Le Coronavirus va-t-il transformer notre façon de faire la ville et d’habiter la planète ?

 Climat 

Nous vous avions signalé dans notre newsletter spéciale COVID-19 du 1er avril plusieurs réseaux internationaux de villes ayant mis en ligne des ressources pour partager les mesures et solutions adaptées par leurs membres pour faire face à la pandémie : Cities for Global Health, le réseau EUROCITIES, ou encore de l’AIMF – Association Internationale des Maires Francophones. D’autres les ont rejoint, tel que ces 150 décideurs urbains qui échangent pour trouver ensemble les meilleures pratiques à mettre en œuvre via la plateforme UrbanLeague.

Les architectes et urbanistes ont réagi également que ce soit pour proposer des solutions pour réaliser des hôpitaux d’urgence en réutilisant des conteneurs, pour créer des unités de soins, des masques, convertir des bâtiments en hôpitaux. 

Mais cette pandémie est aussi la source de multiples opinions sur le futur de nos villes et de notre planète : elle pourrait ainsi être une occasion pour repenser la mobilité et nos modes de déplacements dans la ville, de repenser notre façon de la concevoir et de l’aménager en y réintroduisant les questions de santé et de bien-être, ou encore pour nous aider à mieux comprendre le changement climatique, voire même à mieux le combattre.

Visions optimistes ? Changements de perspectives indispensables ou inévitables ? Les débats sont ouverts.

 

 

Quelles stratégies pour l’aménagement du littoral de Casablanca (Maroc) ?

 Climat 

Le Ministre de l’intérieur marocain et l’Agence urbaine de Casablanca ont lancé la réflexion. L’objectif est de renforcer l’attractivité de la Ville en s’appuyant sur son potentiel touristique et économique. C’est une large zone qui est concernée : 90 km de bande littorale, huit territoires administratifs, le port, une marina, la grande mosquée, un patrimoine bâti et paysager très présent, etc. Il s’agit aussi bien sûr d’anticiper sur les risques naturels et climatiques. L’ANP (Agence Nationale des Ports) a déjà lancé plusieurs projets portant sur une nouvelle desserte, sur le port de pêche, le chantier naval, ou encore un nouveau terminal croisière.

Aujourd’hui Le Maroc

Phase 2 pour le projet Euroméditerranée à Marseille (France) : vers une ville résiliente

 Climat 

L’EPA Euroméditerranée a signé un accord-cadre avec l’agence Leclercq Associés, associée à Setec, pour une mission d’urbaniste-concepteur portant sur des secteurs spécifiques de ce vaste projet d’aménagement. Leur réflexion portera sur la stratégie en matière de logements et d’espaces publics. Mais, plus globalement, l’ambition est aussi de concevoir ce que pourrait être la ville durable méditerranéenne, une ville capable de répondre aux enjeux du changement climatique. Une réflexion et des solutions à suivre de près pour les adhérents de l’AIVP…
(Euroméditerranée et Setec International sont membres de l’AIVP)

Le Moniteur ; Euroméditerranée

Notre futur : la « ville éponge » ?

 Climat 

1,4 milliards de personnes habiteront dans les zones côtières à l’horizon 2050 et 570 villes, dont certaines des mégapoles, seront directement menacées par la montée du niveau des eaux selon le réseau international C40. Les phénomènes climatiques extrêmes viennent encore renforcer ce risque d’inondations auquel nos villes portuaires sont en particulier, et de plus en plus, confrontées. A l’occasion de la veille que nous réalisons pour vous, nous voyons de plus en plus souvent se développer des stratégies s’inspirant directement ou indirectement du concept de « sponge city ». Il s’agit de retrouver la capacité naturelle des sols à absorber l’eau, une capacité que l’urbanisation, avec son béton et son asphalte, a fait perdre à nos villes. Utilisation de matériaux poreux, création d’espaces verts inondables, restauration de zones humides, mais aussi traitement et stockage des eaux pour pouvoir les réutiliser dans les épisodes de sécheresse sont les principales solutions adoptées. Des villes portuaires chinoises se sont lancées parmi les premières dans cette stratégie. De grands groupes industriels s’y engagent aussi, dont Suez (un membre de l’AIVP) qui accompagne Chongqing (Chine) sur ce chemin vers des villes portuaires résilientes.

Demain la ville ; Ejinsight ; Government of Hong Kong ; Wuhan

 

Un immeuble de bureaux, neutre en carbone, flottera bientôt dans un bassin de Rotterdam (Pays-Bas)

 Climat 

Il accueillera sur trois étages le siège du Global Center on Adaptation (GCA), un centre dédié à l’adaptation au changement climatique. Toute une palette de solutions lui permettront d’être auto-suffisant et neutre en carbone : construction tout en bois, toit végétalisé et solaire, utilisation de l’eau du bassin pour la climatisation, etc. Des solutions qui sont le reflet de ce qui est la raison d’être de cet organisme, mais sont tout autant des mesures permettant aux villes portuaires de répondre à l’objectif 01 de l’Agenda AIVP 2030. Le bâtiment devrait être inauguré fin 2020 dans le bassin de Rijnhaven.

Archpaper ; Archdaily

Une ville durable et intelligente ? Un test grandeur nature à Copenhague (Danemark)

 Climat 

EnergyLab Nordhavn a été créé en 2015 pour tester des solutions énergétiques pour une ville intelligente. Recours aux énergies renouvelables, bâtiments écoénergétiques, transport électrique, gestion flexible et optimisée des énergies sont quelques-unes des pistes qui ont été testées sur la grande échelle du secteur portuaire en reconversion de Nordhavn. EnergyLab Nordhavn présente les résultats de ces quatre années de travail dans son dernier rapport annuel et formule des recommandations pour des solutions énergétiques durables. Une salle d’exposition a été créée dans l’ancien silo Nordhavn pour expliquer ces expériences et leurs résultats. Une démarche qui s’inscrit pleinement dans l’objectif 01 de l’Agenda AIVP 2030 visant à anticiper les conséquences du changement climatique sur les villes portuaires !

e smart city (+ vidéo) ; EnergyLab Nordhavn ; Annual Report ; Recommendations

 

Un nouveau terminal croisière durable pour Tallinn (Estonie)

 Climat 

Diverses solutions techniques ont été étudiées pour atteindre la meilleure performance environnementale possible pour ce terminal, compte tenu notamment du climat nordique. Le recours à la géothermie et au solaire a notamment été retenu. Implanté au coeur du secteur du vieux-port de Tallinn, le bâtiment sera également multifonctionnel : il pourra accueillir des conférences, des concerts, etc. en dehors de la saison croisière. ll proposera aussi une aire de jeux pour les enfants et une longue promenade.

➜ Port of Tallinn ; Vidéo