposer aux citoyens une interface ville port de qualité à suivre de près.

MOVE, dossier de presse ; Vidéo

12 février 2020

Le Port d’Essaouira (Maroc) se restructure pour mieux intégrer ses activités pêche et chantier naval à la vocation touristique d’une ville patrimoniale

Libération

12 février 2020

La démolition d’un bâtiment portuaire Art Deco à Southampton (RU) annoncée par Associated British Ports soulève le débat

BBC

Spong City Inondation
5 février 2020

Notre futur : la « ville éponge » ?

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

1,4 milliards de personnes habiteront dans les zones côtières à l’horizon 2050 et 570 villes, dont certaines des mégapoles, seront directement menacées par la montée du niveau des eaux selon le réseau international C40. Les phénomènes climatiques extrêmes viennent encore renforcer ce risque d’inondations auquel nos villes portuaires sont en particulier, et de plus en plus, confrontées. A l’occasion de la veille que nous réalisons pour vous, nous voyons de plus en plus souvent se développer des stratégies s’inspirant directement ou indirectement du concept de « sponge city ». Il s’agit de retrouver la capacité naturelle des sols à absorber l’eau, une capacité que l’urbanisation, avec son béton et son asphalte, a fait perdre à nos villes. Utilisation de matériaux poreux, création d’espaces verts inondables, restauration de zones humides, mais aussi traitement et stockage des eaux pour pouvoir les réutiliser dans les épisodes de sécheresse sont les principales solutions adoptées. Des villes portuaires chinoises se sont lancées parmi les premières dans cette stratégie. De grands groupes industriels s’y engagent aussi, dont Suez (un membre de l’AIVP) qui accompagne Chongqing (Chine) sur ce chemin vers des villes portuaires résilientes.

Demain la ville ; Ejinsight ; Government of Hong Kong ; Wuhan

 

Floating Office Carbon neutral
5 février 2020

Un immeuble de bureaux, neutre en carbone, flottera bientôt dans un bassin de Rotterdam (Pays-Bas)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Il accueillera sur trois étages le siège du Global Center on Adaptation (GCA), un centre dédié à l’adaptation au changement climatique. Toute une palette de solutions lui permettront d’être auto-suffisant et neutre en carbone : construction tout en bois, toit végétalisé et solaire, utilisation de l’eau du bassin pour la climatisation, etc. Des solutions qui sont le reflet de ce qui est la raison d’être de cet organisme, mais sont tout autant des mesures permettant aux villes portuaires de répondre à l’objectif 01 de l’Agenda AIVP 2030. Le bâtiment devrait être inauguré fin 2020 dans le bassin de Rijnhaven.

Archpaper ; Archdaily

5 février 2020

Appel d’offres pour un Opéra sur un site de 17,5 hectares dans la baie de Shenzhen (Chine). Date limite 18 février

➜  ArchDaily ; Extended deadline

5 février 2020

Les travaux pour aménager une promenade et un parc sur le waterfront de San Pedro ont été lancés par le Port et la Ville de Los Angeles (USA)

Daily Breeze

5 février 2020

On connaît désormais le consortium qui va concevoir le masterplan 2050 pour un aménagement durable de 42 hectares sur la rive Sud de Brisbane (Australie)

The Urban Developer

12345241242

Port Citoyen

8 octobre 2013

Les travaux de la nouvelle l’école de la Marine Marchande au Havre ont débuté

le havre chantier hydro_gm_octobre 2013Située à l’interface ville-port, la nouvelle école prévue pour accueillir 1000 élèves pourra vite s’avérer surdimensionnée, si la décision du gouvernement français de supprimer au Havre les formations de premier cycle est confirmée. ©PhotoAIVP

Source : Filfax76actu

8 octobre 2013

Quarante quatre bourses universitaires offertes par le Port de Milford (UK) depuis 2003

Source: Port of Milford

8 octobre 2013

La Zone Industrialo Portuaire FOS de Marseille fête ses 50 ans avec le spectacle « Fous de bassins » de la Compagnie Ilotopie

Source: Port of Marseilles

30 septembre 2013

Anvers : Havencentrum Lillo accueille plus de 2500 personnes pour la 3e édition du « Flemish Ports Day »

anvers_gm_Lillo_flemish day-septembre13Havencentrum Lillo, membre actif du Port Center Network de l’AIVP, a contribué de manière significative à la journée de découverte portuaire proposée cette année dans tous les ports flamands. Kris Peeters, Ministre président de la Communauté flamande, Marc Van Peel, président du Port d’Anvers et la Ministre flamande des Travaux publics Hilde Crevits ont pu à cette occasion découvrir les différentes activités qui y sont proposées. Crédit Photos: Havencentrum Lillo

30 septembre 2013

10 propositions pour intégrer le préjudice écologique dans la loi française. Quel impact pour les villes portuaires ?

Source: Le Monde

30 septembre 2013

Le comité de direction du Port de Montréal visite le Port Center Havencentrum Lillo à Anvers

logo PCN couleurMenée par la Présidente-Directrice Générale Sylvie Vachon, la délégation de Montréal a rencontré l’équipe du Port Center d’Anvers en présence de son directeur Philippe Demoulin. Le Port s’interroge actuellement sur l’ouverture d’un Port Center à Montréal. L’AIVP et son Port Center Network suit bien sur avec grand intérêt ce projet qui vient s’ajouter à la liste des autres Port Center actuellement en gestation : Livourne (Italie), Le Havre et Dunkerque (France). © Photos Port de Montréal
Havencentrum Lillo
Port de Montréal

30 septembre 2013

Le Port de Vitoria au Brésil, membre de l’AIVP, développe une interactivité entre ville et port

Intitulé « de la Ville au Port », le programme propose depuis 5 mois aux élèves de la région ainsi qu’aux citoyens intéressés des visites du port organisées. Une première enquête conduit par le port montre que la plupart des visiteurs ne connaissaient absolument pas en quoi consistaient les activités portuaires quotidiennes.
Source : Port de Vitoria

Port Entrepreneur

12 février 2020

Le port durable, alliance d’intelligence et de collectif

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

De retour du Forum Economique Mondial pour l’un, exprimant dans une interview les perspectives du port du futur pour l’autre, les CEO des ports d’Anvers et de Rotterdam tracent des visions convergentes. Pour tous les deux, il n’y a plus aucun doute que la lutte contre le changement climatique et la recherche d’une économie portuaire neutre en carbone sont des nécessités absolues. L’innovation technologique côté terre comme côté mer et l’optimisation de la chaîne logistique seront bien entendu une partie de la réponse. Mais au-delà, le succès de ces transformations reposera sur la capacité des ports à multiplier les partenariats, à relever les défis de façon collective en associant leur communauté, à soutenir ensemble un même processus de transformation.
Port of Rotterdam / Flows

12 février 2020

Pour décongestionner les routes, le Port de Melbourne (Australie) entérine son plan de développement du ferroviaire (16 M€ d’investissement)

Port of Melbourne

12 février 2020

Kribi (Cameroun) : 31 premières entreprises sont en phase d’installation sur la zone portuaire. Plus de 150 autres devraient suivre.

EcoMatin

12 février 2020

Flessingue – North Sea Port (Pays Bas) : premiers aménagements pour le parc éolien offshore Borsele 1+2 qui alimentera à terme 1 millions de foyers

North Sea Port

29 janvier 2020

Grandes tendances et scénarios d’évolution de la logistique

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Dans la plupart des villes portuaires, l’activité logistique structure de plus en plus le territoire. Baliser l’avenir de ce secteur devient nécessaire. A cet effet, l’Agence d’Urbanisme de Marseille (France) nous rappelle quelques points clés. La massification des flux commerciaux mondiaux va se poursuivre entraînant concentration des armateurs, adaptation des ports, extension et robotisation des entrepôts, émergence de mono-opérateurs. A l’ère du e-commerce, l’optimisation du dernier kilomètre est devenue également cruciale. Pour autant, le transport terrestre reste le maillon faible de cet écosystème avec des difficultés à massifier les flux et proportionnellement un impact CO2 plus lourd. La mutualisation pourrait être une partie de la réponse mais tous les secteurs n’y croient pas. Au cœur de ces évolutions, la question de l’emploi apparaît comme un défi supplémentaire pour les territoires.

Agam (pdf)

17 janvier 2020

Rwanda : 4 ports sur le lac Kivu comme alternative au transport routier

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Le lac Kivu, à l’ouest du Rwanda marque la frontière avec la RDC voisine. Les 4 ports seront construits avec l’aide des Pays Bas et répartis du Nord au Sud du lac. Ils favoriseront la mobilité des personnes et des marchandises entre les différents districts le long de la rive. D’ici 20 ans, ils devraient concentrer la majorité des échanges commerciaux transfrontaliers et un trafic de 3M de passagers. Le gouvernement souhaite également en faire le moteur d’un plan plus ambitieux de relance du transport par voie d’eau sur d’autres lacs et rivières du pays. L’objectif est d’alléger le transport terrestre pour lequel le coût d’entretien des infrastructures pèse dans le budget national. Enfin, ce projet permettra de renforcer la compétitivité de l’industrie agro-alimentaire (bières, thé, café), celle des cimentiers et de relancer le tourisme.

The New times

17 janvier 2020

Posé ou flottant, l’éolien offshore entre véritablement dans sa phase d’industrialisation. Cela suppose un renforcement de la coopération interportuaire.

Wind Europe

17 janvier 2020

Port de Montréal (Canada) : la fluidité des activités est primordiale pour allier efficacité économique et respect des populations riveraines

Port de Montréal

10 décembre 2019

Les transports et la logistique face au défi environnemental et énergétique

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Au niveau mondial, ce secteur pèse aujourd’hui pour 25% des émissions de gaz à effet de serre. Pour les réduire, agir sur l’efficacité énergétique est un premier axe. Si un consensus existe pour abandonner progressivement les énergies fossiles, le GNL est perçu comme une étape de transition, et faire le bon choix à plus long terme entre l’hydrogène, l’ammoniaque ou les biocarburants reste un défi. Améliorer l’intermodalité est un second axe d’actions avec l’ambition de diminuer la part du routier et d’augmenter celle du transport maritime à courte distance, du fluvial et du fer. Enfin, l’innovation pour plus d’efficacité logistique constitue le troisième axe. L’objectif vise à réduire de façon globale les consommations, tout en veillant à ce que les réductions d’émissions sur la mer ne se traduisent pas par plus d’émissions à terre, du fait en particulier de l’augmentation de la congestion dans les villes portuaires.

Diario del Puerto 1 / Diario del Puerto 2 / Diario del Puerto 3 / Diario del Puerto 4

12345228229