En direct

Port Urbain

Relation Ville-Port
19 février 2020

Un nouveau plan pour une meilleure intégration Ville Port à Cadix (Espagne)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Les autorités du port viennent de valider le Plan spécial du port qui redéfinit les usages de ses espaces. 1 million de mètres carrés sont ainsi gardés pour des activités liées aux trafics marchandises et voyageurs. 335 000 mètres carrés sont proposés pour de nouvelles relations entre Ville et Port : de nouvelles activités et des espaces ouverts y seront développés pour venir compléter et mieux intégrer l’activité croisière présente. Le plan prévoit également l’utilisation d’énergies renouvelables et des programmes spécifiques d’économie d’énergie intelligente dans les équipements à venir.

Cadiz-Port ; Diario Bahia de Cadiz

waterfront
19 février 2020

De nouveaux usages à venir sur le Port de Thessalonique (Grèce)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Les autorités du Port veulent redéfinir la relation entre la partie Est du port et la ville. Ils ont demandé au cabinet d’architectes MVRDV de leur proposer plusieurs scénarios autour des thèmes de la nature, des loisirs, la culture, l’éducation, … Les choix se porteront ensuite sur les propositions qui seront les mieux à même de renforcer l’attractivité de Thessalonique et la positionner sur la scène mondiale.

MVRDV

 

19 février 2020

Un réseau d’espaces verts le long de l’Elbe est programmé à Hambourg (Allemagne). Ce sera aussi l’occasion de tester de nouvelles idées

Hamburg.com

19 février 2020

La Société du Port Autonome de Toamasina (Madagascar) lance un appel d’offres pour des aménagements sportifs sur le waterfront

Newsmada ; L’Express

19 février 2020

Le nouveau Directeur du port d’Oakland estime que le projet de stade de baseball sur le waterfront est compatible avec les activités portuaires

SFBay

19 février 2020

Le Centre Nobel sera finalement construit à Slussen, un secteur du waterfront de Stockholm (Suède) en plein redéveloppement

The mayor

Floating Dock
13 février 2020

En 2022 la réparation navale sera aussi un spectacle à Hambourg (Allemagne)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

D’une longueur de 209 m, « Dock 10 » sera le plus grand dock flottant couvert d’Europe. Son toit et ses murs seront largement transparents rendant ainsi visibles les travaux de réparation en cours sur les navires qu’il accueille. Il permettra aux travailleurs de travailler quelques soient les conditions météorologiques. Les nuisances sonores et les gaz d’échappement devraient également être réduits.

NDR (+ vidéo) ; Charterworld

euroméditerranée
12 février 2020

Comment rendre attractifs des territoires alors qu’ils sont encore en pleine transformation ?

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Nous avons eu l’occasion de partager avec vous à diverses reprises les projets en cours sur la façade maritime de Marseille et son interface ville port. La rénovation urbaine de 310 hectares y a été engagée en 1995, un périmètre auquel 170 hectares avaient été ajoutés en 2007. Des projets de cette ampleur se réalisent bien évidemment sur une longue période. Comment dès lors gérer ce temps long et amener les citoyens à s’approprier ces territoires avant même que leur transformation ne soit achevée ? C’est une question récurrente pour nombre d’entre vous. Pour y répondre Euroméditerranée, l’organisme en charge de cette opération d’aménagement et membre de l’AIVP, avait lancé fin 2018 « MOVE » un Appel à Manifestation d’Intérêt pour quatre sites devenus libres de toute occupation. L’objectif était d’y expérimenter temporairement des projets solidaires, économiques, collaboratifs, culturels ou citoyens. Une première short list de 11 projets avait été retenue. Les discussions ont permis d’affiner les projets, d’en fusionner certains. Quatre projets ont finalement été sélectionnés. Ils dureront entre 1 et 4 ans, et seront mis en oeuvre toujours en concertation avec Euroméditerranée. Une initiative d’urbanisme transitoire pour proposer aux citoyens une interface ville port de qualité à suivre de près.

MOVE, dossier de presse ; Vidéo

12 février 2020

Le Port d’Essaouira (Maroc) se restructure pour mieux intégrer ses activités pêche et chantier naval à la vocation touristique d’une ville patrimoniale

Libération

12345242243

Port Citoyen

19 février 2020

Inde : des bourses pour les femmes marins. Le gouvernement indien crée le Maritime Training Trust pour offrir des bourses aux femmes qui veulent faire des études dans le maritime.

Safety 4 Sea

19 février 2020

Rotterdam (Pays Bas) : des bateaux-taxis propulsés à l’hydrogène. Le premier bateau zéro émission naviguera sur la Meuse dès 2021.

AD

13 février 2020

Le port de Trieste (Italie) et une université allemande signent un accord pour créer un centre d’expertise portuaire et logistique spécialisé dans l’énergie.

Port of Trieste (PDF)

13 février 2020

Le Port, la Ville et l’Université de Durrës (Albanie) signent un accord pour encourager la création d’entreprises au niveau local. Le projet « POWER » (Ports as Driving Wheels of Entrepreneurial Realm) porte essentiellement sur des domaines clés comme l’efficacité énergétique, la valorisation des entreprises, les nouveaux carburants et les énergies renouvelables

Durres Port Authority

12 février 2020

Le Port de Barcelone accélère l’électrification des quais afin de réduire les émissions de CO2 des navires. Dans 7 ans, les navires à quai devraient pouvoir s’alimenter en énergie verte.

El Vigía

12 février 2020

L’hydrogène pourrait permettre d’éviter le rejet d’1 million de tonnes de CO2 par an dans les villes portuaires

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Les ports accélèrent la quête de nouvelles sources d’énergies pour remplacer les combustibles fossiles. Bien que nombre d’entre eux aient déjà mis en service les premiers systèmes GNL (gaz naturel liquéfié) pour les navires, beaucoup pensent que l’hydrogène pourrait constituer le seul moyen de parvenir à la transition énergétique. Dernier en date dans cette course, le projet présenté par le port d’Ostende (Belgique). Un consortium formé par le Port, DEME Concessions et PMV projette de construire une nouvelle unité de production d’hydrogène vert à partir d’énergies renouvelables. Cet équipement permettra une réduction des émissions de CO2 estimée entre 500.000 et 1 million de tonnes par an. Le projet prévoit également un parc éolien offshore comprenant 399 turbines d’une capacité totale de 2,26 GW. D’autres villes portuaires européennes ont lancé différentes initiatives allant dans le même sens. Toujours en Belgique, le port d’Anvers a passé commande de remorqueurs et de ferries propulsés à l’hydrogène. En Allemagne, Hambourg a annoncé l’année dernière son intention de construire la plus grosse usine de production d’hydrogène par électrolyse implantée en zone portuaire au monde. Elle aura une capacité de 100 mégawatts. Le port de Valence (Espagne) n’est pas en reste avec H2PORT, un projet prévoyant l’installation d’un outillage portuaire fonctionnant à l’hydrogène. Mais nous ne devons pas oublier qu’il n’existe pas de solution miracle. Afin d’atteindre l’objectif ambitieux de la transition énergétique, il faudra diversifier nos sources d’énergie et optimiser notre consommation.

Clean Energy Wire, Portal Portuario, Green Port, Port of Antwerp, Valencia Port

5 février 2020

Le port de Seattle apporte une aide environnementale à cinq associations locales

Port of Seattle

5 février 2020

Le port de Kribi (Cameroun) soutient les écoles de la ville

Port de Kribi

5 février 2020

Mobilité innovante à Malaga (Espagne). Des bus sans chauffeur assureront la liaison entre le terminal croisière et le centre ville et circuleront à l’intérieur de l’enceinte portuaire. La Ville va investir 180.000€ dans un système de feux de signalisation adapté aux futurs véhicules autonomes.

Portal Cruceros

5 février 2020

L’éclairage intelligent pour des ports plus durables

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

De nombreux ports du monde abandonnent leur système d’éclairage au profit d’une nouvelle technologie moins énergivore. En 2019, le port d’Helsinki (Finlande) s’est équipé d’un nouveau système plus flexible et plus simple à utiliser. Un éclairage intelligent plus économique et plus écologique. Le terminal dispose dorénavant d’un éclairage automatisé qui s’adapte aux différents usages de l’espace portuaire. Dans le Port de Bilbao (Espagne), le nouveau système mis en place permet de réduire de moitié la consommation énergétique. La technologie LED et l’éclairage intelligent, plus flexible, permettent également d’améliorer le confort des travailleurs. Toujours en Espagne, le port de Gijon va bénéficier d’un financement pour renouveler son éclairage. Au Portugal, Le plus grand terminal portuaire de Lisbonne vient aussi d’adopter la technologie LED et produira plus de 13 tonnes de CO2 en moins par an. On peut trouver des exemples partout dans le monde : dans le port de Vancouver (Canada), les nouveaux équipements, dotés de capteurs de mouvement, sont éclairés au LED. À San Antonio, au Chili, la consommation énergétique due à l’éclairage du nouveau siège du port sera réduite de 44%. Ces initiatives ne sont peut-être pas aussi révolutionnaires que d’autres projets plus complexes liés à l’utilisation de nouveaux carburants ou de nouvelles sources d’énergie, mais elles permettent de progressivement réduire la consommation énergétique et l’empreinte carbone dans les ports.

Port of Helsinki, Revista Cargo, Smart-light 1, Smart-light 2, Portal Portuario

12345180181

Port Entrepreneur

30 mai 2013

Guerre des ports conteneurs en Europe, l’économie locale sera-t-elle une victime collatérale ?

L’économie européenne piétine, et la rentabilité des investissements colossaux dans des terminaux conteneurs dernier cri s’éloigne. Qui survivra à la guerre des opérateurs ? Nul ne le sait. Reste à espérer que les économies locales ne pâtissent pas de ces stratégies fort optimistes.
Source : Journal of Commerce

30 mai 2013

La croisière est-elle rentable pour le contribuable américain ?

Coûts de sauvetage liés à la multiplication des incidents sur les paquebots, aides financières apportées aux compagnies et délocalisation fiscale, la facture est lourde pour les USA. L’adoption d’une charte pour les « Droits des passagers » pourrait être une première réponse du secteur.
Source: Journal de la marine Marchande
Source: Huffingtonpost
Source: Cruise Lines International Association

 

28 mai 2013

Absence de ports commerciaux intermédiaires et concurrence du canal de Panama limiteraient l’intérêt des routes maritimes arctiques

Source: Le Marin, L’Antenne

28 mai 2013

Le port de Brest se positionne comme hub logistique et industriel pour l’éolien offshore posé ou flottant

Source : Journal de la Marine Marchande, 17 mai 2013

28 mai 2013

L’écologie industrielle appliquée aux territoires portuaires: une stratégie d’avenir, une réalité à l’échelle internationale

L’écologie industrielle et territoriale, facteur stratégique de différenciation pour les territoires portuaires

L’écologie industrielle et territoriale vise à optimiser les cycles de matières et d’énergie en créant des synergies entre industries, les déchets de l’une devenant par exemple la matière première de l’autre. Elle nécessite et initie ainsi de nouveaux schémas de gouvernance et de partenariat entre acteurs au sein des territoires. Des exemples de mise en pratique d’échanges de sous-produits ou de mutualisation d’utilités se multiplient à l’échelle internationale.
Les territoires portuaires intègrent de plus en plus cette approche innovante de gestion de leurs ressources et déchets, y voyant un facteur de différenciation non négligeable, dans un contexte mondial très compétitif.

L’écologie industrielle et territoriale interpelle les autorités portuaires et les collectivités d’ancrage de ces zones industrialo-portuaires sur de multiples enjeux propres à leur stratégie de développement : socle d’une réflexion sur le développement de services et d’utilités pour le secteur industriel, elle est un vecteur d’attractivité et parfois même de maintien pour les entreprises. Source d’innovation et d’intégration environnementale, elle est un vecteur d’acceptation auprès des acteurs locaux. Interface entre de multiples intérêts et diverses compétences, elle est un vecteur du renouvellement des collaborations entre acteurs des ports et acteurs des villes.
On peut citer à titre d’exemple la démarche d’écologie industrielle initiée dans le territoire portuaire de Terneuzen. Au sein du Biopark Terneuzen, les entreprises développent spontanément des échanges de flux : WarmCO2 est ainsi l’exemple d’une opération collaborative entre l’autorité portuaire, Yara et Visser&Smit Hanab pour fournir en eau chaude et en CO2 un complexe de serres horticoles afin d’en améliorer la productivité. Zeeland Seaports appuie, facilite et étend cette dynamique à l’ensemble du territoire portuaire en créant leur « Multi-Utility provider », un vaste réseau de pipelines sous-terrain permettant de créer une véritable symbiose industrielle systématisant les échanges de flux entre les entreprises locales.

Vers une diffusion de bonnes pratiques et une mise en réseau des acteurs portuaires à l’échelle internationale

La diversité des contextes territoriaux rencontrés à l’échelle internationale permet aux autorités portuaires et aux parties prenantes de ces territoires d’explorer de multiples opportunités de mise en œuvre de l’écologie industrielle et territoriale. Si la compétition entre ports à l’échelle internationale est une réalité, les enjeux de développement durable ouvrent également la voie pour de nouvelles collaborations. Ils invitent à s’interroger sur la production et le partage de connaissances dans un contexte de mondialisation ainsi que sur la création d’une dynamique de mise en réseau et de capitalisation sur les marges d’innovation réelles et communes en matière de gestion des ressources.
Pour mieux appréhender ces enjeux, une équipe-projet constituée d’acteurs universitaires (Ecole des Mines d’Alès) et opérationnels (M-Atome) de l’écologie industrielle et territoriale en France, cofinancée par l’Agence française pour l’environnement (ADEME), réalise jusqu’en mai 2012 un premier recensement d’initiatives à l’échelle internationale et une analyse croisée de ces démarches de coopération innovantes en matière de gestion des ressources dans des territoires portuaires en Amérique du Nord, en Afrique, en Europe et en Asie-Pacifique. Alimentant les travaux de réflexion menés au sein des réseaux existants tels que l’AIVP, partenaire de ce projet, cela permettra de mettre en évidence les leviers et les freins propres à la mise en œuvre de telles coopérations dans les territoires portuaires : quels acteurs-clés pour la mise en œuvre de ces initiatives ? Quels positionnements efficaces de l’autorité portuaire dans ces démarches ? Quelles opportunités de synergies propres aux territoires portuaires ? Quels modes de financement pour leurs mises en œuvre ? Quels éléments de contexte favorables à la mise en œuvre de synergies entre acteurs ? Quels impacts réels en termes d’optimisation de la gestion des ressources ? Etc.

Nicolas Mat, Coordinateur de projet d’écologie industrielle et territoriale, M-Atome
(nicolas.mat.conseil@gmail.com)
Guillaume Junqua, maître assistant, LGEI, Ecole des mines d’Alès
Juliette Cerceau, doctorante, LGEI, École des mines d’Alès

For more information follow this link

23 mai 2013

Le port de Hambourg est le poumon économique de la région métropolitaine et un partenaire essentiel de l’industrie

Véritable porte sur le monde, le port d’Hambourg est un facteur essentiel de la création d’entreprise. 155000 emplois directs et indirects dépendent de l’activité portuaire. On estime que pour chaque euro investi dans le port, 0.71 Euros supplémentaires sont investis dans d’autres secteurs. Source: Hamburger Abendblatt

23 mai 2013

Election municipale à LA: les deux candidats soulignent l’énorme impact du port sur le dynamisme économique

Les candidats s’engagent à soutenir les investissements du port et à favoriser la création d’emplois directs mais aussi dans la recherche pour les transports ou les technologies vertes. Une collaboration avec la communauté locale, à la fois plus poussée et transparente, est également attendue.
Source: www.neontommy.com

22 mai 2013

Maasvlakte 2, €150 millions moins cher que prévu. Le port gagne 20% de surface et sa capacité pour le conteneur double

Source : Port of Rotterdam

22 mai 2013

Sénégal : devant les difficultés de Dakar, pourquoi pas de nouveaux ports à Saint-Louis, Ziguinchor et Kaolack ?

Source: Le Soleil

21 mai 2013

Réforme portuaire au Brésil: de nouveaux ports pourraient voir le jour dans le Nord Est en s’appuyant sur l’agro industrie.

Source: Port Finance International