Depuis 1980, la Journée mondiale du tourisme a lieu tous les 27 septembre. Le développement du tourisme va de pair avec l’augmentation de son impact sur l’environnement. L’industrie de la croisière a pris des mesures pour réduire son impact et mettre le cap vers un avenir durable. Fortement touché par la Covid, le secteur a eu, en deux ans, tout le temps de se restructurer. Des couloirs verts ont été créés pour les bateaux de croisière, les compagnies de croisière se sont rapprochées des villes et des ports pour envisager une collaboration plus durable et certaines d’entre elles ont interdit l’utilisation du plastic à usage unique. Afin de mieux comprendre les mesures mises en place par les villes, les ports et les organismes de croisière pour accompagner la transition durable des croisières, nous avons, à l’occasion de la Journée mondiale du tourisme, posé la question suivante à quelques-uns de nos membres : « De quelle manière les autorités locales (Villes et Ports) peuvent-elles encourager un tourisme de croisière/maritime durable dans les villes portuaires ? »

Fulvio Lino Di Blasio, Président

© North Adriatic Sea Port Authority

Autorité portuaire de la mer Adriatique du Nord, Italie

L’un des sujets les plus intéressants et les plus difficiles pour les villes portuaires à l’avenir consiste à établir un modèle de développement et de tourisme qui se base réellement sur la mer en tant que ressource, ainsi qu’à être capable de sélectionner un contexte local qui ne se contente pas d’accueillir, mais qui accompagne et intègre les exigences du tourisme avec les communautés locales et leurs traditions, cultures, environnement et activités économiques.

Plus précisément, pour les destinations qui ont atteint une certaine maturité dans la gestion du tourisme maritime (sous la forme de débarquements de croisières, mais pas seulement), le point faible est la difficulté d’ajuster les nouvelles tendances du tourisme, la nouvelle sensibilité à certaines questions et les nouvelles tendances de construction à une offre capable de promouvoir réellement une solution permettant le progrès de la région et l’intégration des flux touristiques dans les modèles de développement local (en veillant à ce que l’un ne prévale pas sur l’autre). Par conséquent, le premier point à l’ordre du jour est l’intégration de la planification stratégique par le gouvernement local et les autorités portuaires avec la région, grâce à un effort étendu d’engagement des parties prenantes.

Deuxièmement, les bureaux de l’administration publique devraient se mettre en relation avec les acteurs privés (compagnies maritimes, agents, tour-opérateurs, guides touristiques, systèmes de musées, théâtres, etc….), afin d’établir un modèle de partenariat durable et de fournir un service adapté au niveau requis par les touristes, tout en permettant au “genius loci”, l’esprit du lieu, de prospérer, de devenir quelque chose à offrir et à transmettre.

Enfin, un effort de communication est nécessaire pour préparer les régions concernées au tourisme maritime, en les sensibilisant aux politiques visant à réduire son impact en termes d’environnement, d’air et de transport.

Mxolisi KAUNDA, maire

© EThekwini Municipality

Municipalité d’EThekwini, Afrique du Sud

La municipalité d’EThekwini est une ville hôte du port d’attache de Durban pour les navires de croisière. La municipalité en tant qu’autorité locale soutient la croisière en tant qu’industrie stratégique pour le développement économique local durable et les investissements en soutenant la fourniture d’infrastructures de terminaux de l’industrie de la croisière et les services associés au profit des entreprises locales et des communautés en ligne avec la Vision de la ville qui est : eThekwini sera la ville la plus attentionnée et la plus vivable d’Afrique et en fera un lieu durable et inclusif pour vivre, travailler, jouer et investir. 

Monica FIORINI, responsable de la communication, de la promotion et du marketing

© Autorita di Sistema Portuale del Mar Ligure Orientale

Autorita di Sistema Portuale del Mar Ligure Orientale – Porti di la Spezia e Marina di Carrara, Italie

Les autorités portuaires jouent un rôle important dans ce processus. Le port de croisière de La Spezia, grâce aux investissements publics, aura des quais équipés de l’électrification en 2025. Un système déjà testé aux USA, est en cours d’élaboration pour réduire les matières polluantes des fumées provenant des cheminées des navires stationnés dans le port qui est très proche de la ville. Nous travaillons en étroite collaboration avec la municipalité pour organiser des circuits lents dans la ville et ses environs afin d’éviter les surcharges comme celles qui se produisent dans les 5 Terre.

Franck SCARLATTI, Directeur Général

© CCI Nice Côte d’Azur

CCI Nice Côte d’Azur, Département des Alpes-Maritimes, France

Aux côtés des opérateurs portuaires, des compagnies maritimes et des tour-opérateurs, les collectivités locales s’efforcent de répondre aux nouveaux enjeux de la croisière et du tourisme maritime : limites du gigantisme, relations avec les escales, renouvellement du produit ” croisière “. L’objectif est de garantir une qualité de service, tout en respectant les contraintes environnementales.

Claudio CAPUANO, Directeur

© Port Network Authority of the North Tyrrhenian Sea

Autorité du réseau portuaire de la mer Tyrrhénienne du Nord, Italie

Afin d’atteindre un réel équilibre entre les bénéfices économiques provenant des escales de passagers et leur impact sur les communautés locales, les autorités locales doivent travailler ensemble avec toutes les parties prenantes du tourisme maritime, en particulier l’industrie des croisières et les compagnies de ferries, de manière déterminée et pragmatique, surtout après la période difficile de la pandémie.  Les autorités portuaires ne peuvent pas façonner seules l’industrie maritime : pour construire un écosystème portuaire innovant et stimulant, elles doivent établir des échanges permanents, partager les meilleures pratiques et favoriser de nouveaux partenariats avec les parties prenantes, les clients et la société locale dans son ensemble. En particulier, une relation proactive avec les compagnies de croisières et de ferries peut non seulement améliorer la connectivité de la destination avec les marchés sources, mais aussi renforcer le potentiel de chaque ville et territoire.

Ryan BENNETT, directeur principal, planification et durabilité

Eden Cruise wharf
©Port Authority of New South Wales

Autorité portuaire de la Nouvelle-Galles du Sud, Australie

Du point de vue d’Eden, en Nouvelle-Galles du Sud (une petite destination régionale de croisière), l’autorité portuaire de Nouvelle-Galles du Sud soutient la ville et la région dans son ensemble en fournissant des infrastructures liées aux croisières et en gérant les visites de croisières.  Le tourisme de croisière apporte à la région une économie de visiteurs dont elle a grand besoin, en permettant aux passagers et à l’équipage de dépenser leur argent le jour de la croisière, mais aussi, et surtout, en leur permettant de découvrir la région. Il en résulte une fréquentation de retour significative – estimée entre 20 et 40 %.  La valeur touristique durable de la croisière pour une petite région est l’opportunité significative de retour.  C’est la meilleure campagne de marketing de destination que l’argent ne peut acheter.

Natalie ALLABY, Directeur du développement des croisières

©Port Saint John

Port Saint John, Canada

Pour soutenir le tourisme de croisière durable dans les villes portuaires, il est impératif de créer des lignes ouvertes de communication, de dialogue et de débat sain avec les parties prenantes. Envisagez de créer un forum officiel pour les mises à jour et la communication par le biais d’un comité de liaison ou d’une réunion de la mairie régulièrement programmée. Vous serez surpris de constater à quel point les relations se renforcent lorsque vous établissez la confiance et la transparence avec les parties prenantes.