En direct

Port Urbain

23 mars 2020

Les nouvelles lignes directrices pour la mobilité urbaine énoncées par le Forum économique mondial soulignent l’importance de la collaboration entre les acteurs afin de réduire les émissions polluantes et améliorer les réseaux de transport

World Economic Forum, Intelligent Transport

Euromediterranée Ville durable
23 mars 2020

Phase 2 pour le projet Euroméditerranée à Marseille (France) : vers une ville résiliente

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

L’EPA Euroméditerranée a signé un accord-cadre avec l’agence Leclercq Associés, associée à Setec, pour une mission d’urbaniste-concepteur portant sur des secteurs spécifiques de ce vaste projet d’aménagement. Leur réflexion portera sur la stratégie en matière de logements et d’espaces publics. Mais, plus globalement, l’ambition est aussi de concevoir ce que pourrait être la ville durable méditerranéenne, une ville capable de répondre aux enjeux du changement climatique. Une réflexion et des solutions à suivre de près pour les adhérents de l’AIVP…
(Euroméditerranée et Setec International sont membres de l’AIVP)

Le Moniteur ; Euroméditerranée

Docklands Liverpool Ten Streets
23 mars 2020

Un quartier de la création dans les Docks de Liverpool (UK)

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Le secteur d’anciens entrepôts de Ten Streets, au Nord de Liverpool, va trouver une nouvelle vie avec des ateliers d’artistes et des espaces pour des entreprises culturelles. D’ores et déjà quelques événements y ont été organisés et l’un des entrepôts accueille désormais un marché dédié à l’artisanat d’art, à la mode et au mobilier. Le projet viendra s’intégrer entre deux autres redéveloppements programmés dans les Docklands de Liverpool : le programme Liverpool Waters, et les 550 appartements qui seront aménagés dans l’entrepôt à tabac sur Stanley Dock.

Liverpool Echo

23 mars 2020

Le Port de San Diego (USA) consulte la population pour définir l’image de marque du projet programmé sur Chula Vista

My news LA ; Port of San Diego

23 mars 2020

Le Port de Dakhla (Maroc) va être reconverti vers la plaisance et l’activité passagers

Le 360

23 mars 2020

Des audios guides pour (re)découvrir l’histoire de différents lieux de Puerto Madero, le secteur reconverti à Buenos Aires (Argentine)

Clarin

18 mars 2020

Appel d’offres international pour concevoir un quartier d’affaires sur un secteur abandonné du waterfront de Thessalonique (Grèce)

Alumil

18 mars 2020

L’Agence Nationale des Ports du Maroc lance une étude pour ouvrir et mieux intégrer l’ancien port de Safi dans son environnement urbain

Le matin

18 mars 2020

De nouveaux usages urbains sur la Seine à Paris (France) : un hôpital psychiatrique flottant

ArchDaily (+ images, plans)

12345244245

Port Citoyen

23 mars 2020

Les bateaux de croisière transformés en hôpitaux pour accueillir les patients atteints du Coronavirus

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Depuis le début de la crise du Covid-19, la croisière a été porteuse de plusieurs mauvaises nouvelles. Le secteur peut cependant faire partie de la solution et nous apporter des bonnes nouvelles. Au cours des derniers jours, plusieurs grandes compagnies de croisière et opérateurs de ferry comme MSC, Carnival ou Moby ont mis plusieurs navires à disposition pour les transformer en unités d’urgence afin de soulager les hôpitaux terrestres et réduire la pression subie par les systèmes de santé du monde entier. L’exemple le plus concret est celui de Gênes en Italie. MSC propose de mobiliser le paquebot MSC Opera ainsi que trois ferries de sa filiale GNV (Superba, Suprema e Splendid) et de les mettre en place dans un délai de 10 jours. L’action a été menée conjointement par MSC, la Région, la Ville, le Port et RINA, l’organisme de certification. Le premier navire concerné est le Splendid, déjà prêt à accueillir les 25 premiers patients en voie de guérison mais devant être placés en isolement. Ce bateau pourrait accueillir jusqu’à 400 lits d’hôpitaux ainsi qu’une unité de réanimation et de soins intensifs. Cette initiative donne à voir une autre facette de la croisière et illustre la capacité des acteurs Ville Port à coopérer en situation de crise.

ANSA, AGI, Carnival, Informazioni Marittime, The Medi Telegraph

23 mars 2020

Thinkport Vienna (Autriche) organise un Open Innovation Challenge axé sur la logistique verte et le développement durable. Les propositions, attendues jusqu’au 17 mai, doivent porter sur trois thèmes principaux : les ports intérieurs en matière d’énergie, de logistique et d’innovation ; les villes et les services de logistique urbaine ; le transport par voie d’eau pour améliorer la connectivité.

Think Port Vienna

23 mars 2020

L’accord sur la production propre (Acuerdo de Producción Limpia) signé il y a deux ans par la communauté logistique de San Antonio (Chili) affiche d’excellents résultats. Toutes les entreprises signataires assurent un suivi des indicateurs du développement durable et 73% d’entre elles ont réduit leur empreinte carbone.

Portal Portuario

18 mars 2020

« Plastic Whale » : une entreprise d’Amsterdam (Pays-Bas) « pêche » du plastique dans les canaux de la ville pour en faire des meubles et des bateaux.

Plastic Whale

18 mars 2020

Valparaiso (Chili) mise sur les vagues comme source d’énergie renouvelable

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Depuis début mars, le nouveau prototype BAM II est à l’essai sur le Muelle Barón de la ville portuaire chilienne. Le nouvel équipement, développé par Maestranza Diesel et Asmar avec le soutien de l’autorité portuaire, pourrait permettre de produire jusqu’à 3 kW. Ce second prototype mis au point par le consortium vient remplacer le premier modèle qui avait été installé fin 2018. L’un des principaux avantages de ce nouvel équipement zéro émission qui n’utilise aucun carburant est qu’il n’a aucun impact négatif sur l’environnement. À plus grande échelle, il pourrait constituer une source d’énergie verte pour les entreprises et les localités isolées de la côte chilienne. Plusieurs entreprises sont en train d’étudier le mouvement des vagues comme source potentielle d’énergie propre, à l’instar du projet Eco Wave, faisant des villes portuaires des lieux incontournables de la transition énergétique.

Acera, El Mercurio, Revista Electricidad, Maestranza Diesel

18 mars 2020

Les archives du port de Valence (Espagne) en ligne

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Le port de Valence s’est associé à Microsoft et ENCAMINA pour développer la plateforme numérique PUBLICARME, un nouvel outil qui permet au public de consulter les archives du port. La plateforme, qui contient plus de 10 000 documents historiques datant du milieu du 19ème siècle jusqu’aux années 40, utilise l’intelligence artificielle pour lire, extraire et croiser les informations contenues dans les différents documents. Elle facilite et permet ainsi d’accélérer les travaux de recherche. Les copies numériques sont stockées dans un nuage numérique afin de garantir la sécurité et l’intégrité des contenus. PUBLICARME s’est vu décerné le Prix @asLan de la transformation numérique. Les archives des ports constituent une ressource culturelle encore sous-exploitée dans la plupart des villes portuaires. Le port de Dublin (Irlande) a pris des dispositions pour ouvrir ses archives et, en 2019, Lisbonne (Portugal) a inauguré un bâtiment réunissant ses archives et celles du port de Setubal à Barreiro. Ce type d’initiatives permet d’établir de nouveaux rapports entre les citoyens et la culture portuaire.

Archivo Histórico Valencia Port, Aslan, Press Relesase (PDF)

11 mars 2020

La culture et les écoles s’invitent dans les ports

 [show_post_categories show="category" parentcategory="Agenda 2030" hyperlink="no"] 

Les manifestations culturelles et les visites proposées aux écoles comptent parmi les principales initiatives destinées à attirer les jeunes dans les ports. En 2019, le projet éducatif mis en place par l’autorité portuaire de Setubal a permis à plus de 750 élèves de tout le Portugal de découvrir le port. À l’occasion de son 150ème anniversaire, le port de Tarragone (Espagne) a enrichi son programme culturel, avec notamment des visites du port et la rénovation du musée du port. Le 28 février dernier, 800 acteurs institutionnels (communauté portuaire, entreprises, autorités municipales et régionales) ont rejoint les citoyens pour participer à une grande manifestation. L’an passé, c’était au tour des ports de Barcelone et Trieste de célébrer respectivement leur 150ème et 300ème anniversaire avec un riche programme culturel à l’intention du public.

Portos de Portugal, Metropoli Abierta, Port of Trieste, Port of Tarragona

11 mars 2020

Les canaux d’Amsterdam plus propres. Les célèbres navettes fluviales seront bientôt électriques et moins polluantes. Par ailleurs, l’autorité portuaire met en place des bornes de recharge flottantes afin d’alimenter le port et la ville en énergie propre.

Port of Amsterdam, Safety4Sea

12345182183

Port Entrepreneur

11 avril 2012

Monde en crise, villes portuaires en devenir

Si j’en crois les informations véhiculées par les médias, les commentaires de nombreux acteurs de terrain économiques et politiques et tout récemment les conclusions du rapport remis le 30 janvier dernier au Secrétaire Général des Nations Unies, tout porte à croire aujourd’hui, que la profonde crise économique et sociale que traversent la plupart des pays développés, n’est pas qu’un simple accident de croissance mais, bien au contraire, un rappel sévère de la fragilité d’un modèle de développement incompatible avec l’évolution des données démographiques, géopolitiques et environnementales mondiales.De crises en crises, 20 ans après Rio

Le prochain Sommet de la Terre Rio+20 ne manquera pas de le rappeler au mois de juin prochain : pour assurer d’ici le milieu de ce siècle, à 7 milliards d’humains, un monde encore viable et en paix, il est urgent de prendre acte du découplage ressources / démographie pour construire un développement économique et social totalement nouveau, moins inégalitaire, respectueux des équilibres écologiques locaux et globaux, et économe en ressources. La crise des dettes souveraines européennes après la crise des dettes des ménages vient tristement nous rappeler qu’un modèle de développement sociétal basé sur une consommation croissante de biens et services conduit à une impasse économique, environnementale et politique.

En tant qu’organisation mondiale réunissant les acteurs politiques et économiques des places portuaires, l’AIVP a bien entendu été très attentive depuis sa création, il y a plus de vingt ans, aux contextes global et local dans le cadre desquels les projets des villes et des ports pouvaient s’épanouir. Déjà, en 1993, notre charte de Montréal reprenait les conclusions du premier Sommet de la Terre de Rio et encourageait des acteurs des villes et des ports à intégrer les préoccupations environnementales dans leurs stratégies de développement. Nous n’avons eu de cesse depuis, à l’issue de nos échanges d’expériences, d’exhorter les acteurs locaux à réfléchir en termes de développement durable (Cf. notre Charte de Sydney de 2006 et notre Déclaration de Buenos Aires de 2010) et nous avons toujours valorisé les initiatives des villes et des ports qui mettaient en œuvre des solutions innovantes.

Le temps de la remise en question

Acteurs essentiels de chacune de ces villes portuaires, les autorités portuaires sont fortement incitées à réfléchir sur la pertinence à moyen et long termes de leurs stratégies et leurs politiques de développement. Pendant des décennies, la quantité de tonnes manutentionnée a été le principal – sinon le seul – critère de performance portuaire avec toutefois des pondérations visant à établir que « toutes les tonnes n’ont pas le même poids! « . Cette curieuse formulation visait naturellement à expliquer que la valeur économique de la tonne transportée par conteneurisation est largement supérieure à la tonne de vrac. Les essais de corrélation des tonnages manutentionnés avec « l’économie réelle » de la ville portuaire en termes de création d’emploi par exemple ont donné lieu à des discussions sans fin sur les méthodologies employées. Le développement spectaculaire des activités liées au secteur logistique a certes créé des centaines d’emplois nouveaux, mais souvent peu qualifiés et en nombre souvent inférieur aux attentes des élus locaux. Au final, la révolution logistique n’a pas permis de compenser la baisse régulière du nombre d’emploi dans les grandes zones industrialo-portuaires du milieu du XXe siècle.

Dans ce contexte de déclin de la dynamique de l’emploi pour la plupart des places portuaires industrielles des pays développés, la crise économique mondiale de 2008 a largement contribué à dramatiser une situation déjà difficile. La chute de la consommation mondiale a très vite eu des conséquences sur l’activité portuaire qui s’est parfois effondrée dans des proportions extrêmement importantes, parfois près du tiers de l’activité pour certains ports moyens en Espagne par exemple en 2009. Dans la plupart des pays développés, la foi, certains diront l’aveuglement, en une croissance exponentielle de l’activité portuaire a été sérieusement mise à mal par la baisse significative et durable des échanges. L’avenir et une analyse fine des trafics nous diront si la reprise constatée un peu partout en 2011 est purement « technique » ou si elle traduit une nouvelle dynamique économique qui se met en place. Il sera alors particulièrement intéressant pour les villes et les régions portuaires de regarder de près l’évolution des flux et d’en tirer les conséquences en matière de stratégies industrielles. Même si pour l’heure, les volumes de marchandises affichent pour certains ports importants une progression à deux chiffres et si les flux notamment Sud-Sud se réorganisent et vont profiter à de nouveaux ports, l’attentisme et la prudence des acteurs locaux et des investisseurs sont encore le plus souvent de mise pour les projets.

Imaginer une croissance durable….

La croissance est morte, vive la croissance ! Cet optimisme affiché pour une nouvelle croissance, l’est surtout pour une autre croissance. Une croissance soutenable et responsable qui reste encore largement à inventer mais dont on peut voir un peu partout, dans les pays émergents comme dans les pays développés les premiers résultats. A cet égard, les villes portuaires constituent des laboratoires d’expérimentation formidables. Au cœur de régions urbaines denses, elles associent souvent à un socle industriel développé et fortement lié à la globalisation par les fonctions portuaires, des problématiques environnementales et sociales complexes. Les villes portuaires sont, sans doute plus que d’autres pôles urbains, des villes en mouvement, portées par les évolutions technologiques et sociétales globales. Elles sont aussi exposées d’autant plus fortement aux crises de tous ordres. Pour s’adapter aux cycles économiques, les villes portuaires ont toujours dû innover. Celles qui n’ont pu ou su le faire ont inexorablement décliné. Aujourd’hui, force est de constater le foisonnement de projets : les projets d’éoliennes off shore pour une énergie propre se multiplient en Allemagne, au Royaume-Uni et partout en Europe créant de nouvelles filières économiques et des emplois ; Venise développe dans sa lagune les biotechnologies marines de demain pour une nouvelle industrie respectueuse de l’environnement ; Copenhague réinvente sur ses friches portuaires une ville durable exemplaire ; Los Angeles, se pose en champion de la lutte contre les GES dans sa gestion du trafic portuaire…

Nous en débattrons dans le cadre de la prochaine Conférence Mondiale Villes et Ports organisée par l’AIVP à Nantes et Saint-Nazaire du 18 au 21 juin prochains. Toutes ces villes ont compris que le port, son savoir-faire, son territoire et ses fonctions étaient toujours une force et un atout majeur dans ce nouveau cycle de développement qui s’ouvre. Toutes ces villes se sont posé la question des stratégies ville-port à conduire aujourd’hui pour garder des emplois et produire des richesses dans un contexte mondial de recherche du développement durable qui ne pourra que s’imposer dans les prochaines décennies. Anvers, Rotterdam, mais aussi Le Havre, Santos, Singapour et bien d’autres encore, se posent aujourd’hui ces questions essentielles pour leur avenir.

Urbain, entrepreneur, citoyen, le nouveau temps du port ?

Au-delà de la problématique des « friches portuaires » à reconvertir pour de nouveaux usages urbains, thème suivi depuis plus d’une vingtaine d’années par l’AIVP, la question d’une mixité productive des fonctions portuaires et urbaines est posée clairement par de nombreuses villes portuaires. La nécessité de la mise en place d’un développement durable et d’une maîtrise des émissions de GES donne à la présence du port urbain un intérêt renouvelé. Rendre la ville plus attractive, plus compacte mais aussi plus mobile est un enjeu stratégique et, à cet égard, le port peut constituer un atout décisif : accueil des navires de croisière au plus près des centres-villes comme à Malaga ou Hambourg pour générer une nouvelle dynamique commerciale ; réutilisation des bassins anciens pour les activités liées à la navigation de plaisance comme à Barcelone ou au Havre ; utilisation de la voie d’eau pour l’acheminement des pondéreux en cœur de ville comme à Séville, Paris, Bordeaux… permettent une nouvelle valorisation du patrimoine portuaire pour un renouvellement urbain durable.

Acteur du développement urbain durable, le port est aussi placé aujourd’hui au cœur des nouvelles stratégies industrielles. Les nouvelles filières économiques liées aux énergies renouvelables telle l’éolien off shore à Bremerhaven ou à Saint-Nazaire, les hydroliennes, les énergies thermiques des mers ou les fermes houlomotrices en projet dans de nombreuses régions du monde créeront les emplois de demain. Les villes portuaires se préparent à les accueillir. L’écologie industrielle est un concept d’avenir pour les villes et régions portuaires qui sauront associer dans une même stratégie développement industriel et ville durable. Les activités portuaires de niche autour des activités de recyclage des matériaux sont aussi désormais considérées avec attention par les autorités portuaires en quête de diversification des trafics.

Le port s’affiche aussi de plus en plus citoyen. S’intégrer à la vie de la cité, refaire le lien avec la population pour favoriser la dynamique de développement ville-port deviennent indispensables. Les Port Centers se multiplient en Europe sur les modèles d’Anvers, de Rotterdam, Gênes ou Melbourne. Les programmes d’éducation portant sur la place de la ville portuaire dans les nouvelles dynamiques commerciales et industrielles mondiales participent à la construction de chaque ville portuaire.

Le temps du port est là. Qu’il soit urbain, entrepreneur ou citoyen, le port se veut aujourd’hui un partenaire incontournable du développement durable des villes et régions portuaires.