La quête d’innovation du Port d’Algésiras, membre de l’AIVP, récompensée par un prix européen

 Capital humain 

L’édition 2020 de l’ESPO Award pour l’intégration sociétale des ports était consacrée aux stratégies d’innovation et à la capacité des ports à attirer les start-ups dans leur écosystème. Le prix, remis la semaine dernière lors d’une cérémonie virtuelle, récompense le travail accompli par le Port d’Algésiras (Espagne), notamment dans le cadre du projet « Voyage de l’innovation ». Ce projet s’inscrit dans une stratégie d’innovation plus large qui permettra au port de dépasser son rôle traditionnel de concessionnaire pour devenir le partenaire des entreprises. Il favorisera la création d’emploi à l’échelle locale et facilitera la relation Ville Port. Cette stratégie plus globale est associée à la création d’une structure physique qui comprendra un Port Center.

Les 3 autres finalistes, le Port d’Amsterdam (Pays-Bas), Puertos del Estado (Espagne) et le Port de Lisbonne (Portugal), tous membre de l’AIVP, ont présenté, respectivement, le Prodock, un hub d’innovation hub centré sur l’économie circulaire, Ports 4.0, programme national en faveur d’une innovation ouverte au sein de l’écosystème logistico-portuaire, et Ocean Campus, un ambitieux projet destiné à faire du waterfront un écosystème d’excellence en matière de R&D et d’innovation réunissant chercheurs, entrepreneurs, grosses entreprises, universitaires et experts du domaine maritime.
L’AIVP est membre du jury depuis la création de l’ESPO Award.

Port of Algeciras, ESPO

Soutenir les jeunes talents pour un avenir plus durable

 Capital humain 

Les villes et les ports doivent travailler de concert pour offrir davantage de débouchés et de meilleures structures à leurs étudiants et jeunes talents. À Dakar (Sénégal), la ville et le port se sont rapprochés des institutions nationales et des ONG pour lancer un projet de réhabilitation et de reboisement des collèges dakarois. Mais l’aménagement des écoles n’est qu’une première étape. Le travail des jeunes talents représente une ressource précieuse pour les ports, comme on peut le voir à Helsinki (PDF). Ainsi, le port finlandais va s’inspirer du mémoire de thèse rédigé par un étudiant pour réduire l’empreinte carbone de ses produits d’approvisionnement. L’étude, réalisée sous la direction de l’autorité portuaire, débouchera sur l’élaboration d’un guide pratique pour l’évaluation des processus d’acquisition ouvrant une forte perspective de développement durable.

Port of Dakar, Port of Helsinki (PDF)

Accords et projets pour associer les entreprises à l’offre éducative

 Capital humain 

L’adéquation entre programmes pédagogiques et besoins du marché du travail n’est pas chose aisée. Voyons donc comment les ports et les acteurs urbains favorisent ce rapprochement par l’élaboration de programmes destinés à adapter les formations aux possibilités réelles d’emploi. Par exemple, une initiative de formation professionnelle en alternance, « FP Dual – Inmersión Portuaria », a été lancée à la rentrée dans le port de Valence (Espagne) en vue d’offrir aux élèves du secondaire de meilleures opportunités d’emploi dans les entreprises portuaires (Youtube). À San Antonio (Chili), le Port vient de signer un accord avec l’Institut maritime commercial Pacífico Sur visant à développer l’apprentissage et les stages en entreprise. Dans un autre registre, le port de Tarragone (Espagne) et l’Université Rovira I Virgili renforcent une coopération de longue date en créant un Master Direction des opérations logistiques. Un autre exemple de partenariat nous est proposé par Marseille (France), où Euroméditerranée a récemment signé une charte partenariale avec la Région et Pôle emploi. L’objectif de la charte est de coordonner les interventions et les compétences, soutenir l’emploi local dans le secteur du BTP, et anticiper les besoins des futurs chantiers de la deuxième phase de ce projet de rénovation urbaine.

➜ Fundación Valenciaport (Youtube), Portal Portuario, Spanish Ports, Pole-Emploi

Comment investir dans le capital humain ?

 Capital humain 

Le développement du capital humain doit aller de pair avec des propositions de développement personnel. Les exemples de villes portuaires où le port s’associe avec une université pour proposer des cours et des programmes de formation aux salariés sont nombreux. En Argentine, le port et la Faculté de sciences économiques de Buenos Aires vont s’engager dans de nouveaux partenariats dans le domaine de la recherche. On peut trouver d’autres exemples du même genre à Rotterdam, avec, par exemple, le partenariat convenu entre le port et l’Université Erasmus. De la même manière, la Mauritius Ports Authority a conclu un protocole d’accord avec l’Université de Maurice pour la mise en place de programmes de formation qui ouvriront de nouvelles perspectives de carrière aux employés. D’autres accords de collaboration visent à soutenir les travailleurs portuaires sur un autre plan, comme celui signé au Chili entre le port de Valparaiso et le Service national de prévention de la consommation de drogues et d’alcool (SENDA).

La formation est un outil fondamental pour réduire les inégalités et favoriser la diversité du personnel portuaire. Dans ce but, l’Autorité portuaire de la Nouvelle-Galles du Sud a lancé un programme de formation à l’intention des femmes autochtones, en partenariat avec l’organisation à but non lucratif Tribal Warrior. Le port parraine également le programme « Deck Cadet » visant à accompagner les débuts de carrière des jeunes marins. L’implication des jeunes dans les activités Ville Port est en effet nécessaire au développement du capital humain. C’est la raison pour laquelle on voit ce type de programmes ou d’initiatives se multiplier. Le programme de stages organisé par la Fondation Puerto y Ría de Bilbao à l’intention des jeunes diplômés en est un autre exemple. Mais tous ces efforts ne porteront leurs fruits que si l’on parvient à ajuster l’offre à la demande d’emplois. Dans cette optique, le forum Talent in de Haven 2.0 se déroulera à Anvers afin de faciliter la rencontre entre les entreprises et les demandeurs d’emploi.

Port of Buenos Aires, Erasmus University, Mauritius Ports, Port of Valparaiso, Port Authority NSW, Deck Cadet, La Vanguardia – Bilbao, Talent in de Haven

Les villes portuaires prennent la parité au sérieux

 Capital humain 

La présence de femmes dans le monde maritime ne date pas d’hier et leur participation est une valeur ajoutée déterminante pour les ports. Tel a été le message essentiel de la ministre chilienne des Femmes et de la parité lors de sa visite au port de San Antonio. Mais la route est encore longue. C’est ce qui pousse trois ports argentins à aborder les questions de genre à travers différentes initiatives. Le port Dock Sud et le Port de Buenos Aires ont créé des commissions pour l’égalité des genres en lien avec les directives ministérielles. Le port de Bahia Blanca a mis au point un protocole d’action en cas de violence sexiste. Son principal objectif est de déterminer les actions à entreprendre en cas de discrimination et/ou de violences faites contre les femmes et les membres de la communauté LGTBIQ+, en vue de garantir un environnement de travail où règnent la confiance, la sécurité et le respect des droits d’autrui.

Empresa Oceano, La Ciudad Avellaneda, Puerto Buenos Aires, Puerto Bahía Blanca