La réglementation européenne et le développement de zones d’habitats plus proches des ports ont mis la question du bruit en tête de liste des priorités environnementales des ports européens. Les ports de Stockholm, Helsinki, Naantali, Tallinn, Turku et trois instituts de recherche ont relevé le challenge au travers du projet européen Penta qui s’est terminé en août 2013.

Mais pour les membres du projet européen Penta si les outils techniques existent pour mesurer et réduire les bruits (mur anti-bruit, courant de quai, méthodes de manutention, machinerie des navires, configuration du port, choix des voies de dessertes, etc.), ils ne suffisent pas.

Trois mots-clés résument leur approche de la gestion du bruit : réduire, anticiper, coopérer. Ce sujet complexe nécessite une stratégie proactive s’appuyant notamment sur une coopération entre les autorités portuaires et urbaines. La démarche doit être complétée par une procédure permettant de faire remonter les plaintes éventuelles couplée à une stratégie de communication forte visant à faire connaître aux partenaires, et plus généralement à la population, les démarches mises en œuvre pour réduire l’impact sonore et leurs résultats.

En savoir plus : Penta Project