Les Docklands de Cork (Irlande) évoluent

 Interface Ville Port 

160 hectares, 4 km de waterfront, le site des Docklands de Cork a un énorme potentiel. Après de multiples études ces 20 dernières années, les projets sortent de terre. Sur le secteur Nord cela concerne des bureaux, des logements, et un hôtel y a été récemment inauguré. Un permis de construire pour un autre hôtel de 241 chambres a été délivré. Et le Port de Cork a commandité un masterplan pour le site spécifique des Tivoli Docks qui sera disponible vers 2025 après le retrait des activités portuaires. Dans le secteur Sud une tour de logements de 25 étages a également obtenu son permis de construire, et Marina Quater Ltd a dévoilé son plan pour plus de 1000 appartements. La relocalisation d’une entreprise d’engrais ouvrira également des possibilités. Une profonde transformation donc, qui n’est pas sans soulever des débats sur le devenir du patrimoine industriel et portuaire.

Irish examiner 1 ; Irish examiner 2

Les déchets : un eldorado pour les villes portuaires ?

 Transition énergétique et économie circulaire 

L’écologie industrielle permet de mutualiser et réutiliser les flux émis par les industries pour aider d’autres entreprises et axer le développement sur un cercle vertueux. C’est ainsi que l’extension du port de Manchester (Royaume-Uni) au niveau de Salford se fera grâce à des matériaux de construction recyclés, évitant l’importante pollution générée habituellement par la production de béton. Cette initiative portuaire rejoint les initiatives urbaines, comme celles soutenues à Bruxelles (Belgique), où 38 projets ont été sélectionnés par la mairie et seront soutenus par le port, via ses fonciers qui serviront à stocker les matériaux réutilisables. Mais ce n’est seulement l’apanage des pays européens : le Kenya a ainsi signé un partenariat ambitieux avec la firme ENI afin de transformer les déchets agricoles en biocarburants à Mombasa, première ville portuaire du pays.

The Business Desk ; DH Net ; Le Magazine du manager

Le gouvernement du Pakistan approuve le masterplan pour Gwadar Smart Port City

 Interface Ville Port 

L’objectif était de mettre en cohérence le développement de la ville avec celui du port en eau profonde aménagé avec l’aide de la Chine et inauguré en 2007. L’ambition est de faire de Gwadar un hub économique pour l’Asie du Sud avec à la clé la création de 1,2 millions d’emplois. 15800 logements seront nécessaires d’ici 2025 et 254500 à l’horizon 2050. Parcs à thèmes, centres d’expositions, stations balnéaires, jardins, musées, … sont également annoncés.

Business Recorder ; Globe Estate & Builders ; Vidéo Gwadar Masterplan 2020

La capture et le stockage de CO2 : une opportunité pour les villes portuaires

 Climat 

La nouvelle économie circulaire dans les villes portuaires passera sans doute par la capture et le stockage du CO2 ! Pourquoi ? Parce que celles-ci accueillent généralement des sites industriels émetteurs de carbone, mais aussi parce que la majorité du stockage sera en mer ! En Australie, la firme Transborders Energy, basée à Perth, va lancer un projet offshore avec des partenaires japonais. Les constructeurs sont déjà sur les rangs, comme K-Line ou Stena Bulk qui ont déjà de premiers prototypes de navires à stockage de carbone. Les infrastructures portuaires doivent permettre la centralisation puis l’expédition vers les lieux de stockage, ainsi que le prévoit le projet Northern Lights basé à Bergen (Norvège) et opéré par Total, Shell et Exxon-Mobil. Il faut aussi mentionner le projet CinfraCap, en conception à Göteborg (Suède) par 5 firmes nordiques. Nous avions déjà relayé le projet Porthos, financé par la Commission européenne, en cours au port de Rotterdam (Pays-Bas). Ses opérateurs sont confiants et d’après un point d’étape de Décembre le projet aboutira dans les temps !

OedigitalSplash 247 ; Splash 247 (2) ; Oedigital (2) ; L’Usine Nouvelle ; Hellenic Shipping News ; Port of Rotterdam (web)