Les déchets : un eldorado pour les villes portuaires ?

 Transition énergétique et économie circulaire 

L’écologie industrielle permet de mutualiser et réutiliser les flux émis par les industries pour aider d’autres entreprises et axer le développement sur un cercle vertueux. C’est ainsi que l’extension du port de Manchester (Royaume-Uni) au niveau de Salford se fera grâce à des matériaux de construction recyclés, évitant l’importante pollution générée habituellement par la production de béton. Cette initiative portuaire rejoint les initiatives urbaines, comme celles soutenues à Bruxelles (Belgique), où 38 projets ont été sélectionnés par la mairie et seront soutenus par le port, via ses fonciers qui serviront à stocker les matériaux réutilisables. Mais ce n’est seulement l’apanage des pays européens : le Kenya a ainsi signé un partenariat ambitieux avec la firme ENI afin de transformer les déchets agricoles en biocarburants à Mombasa, première ville portuaire du pays.

The Business Desk ; DH Net ; Le Magazine du manager

Des Data Centers plus verts grâce au refroidissement marin et aux énergies renouvelables

 Transition énergétique et économie circulaire 

Les villes portuaires, avec leur positionnement maritime et leur tissu urbain caractéristique, sont à la pointe du développement des datas centers, qui participent à la révolution du big data. Le plus grand data center de Google se situe à Hamina-Kotka (Finlande) où la firme a déclenché une pluie d’investissements dans le refroidissement marin. Exploiter l’eau de mer pour que la ventilation du centre consomme moins d’électricité, voilà un usage d’avenir. C’est également le cas à Marseille (France) où deux datas centers vont être refroidis en « river cooling » avec de l’eau de mer ponctionnée dans les bassins du port. On peut aller plus loin, en faisant venir le data center à la mer, et non plus l’inverse : aux Iles Orcades (Royaume-Uni) la firme Microsoft a expérimenté un Data Center immergé dans la Mer du Nord. Cela a été une réussite totale, avec 6 fois moins de consommation électrique. Enfin, la production de l’électricité pour les datas center pourrait être plus écologique grâce aux potentialités des villes portuaires : à Dakhla (Maroc), un champ d’éoliennes de 900MW va alimenter un data center qui sera ainsi 100% vert.

Uutiset ; Le Moniteur ; Futura SciencesAgence Eco Fin