Comment l‘implantation d‘équipements culturels a resserré les liens entre le port et la vie citadine dans le Vieux-Port de Reykjavik ?

Télécharger l’intervention au format pdf

2013 marque le centième anniversaire de la construction du port de Reykjavik. Les travaux ont commencé en mars 1913, après des préparations interminables, de nombreux débats et conflits entre les membres du conseil municipal de Reykjavik et les autorités nationales. La construction du port était à cette époque le plus grand projet jamais entrepris en Islande et représentait un évènement majeur dans l’histoire de la ville, qui jusqu’alors manquait d’infrastructures portuaires adaptées.
Très vite, le port connut une expansion et un développement en phase avec son temps. Il devint un lieu stratégique qui permit à la ville de développer son réseau de transport, les ventes au détail, ses services et l’exploitation des navires. Le port était étroitement lié au reste de la ville ; la croissance de la ville allait de pair avec celle du port, et ce dès le début de sa mise en activité. La zone portuaire ne fut pensée que pour les activités qui y étaient liées, autrement dit pour les entreprises dont l’activité reposait sur l’exploitation des navires, la transformation du poisson, ou encore l’importation et l’exportation.
Il ne serait pas faux d’affirmer que pendant un temps, la connexion entre le port et la ville a été interrompue, en raison d’une interprétation très étroite de ce qu’étaient les activités d’exploitation du port et des restrictions d’accès au port et à ses environs très strictes imposées aux citoyens. Après 1990, le débat portant sur les liens entre le port et la ville grandit, et les revendications pour un meilleur accès au port et pour davantage de zones accessibles au public se sont multipliées. Entre 1997 et 1999, lorsque fut émise l’idée de la construction de la nouvelle salle de concert et du centre des congrès sur la zone Est du port, beaucoup s’étaient déclarés contre.Nombre de personnes estimaient qu’une salle de concert, un musée ou tout autre équipement culturel n’avaient pas leur place dans une zone portuaire. Malgré de fortes controverses, HARPA, salle de concert et centre des congrès, a été construit sur la zone Est du vieux port, en plein centre de Reykjavik. Et maintenant le Musée d’Art de Reykjavik, le Musée maritime et la Bibliothèque municipale de Reykjavik se sont également installés dans la zone et ses environs. Avec l’ajout de ces équipements dans le quartier, on peut certainement annoncer le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du Vieux-Port de Reykjavik, avec des évolutions positives là où se côtoient culture, exploitation des navires, transformation du poisson, services aux navires et activités de tourisme maritime.

Vignir Albertsson est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur civil obtenu à la Byggeteknisk Höjskole de Copenhague en 1976. Après un an (1977-1978) en tant que Directeur Général Adjoint de Steiniðjan ehf. à Ísafjörður, il a exercé entre 1978 et 1993 les fonctions de Directeur Général des biens immobiliers au Port de Reykjavik et assistant du Directeur de la planification. Depuis 1993 il est Directeur de la planification du Port de Reykjavik et de Faxaflóahafnir sf. (Associated Icelandic Ports). Dans ce cadre il est également en charge des questions liées à la construction et de la gestion des terrains concernés ainsi que de la conception des modifications majeures apportées aux bâtiments. Vignir Albertsson est marie à Sigríður Jónsdóttir, physiothérapeute. Ils ont trois enfants et quatre petits-enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *