Les leviers pour l’amélioration des conditions d’accueil de la croisière dans le sud-ouest de l’océan Indien

Publié par  30 août, 2012 11:23 Laissez vos commentaires

Etude de l’Observatoire Villes Port Océan Indien

Etudes comparatives des situations à Durban (Afrique du Sud), Le Port (La Réunion), Mombasa (Kenya), Mutsamudu (Comores), Port-Louis (Maurice), Toamasina (Madagascar), Victoria (Seychelles)

L’offre de produits de croisière a fortement évolué au cours des trois dernières décennies. L’émergence d’armements à vocation mondiale, la construction de paquebots de plus en plus performants et toujours plus gigantesques et le développement de nouvelles stratégies de marketing ont permis à la croisière de devenir un des segments du tourisme mondial les plus dynamiques de ces dernières années.

Victoria - © AIVPLes deux principaux bassins de navigation que sont la Caraïbe et la Méditerranée ont atteint un niveau d’exploitation relativement intensif qui recèle encore des marges de croissance, certes, mais sans commune mesure avec les fortes années d’expansion qu’a connues l’industrie de la croisière dans ces bassins historiques. Et quand bien même cette dernière continuera à y progresser en raison, notamment, de la croissance de la demande mondiale, cette même croissance offre de solides opportunités de développement de la croisière dans d’autres bassins de navigation.

Parmi ces bassins secondaires, l’ouest de l’océan Indien se positionne pour capter une part de cette activité. Jusque récemment, le marché régional était principalement exploité par le segment traditionnel des croisières de luxe réalisées sur des navires de taille modeste. Le développement de produits ciblés sur la région occidentale de l’océan Indien lié à l’arrivée de nouveaux armateurs dans l’espace indo-océanique a démontré l’existence d’un potentiel de développement pour la croisière. L’émergence d’une demande locale contribuant à ancrer l’activité dans l’espace régional conforte aussi cette perspective à moyen terme. Toutefois, l’existence de contraintes géographiques, géopolitiques et économiques conduit à adapter les conditions d’accueil de la croisière à l’échelle régionale et locale.

Les places portuaires de Durban, Mombasa, Mutsamudu, Port-Louis, Port-Réunion, Toamasina et Victoria œuvrent en ce sens. Le développement de l’activité de croisière s’appuie sur la constitution d’un ensemble relativement homogène et cohérent en terme d’accueil des paquebots dans le port et des croisiéristes en ville et dans son hinterland, que les différents acteurs soient publics ou privés.

Contact : www.indianocean-aivp.org – info@io-aivp.org

PARTAGER

Laisser un commentaire