Alimentation et villes portuaires

 Alimentation 

Le Prix Nobel de la Paix de cette année a été attribué au Programme alimentaire mondial pour ses efforts visant à mettre un terme à la faim et à promouvoir l’accès à une alimentation de qualité. Les villes portuaires jouent un rôle fondamental dans la sécurité alimentaire pour tous, comme on l’a vu cette semaine avec le nouvel accord signé entre le port de San Antonio (Chili) et les associations de pêcheurs afin de développer des techniques de pêche durables. Et le débat sur l’alimentation va encore se poursuivre, notamment cette semaine à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation organisée par la FAO. Plusieurs événements sont prévus, comme les Food Talks qui se dérouleront dans les entrepôts Las Naves de La Marina de Valence (Espagne).

Nobel Prize, Portal Portuario, FAO, Food talks , Image Chile Sustentable

Sur l’approvisionnement alimentaire et en eau potable, les villes portuaires d’Afrique investissent pour prendre leurs responsabilités

 Alimentation 

Les villes portuaires africaines ont pris conscience du rôle qu’elles peuvent jouer dans l’approvisionnement en nourriture et en eau potable. Innovation d’avant-garde : le premier train d’exportation de fruits est parti d’Addis-Abeba (Ethiopie) vers le port de Djibouti, où des conteneurs réfrigérés pourront partir vers les marchés européens. Cela a été rendu possible grâce à une aide technique du port de Rotterdam (Pays-Bas). Un réseau intégré de chemins de fer et de hangars frigorifiques (NCLN) devrait permettre aux producteurs Ethiopiens d’importer et d’exporter des produits alimentaires via le port de Djibouti.
L’import-export est une possibilité, mais la production locale semble être un atout essentiel pour garantir la sécurité alimentaire. Les villes portuaires ont un rôle à jouer, comme à Kribi (Cameroun) où une « ceinture verte » va être développée autour du port pour produire du maraichage et de l’alimentation quotidienne.
Nées de l’eau salée, les villes portuaires ont aussi un rôle à jouer dans l’eau douce. A Douala (Cameroun), le port a créé une société dédiée à la production et à la distribution de l’eau potable. Le directeur général du port a assuré la ville de son soutien en cas de pénuries d’eau potable. Une coopération des plus « rafraichissantes » !

Un nouveau poulailler flottant sur un bassin de Rotterdam

 Alimentation 

Goldsmith architecture va créer un poulailler flottant à Rotterdam. Il appliquera les règles de l’économie circulaire : au sommet, 7000 poules vivront sous un toit transparent qui leur apportera la lumière du jour en permanence ; à l’étage intermédiaire, on s’occupera de l’emballage des œufs et de la gestion des déchets ; à l’étage inférieur (immergé) se trouvera une plantation de cresson alimentée par des LED, et qui utilisera les déjections des poulets comme engrais. De plus, des panneaux solaires subviendront à 100 % des besoins énergétiques de l’exploitation.
Le manque d’espace étant un obstacle majeur au développement de la production alimentaire en circuit court, les structures flottantes peuvent constituer une partie de la solution.

DesignBoom

 

Des villes portuaires impliquées dans la production alimentaire

 Alimentation 

Les villes portuaires sont, certes, des acteurs indispensables de la logistique alimentaire mais elles ont aussi un rôle à jouer dans la production, notamment aquacole. C’est ce que nous enseigne cette semaine un projet développé à Valence (Espagne). Le niveau de salinité, la qualité des nutriments présents dans les eaux du port de Valence et l’emplacement des bancs créent un environnement idéal pour l’élevage de la clòtxina valenciana (moule méditerranéenne). La production annuelle y atteint les 1 200 tonnes. Le Port assure la surveillance de la qualité de l’eau et les autorités régionales garantissent l’innocuité des mollusques.

Europa Press