Préparer la Ville Port aux méga-navires : comment le port de Rotterdam relève-t-il ce défi ?

Télécharger l’intervention / fichier pdf – 4.6 Mo

MAL_picture_isabelle_vries_105-135Depuis de nombreuses décennies, Rotterdam prépare son port à l’accueil des navires de grande taille. À la fin du 19ème siècle, le port a investi la rive sud du fleuve, laissant la ville derrière lui, avant de s’étendre sur plus de 40 kilomètres en direction de la mer du Nord. La construction du Waalhaven, qui reste l’un des plus grands ports artificiels au monde, constitue un ouvrage phare de ce développement. Il y a précisément un demi-siècle, le tout premier porte-conteneurs du Sealand a accosté à Rotterdam, et, dans les années 90, European Combined Terminals a entrepris la construction du Delta terminal, l’un des premiers terminaux au monde à être doté de véhicules à guidage automatique.
Le dernier aménagement en date est la Maasvlakte 2, une zone portuaire de 2000 hectares gagnés sur la mer qui permet aux navires géants (> 20.000 TEU) d’accéder au site via un chenal d’entrée de 25 mètres de profondeur. Les deux nouveaux terminaux d’APMT et de Rotterdam World Gateway sont à la pointe de la technologie et entièrement automatisés.
Le Port de Rotterdam considère que les navires géants ne créeront pas de problèmes économiques et que les coûts et les bénéfices induits seront répartis entre les acteurs de la chaîne de transport. La résolution des défis soulevés par les grands navires en termes d’aménagement et de planification peut passer par davantage de coopération entre ces différents acteurs :

  • Numérisation de la planification (en mer, à quai, dans l’hinterland).
  • Mise en place d’un système de transport intelligent (« synchro modalité »).
  • Amélioration des dessertes vers l’hinterland et aménagement des ports intérieurs.
  • Réduction de l’empreinte carbone.

Les pressions pour réduire les coûts et accroître l’efficacité et la sécurité incitent à une plus grande automatisation des opérations portuaires (pensez aux systèmes d’arrimage et d’amarrage). Pour les villes portuaires, les pertes d’emplois semblent inévitables. Aussi, la communauté ville-port devrait-elle créer des opportunités pour de nouvelles activités (TIC, services maritimes, fabrication et maintenance) et travailler sur la planification de la main d’œuvre et le développement de nouvelles compétences.

Isabelle M.J. Vries works at the Port of Rotterdam Authority. Today she is senior advisor Corporate Strategy and program manager of the Port Vision 2030. Until 2015 she was associate professor of applied science at the Rotterdam University of Applied Science. She published frequently on port planning and port city relationship. Last year she published several articles in the book “Port of Rotterdam, from City to Sea” (NAi010 publishers). She also contributed to the edition of Oceanides on Governance of Port City relationship.
Further headlines of her professional career: Manager division Environment and Spatial Planning at Public Works of Rotterdam. Project manager Port Plan 2020 and area developer City Ports Project (reconstruction port city interface). She has two Master degrees: City Development at Erasmus University Rotterdam and Environmental Sciences at Wageningen University.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *