L’hydrogène est-elle la meilleure solution pour la transition énergétique des villes portuaires ?

 Transition énergétique et économie circulaire 

La réduction des émissions et de l’empreinte environnementale est l’un des principaux enjeux des villes portuaires. Même si, dans certains cas, comme le montre une étude récente réalisée par le Port de Valence (Espagne), c’est le trafic urbain qui peut constituer la principale source de pollution, le rôle des ports reste déterminant. Bien qu’il n’existe pas de recette magique, l’utilisation de nouveaux carburants comme l’hydrogène associée à des solutions existantes montrent des résultats prometteurs. Par exemple, à Lisbonne (Portugal), la Ville a annoncé un projet pilote de production d’hydrogène vert pour les véhicules, tandis que le port installera le courant de quai à compter de 2022 afin de réduire la pollution des navires de croisière. Dans la cadre du projet européen H2PORTS, le port de Valence disposera d’une station à hydrogène dès 2021. D’autres importants projets d’énergie verte sont prévus en Espagne, dont un investissement de €80 millions par le pétrolier Repsol dans le port de Bilbao. Un premier projet concernera la construction de l’une des plus grandes unités de production de carburant synthétique zéro émission nette à partir de l’hydrogène vert, et un second la production de gaz à partir des déchets urbains. L’importance de l’hydrogène se reflète dans les stratégies nationales de certains pays, comme en Allemagne.

Port of Valencia, Eco Sapo (Lisbon), Europa Press, H2-view, El Mercantil, NPI Magazine

Les efforts des membres de l’AIVP récompensés lors des WPSP Awards

 Transition énergétique et économie circulaire 

Les 6 gagnants du concours international du WPSP (Programme portuaire international pour le développement durable) ont été désignés le 24 juin. Ce programme, dont l’AIVP est l’un des membres fondateurs, reconnaît les efforts consentis par les ports du monde entier pour contribuer à la réalisation du programme mondial pour le développement durable. Lors de la présente édition, divisée en 6 catégories, les membres de l’AIVP ont remporté des prix bien mérités. Le projet collaboratif « Green and Connected (Green C) Ports » des ports de Valence et Venise a été primé dans la catégorie « infrastructures résilientes ». Les ports de Rotterdam, Amsterdam et North Sea Port ont remporté, via l’Association néerlandaise des ports maritimes, le prix « gouvernance et éthique ». D’autres membres figurent parmi les finalistes dans différentes catégories, tels les ports de Marseille, Rotterdam (deuxième catégorie), Helsinki et Montréal.

WPSP – Sustainable World Ports

Voies multiples, but unique : réduire les émissions polluantes

 Transition énergétique et économie circulaire 

En attendant que l’hydrogène soit universellement répandu, il existe de nombreuses façons de réduire les émissions. Ainsi, Les ports français d’HAROPA (Le Havre, Rouen et Paris) font de la transition énergétique l’un des principaux axe de leur fusion. Outre l’alimentation à quai des navires, HAROPA cherche à développer le GNL sur différents types de bateaux et favorise l’utilisation des véhicules électriques. Le port de Brême (Allemagne) disposera d’ici 2023 de 8 stations d’approvisionnement destinées à alimenter en énergie verte les navires et les véhicules. Dans le port de Riga (Lettonie), l’utilisation des nouvelles technologies numériques aura des effets bénéfiques sur l’environnement et permettra de désengorger le trafic routier en ville tout en facilitant la circulation des marchandises. Les efforts consentis en faveur de la réduction de l’impact environnemental ont déjà porté leurs fruits à Montréal (Canada) où le port a réduit de 45,3 % ses émissions de gaz à effet de serre depuis 2007. Ce chiffre résulte d’une combinaison de mesures : courant de quai, stations de rechargement de GNL, gestion du trafic de camions. Le projet Fastwater développé à Anvers pour étudier l’application commerciale du méthanol comme carburant alternatif est un autre exemple d’innovation.

NPI Magazine, Portal Portuario, Port of Riga, Port of Montreal, Port of Antwerp

Les projets Ville Port, moteurs pour la reprise économique post-Covid ?

 Transition énergétique et économie circulaire 

Les principaux acteurs du projet City Deal pour la baie de Swansea en sont convaincus. 1,8 milliards £ sont programmés et 9000 emplois qualifiés devraient être générés par ce vaste projet couvrant différents secteurs d’activités. Le développement du numérique sera l’une des priorités avec notamment le « Waterfront Digital District », de même que la transition vers une croissance décarbonée via le recours aux énergies marines ou par des solutions innovantes appliquées à la sidérurgie.

➜ Business News Wales ; Swansea Bay City Deal

Innovantes ou traditionnelles, toutes les approches sont les bienvenues pour construire une ville portuaire durable

 Transition énergétique et économie circulaire 

Les villes portuaires du monde entier développent des projets destinés à réduire les externalités négatives des activités portuaires. En Espagne, le gouvernement vient d’autoriser le port de Valence à construire une unité de production électrique d’une capacité de 30 Mégawatts, un premier pas vers le zéro carbone envisagé pour 2030. Toujours en Espagne, le port de Barcelone a lancé un service gratuit de conseil en développement durable destiné à aider les utilisateurs du port à calculer les émissions de la chaîne logistique et faciliter la prise de décision pour un transport plus vert. Un autre champ d’étude prometteur est celui du carbone bleu ou le rétablissement du processus selon lequel les plantes marines capturent le CO2 pour le transformer en sédiments. Le port de Seattle (USA) s’associe aux Washington State Departments en vue d’étudier les avantages que présente le procédé. Enfin, une autre façon de réduire les émissions polluantes est de n’en pas produire du tout en développant le transport zéro carbone, à l’instar du projet TOWT – Transport à la Voile accueilli par le port du Havre.

Europa Press – Barcelona, El Periódico de la Energía – Valencia, Green Marine – Seattle, Twitter – Le Havre

Amsterdam lance une nouvelle phase de sa stratégie en faveur de l’économie circulaire

 Transition énergétique et économie circulaire 

En 2015 la ville d’Amsterdam avait commandité une étude en profondeur pour évaluer l’impact d’une transition vers une économie circulaire. Elle avait confirmé tout le potentiel en matière de réduction de la pollution, création d’emplois et développement économique. Les discussions avec la population et la communauté d’affaires avaient ensuite conduit à l’élaboration d’un plan stratégique 2020-2025. Le Port aura un rôle important à jouer dans cette stratégie, comme nous vous l’avions signalé dans notre news du 16 avril dernier. L’objectif pour la Ville est d’avoir une économie totalement circulaire à l’horizon 2050. Une quatrième phase vient donc d’être lancée. Plus de 200 projets sont annoncés pour l’année à venir.

Cities Today ; Amsterdam Circular Economy Policy

Les villes portuaires à l’avant-garde de la transition énergétique

 Transition énergétique et économie circulaire 

Rotterdam et Anvers ont dévoilé d’ambitieux projets visant à développer les carburants durables dans les prochaines années. Dans le port hollandais, Shell a annoncé l’ouverture d’une usine à hydrogène dans le terminal Maasvlakte 2 dès 2023. Le CEO du Port de Rotterdam a également exprimé son intention de construire un réseau public de stations hydrogène qui permettra de créer une proximité stratégique entre les producteurs et les consommateurs. Ce plan prévoit aussi l’installation d’un pipeline ainsi que d’autres projets de moindre ampleur. De l’autre côté de la frontière, le Port d’Anvers a annoncé la création d’un consortium réunissant 7 acteurs publics et privés. L’objectif est de produire du méthanol durable. La construction de l’usine pilote est prévue pour 2022 et devrait permettre de réduire les émissions annuelles de CO2 de plus de 8000 tonnes et d’accélérer le déploiement d’une économie circulaire bas-carbone dans le port.

Port of Rotterdam, Port of Antwerp

Un nouveau projet européen pour améliorer la performance environnementale des ports de l’Adriatique

 Transition énergétique et économie circulaire 

Le projet Susport lancé par le Port de Trieste (Italie) (PDF) va financer des actions pilotes dans plusieurs ports italiens et croates, dont des membres de l’AIVP, tels que Venise, Dubrovnik et Rijeka. Ces actions seront centrées sur la réduction du bruit, la qualité de l’air et les émissions de CO2. Le budget global de ce projet qui s’étalera sur 34 mois s’élève à €7 millions. À Trieste et Venise, les investissements seront destinés à équiper le port d’un éclairage LED et à acquérir des véhicules électriques afin de réduire la consommation énergétique et favoriser une meilleure interaction Ville Port. Il s’agit là du 7ème projet environnemental mis en œuvre par le port de Trieste.

Port of Trieste, Port of Venice