Rijeka (Croatie) : une Capitale européenne de la culture qui affirme son identité Ville Port

 Culture et identité 

La ville portuaire de Rijeka figure parmi les capitales européennes de la culture 2020. L’intitulé du programme « Port de diversité » rappelle déjà les liens existants entre la ville, le port et la culture portuaire. L’eau, le travail et les migrations seront les trois axes d’un riche programme culturel. Un vaste réseau d’acteurs se joindra à la Ville pour proposer concerts, films, pièces de théâtre et expositions tout au long de l’année. En plus de ces activités, le projet prévoit la reconversion d’éléments du patrimoine industriel en équipements culturels. Sont ainsi prévus un nouveau musée municipal, une nouvelle bibliothèque et une Maison des enfants. La Ville coopère également avec le Port à la réalisation de plusieurs projets dont la réhabilitation de l’Exportdrvo, un ancien entrepôt destiné à accueillir des expositions. À l’occasion de la cérémonie d’ouverture de cette année culturelle, qui aura lieu le 1er février dans l’enceinte du port, l’Opera Industriale rendra hommage aux travailleurs et aux traditions qui ont fait de Rijeka l’orgueilleuse ville portuaire qu’elle est aujourd’hui. Cette initiative témoigne de la valeur inestimable et du rôle fédérateur de la culture Ville Port.

Riejka2020, European Commission, Time Out

Université et Port main dans la main à Séville (Espagne)

 Capital humain 

Le nouveau centre universitaire d’innovation du port de Séville sera créé sur le territoire portuaire grâce à un financement européen de 16 millions d’euros. Un comité vient de sélectionner les 20 premiers projets d’innovation qui seront portés par 20 chercheurs et étudiants en doctorat industriel. Les recherches se centreront sur des sujets comme la production et le stockage des énergies renouvelables, les nouveaux matériaux, l’Internet physique, la logistique, la blockchain dans l’industrie alimentaire ou encore la détection de substances dangereuses déversées en mer. Les projets de recherche doivent être opérationnels avant fin 2021. Cette initiative montre la voie à suivre pour une coopération fructueuse entre université et industrie, une relation pas toujours aisée mais qui s’avère essentielle pour relever les défis à venir.

ABC, Diario de Sevilla