Les Docklands de Cork (Irlande) évoluent

 Interface Ville Port 

160 hectares, 4 km de waterfront, le site des Docklands de Cork a un énorme potentiel. Après de multiples études ces 20 dernières années, les projets sortent de terre. Sur le secteur Nord cela concerne des bureaux, des logements, et un hôtel y a été récemment inauguré. Un permis de construire pour un autre hôtel de 241 chambres a été délivré. Et le Port de Cork a commandité un masterplan pour le site spécifique des Tivoli Docks qui sera disponible vers 2025 après le retrait des activités portuaires. Dans le secteur Sud une tour de logements de 25 étages a également obtenu son permis de construire, et Marina Quater Ltd a dévoilé son plan pour plus de 1000 appartements. La relocalisation d’une entreprise d’engrais ouvrira également des possibilités. Une profonde transformation donc, qui n’est pas sans soulever des débats sur le devenir du patrimoine industriel et portuaire.

Irish examiner 1 ; Irish examiner 2

Les déchets : un eldorado pour les villes portuaires ?

 Transition énergétique et économie circulaire 

L’écologie industrielle permet de mutualiser et réutiliser les flux émis par les industries pour aider d’autres entreprises et axer le développement sur un cercle vertueux. C’est ainsi que l’extension du port de Manchester (Royaume-Uni) au niveau de Salford se fera grâce à des matériaux de construction recyclés, évitant l’importante pollution générée habituellement par la production de béton. Cette initiative portuaire rejoint les initiatives urbaines, comme celles soutenues à Bruxelles (Belgique), où 38 projets ont été sélectionnés par la mairie et seront soutenus par le port, via ses fonciers qui serviront à stocker les matériaux réutilisables. Mais ce n’est seulement l’apanage des pays européens : le Kenya a ainsi signé un partenariat ambitieux avec la firme ENI afin de transformer les déchets agricoles en biocarburants à Mombasa, première ville portuaire du pays.

The Business Desk ; DH Net ; Le Magazine du manager

Le gouvernement du Pakistan approuve le masterplan pour Gwadar Smart Port City

 Interface Ville Port 

L’objectif était de mettre en cohérence le développement de la ville avec celui du port en eau profonde aménagé avec l’aide de la Chine et inauguré en 2007. L’ambition est de faire de Gwadar un hub économique pour l’Asie du Sud avec à la clé la création de 1,2 millions d’emplois. 15800 logements seront nécessaires d’ici 2025 et 254500 à l’horizon 2050. Parcs à thèmes, centres d’expositions, stations balnéaires, jardins, musées, … sont également annoncés.

Business Recorder ; Globe Estate & Builders ; Vidéo Gwadar Masterplan 2020

La capture et le stockage de CO2 : une opportunité pour les villes portuaires

 Climat 

La nouvelle économie circulaire dans les villes portuaires passera sans doute par la capture et le stockage du CO2 ! Pourquoi ? Parce que celles-ci accueillent généralement des sites industriels émetteurs de carbone, mais aussi parce que la majorité du stockage sera en mer ! En Australie, la firme Transborders Energy, basée à Perth, va lancer un projet offshore avec des partenaires japonais. Les constructeurs sont déjà sur les rangs, comme K-Line ou Stena Bulk qui ont déjà de premiers prototypes de navires à stockage de carbone. Les infrastructures portuaires doivent permettre la centralisation puis l’expédition vers les lieux de stockage, ainsi que le prévoit le projet Northern Lights basé à Bergen (Norvège) et opéré par Total, Shell et Exxon-Mobil. Il faut aussi mentionner le projet CinfraCap, en conception à Göteborg (Suède) par 5 firmes nordiques. Nous avions déjà relayé le projet Porthos, financé par la Commission européenne, en cours au port de Rotterdam (Pays-Bas). Ses opérateurs sont confiants et d’après un point d’étape de Décembre le projet aboutira dans les temps !

OedigitalSplash 247 ; Splash 247 (2) ; Oedigital (2) ; L’Usine Nouvelle ; Hellenic Shipping News ; Port of Rotterdam (web)

Un masterplan de Zaha Hadid pour Shenzhen (Chine)

 Interface Ville Port 

Le masterplan porte sur la reconversion de la zone portuaire de Huanggang. Il la transformera en une zone dédiée à la recherche et l’innovation pour les secteurs de la micro-électronique, l’intelligence artificielle, le développement des matériaux, la robotique, les sciences médicales, … Le projet est organisé autour de deux grandes places et comporte également des équipements résidentiels et récréatifs pour ceux travaillant dans le parc scientifique. De nombreux espaces verts sont également prévus, notamment le long de la Shenzhen river.

➜ Design boom (+ images)

The Factory, centre d’art contemporain à Ho-Chi-Minh-Ville

 Interface Ville Port 

Depuis 2017 un ancien entrepôt métallique est devenu un lieu de rencontres et d’expositions d’art contemporain. La règlementation interdisant des aménagements permanents sur le site devant l’entrepôt, 11 conteneurs y ont été empilés sur trois niveaux et sont utilisés pour des espaces de co-working, des cafés, restaurants et petites boutiques.

ArchDaily (+ images, plans)

Des Data Centers plus verts grâce au refroidissement marin et aux énergies renouvelables

 Transition énergétique et économie circulaire 

Les villes portuaires, avec leur positionnement maritime et leur tissu urbain caractéristique, sont à la pointe du développement des datas centers, qui participent à la révolution du big data. Le plus grand data center de Google se situe à Hamina-Kotka (Finlande) où la firme a déclenché une pluie d’investissements dans le refroidissement marin. Exploiter l’eau de mer pour que la ventilation du centre consomme moins d’électricité, voilà un usage d’avenir. C’est également le cas à Marseille (France) où deux datas centers vont être refroidis en « river cooling » avec de l’eau de mer ponctionnée dans les bassins du port. On peut aller plus loin, en faisant venir le data center à la mer, et non plus l’inverse : aux Iles Orcades (Royaume-Uni) la firme Microsoft a expérimenté un Data Center immergé dans la Mer du Nord. Cela a été une réussite totale, avec 6 fois moins de consommation électrique. Enfin, la production de l’électricité pour les datas center pourrait être plus écologique grâce aux potentialités des villes portuaires : à Dakhla (Maroc), un champ d’éoliennes de 900MW va alimenter un data center qui sera ainsi 100% vert.

Uutiset ; Le Moniteur ; Futura SciencesAgence Eco Fin

Vaste projet pour le secteur de Rijnhaven à Rotterdam

 Interface Ville Port 

La Powerhouse Company a élaboré un masterplan pour ce site patrimonial de l’ancienne usine Codrico. 1500 logements, notamment dans une tour de 220 mètres de haut, des bureaux, commerces et activités culturelles sont programmés. Le projet prévoit également des aménagements sur l’eau, en particulier un musée maritime sous forme de triple hélice conçu par Mecanoo.

Design boom (+ images) ; World Architecture News (+ images, plans)

Nouveau départ pour le projet Cité Mohammed VI Tanger Tech

 Interface Ville Port 

Beaucoup pensaient que ce projet, lancé en 2017, était abandonné. Mais la signature récente de plusieurs accords avec des partenaires chinois le relance. Située près du complexe portuaire de Tanger Med, cette « smart city » qui sera aménagée sur un site de 200 hectares est présentée comme une cité industrielle moderne, futuriste, écologique, connectée aux technologies nouvelles. D’ores et déjà l’entreprise Chinoise Aeolon a annoncé son intention d’implanter une usine d’éoliennes avec la création de 2000 emplois à la clé.

L’Opinion ; Morocow world news

Le Sénégal développe la culture éco-citoyenne pour gérer les ressources naturelles

 Gouvernance 

Les citoyens doivent prendre part aux initiatives de gouvernance écologique. Suivant ce principe, l’Entente intercommunale de Petite Côte (EIPC), une région sénégalaise, a permis la mise en place du Programme de bonne gouvernance écologique visant à accompagner la transition écologique, énergétique et économique par le développement d’une culture éco-citoyenne pour une gestion inclusive des ressources naturelles dans la région. Le programme comprend des activités pédagogiques et de sensibilisation de la population des zones côtières, telles que la compilation musicale « NA SET ». Parmi les autres objectifs : former des dirigeants locaux à la gouvernance intégrée pour la résilience climatique et à la gestion durable des déchets afin de créer des emplois à destination des jeunes et des femmes.

Enda Energie, Vivafrik