L’hydrogène vert : une source d’énergie du futur pour les villes portuaires ?

 Transition énergétique et économie circulaire 

L’avenir semble être à l’hydrogène « vert », produit à partir d’électricité d’origine non-fossile. Cela nécessite un chainage vertueux entre énergies renouvelables et usines de production d’hydrogène, pour lequel les écosystèmes ville-port sont très adaptés.
C’est ainsi que le Port de Bordeaux (France) a signé une convention pour développer une filière de production d’hydrogène vert. Il en est de même à Bilbao (Espagne), où l’autorité portuaire a donné son feu vert pour construire l’une des plus grandes usines d’hydrogène vert au monde.
Souvent, ces filières se structurent sous forme de hubs, comme à Port Kembla (New South Wales Port Authority, Australie), ce qui permet de dynamiser le tissu économique local.
L’hydrogène produit massivement pourra alimenter les navires afin de verdir le transport maritime. Pour ce faire, des entreprises mènent des recherches sur la propulsion hydrogène, comme Engie et Arianegroup qui ont joint leurs forces à cette occasion. Des prototypes de moteurs hydrogène sont même testés par la firme italienne Fincantieri.
Ce carburant du futur constitue un véritable marché, comme on le constate avec l’accord de fourniture d’hydrogène vert par le Portugal au Port de Rotterdam, qui a besoin de cette ressource pour ses activités à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *